Navigation – Plan du site

AccueilDossiers thématiquesToitures et matériaux de couvertu...2021Les toitures de terre cu...

2021

Les toitures de terre cuite du haut Moyen Âge dans l’Orléanais : présentation du corpus et premiers essais de restitution

Terracotta roofs from the early Middle Ages in the Orléans region: presentation of the corpus and initial attempts at reconstruction
Terrakotta-Dächer des frühen Mittelalters in der Region Orléans: Präsentation des Korpus und erste Rekonstruktionsversuche
Sébastien Jesset

Résumés

Tegulae, imbrices, tuiles-antéfixes et probables briques-chéneaux pour la couverture, auxquels se joignent modillons et briques pour les corniches sont les six grandes catégories couramment rattachées à la toiture du haut Moyen Âge en Orléanais. Si les tegulae et imbrices produites du vie au xe siècle par les potiers-tuiliers de la lisière sud-ouest de la forêt d’Orléans (Saran, Ingré) sont maintenant fréquemment retrouvées à Orléans et dans sa périphérie, permettant d’éclairer à la fois la typologie, les modes de production, la commercialisation/diffusion et la mise en œuvre, la question reste largement ouverte concernant les hypothétiques briques-chéneaux, les modillons ou tuiles-antéfixes, ces deux derniers illustrés par de très rares découvertes souvent anciennes. Les briques plates lisses ont quant à elles des usages sans doute tout aussi variés que leurs morphologies/modules. L’amélioration notable des connaissances de la typologie et la multiplication des contextes de découvertes permettent de rouvrir le dossier de la toiture du haut Moyen Âge avec toutes ses composantes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jesset 2014b ; Jesset 2015a ; Courtois, Guyot, Jesset et al. à paraître.

1L’Orléanais est aujourd’hui un des secteurs les mieux documentés pour la production et la consommation de matériaux de terre cuite du haut Moyen Âge. La raison en revient à la présence d’un vicus de potiers-tuiliers en fonctionnement durant tout le haut Moyen Âge (entre la fin du ve et le ixe siècle), éloigné de moins de 10 km d’un centre urbain de première importance à la même époque, l’ensemble exploré et étudié depuis la fin des années 19601.

2La connexion directe entre les deux sites, assurée par la voie antique Orléans-Chartres le long de laquelle s’est établi le vicus de Saran, permet en outre aux artisans de diffuser leurs produits plus vers le nord en direction du pays Chartrain et du Casteldunois (fig. 1). Dans cette configuration, Orléans assure sans doute aussi un rôle de redistribution des productions dans le Val de Loire via le fleuve. Les autres axes routiers partant de la ville complètent le réseau notamment vers le sud, bien que dans cette direction, le témoignage d’un approvisionnement depuis les ateliers de la lisière sud-ouest de la forêt d’Orléans fasse défaut.

Fig. 1 Corpus et carte de répartition des matériaux de construction saranais du haut Moyen Âge.

Fig. 1 Corpus et carte de répartition des             matériaux de construction saranais du haut Moyen Âge.

DAO S. Jesset

1. Le corpus saranais d’après les ateliers

3À ce jour plus de 70 000 fragments de matériaux en terre cuite du haut Moyen Âge sont répertoriés, distribués sur une cinquantaine de sites, principalement répartis sur Orléans et les communes alentour. Outre les découvertes fortuites, souvent anciennes, concernant essentiellement des tuiles-antéfixes ou des modillons conservées dans les musées, les opérations archéologiques programmées et préventives de ces 15 dernières années sont à l’origine de l’essentiel du corpus. Toutefois, les contextes de production saranais restent les mieux documentés, en raison de l’emploi des rebuts de tuilerie dans les maçonneries des fours des potiers-tuiliers, notamment des vie et viie siècles. La collecte systématique des matériaux de construction en terre cuite dans ces contextes représente ainsi plus de 90 % du corpus.

  • 2 Deux petites séries sont concernées, l’une constituée de 3 petites plaques déc (...)

4À l’exception de quelques pièces très particulières, souvent fragmentaires, retrouvées en quelques exemplaires seulement, pour lesquelles nous n’avons pas d’identification assurée à proposer2, 6 types sont renseignés : 3 spécifiquement employés pour la couverture (tegulae, imbrices et tuiles-antéfixes) ; 3 réservés pour les maçonneries et sans doute plutôt pour les systèmes de corniches en débord des toitures (modillons, briques plates, briques-chéneaux) (fig. 2).

Fig. 2 Récapitulatif des modules des matériaux de construction saranais du haut Moyen Âge d’après les ateliers de production.

Fig. 2 Récapitulatif des modules des             matériaux de construction saranais du haut Moyen Âge d’après les             ateliers de production.

Crédit S. Jesset

1.1. Les tegulae (fig. 3)

5Les tuiles à rebords fabriquées par les ateliers de Saran ont une forme standardisée de plan trapézoïdal. Les mesures varient dans des proportions relativement importantes et apparemment indépendamment de la période considérée. Ainsi la longueur est comprise entre 30,5 et 37 cm, avec une largeur en partie avant de 22 à 31,5 cm et à l’arrière de 24 à 32 cm. La masse pour une forme complète s’échelonne entre 3,1 et 4,1 kg.

6Le profil des rebords est plus généralement rectangulaire, d’une hauteur extérieure comprise entre 4 et 5,7 cm, avec une épaisseur du plateau variant de 1,4 à 3,3 cm. Systématiquement, le rebord s’affine considérablement de l’avant vers l’arrière, perdant plus de 1 cm de largeur.

7Les encoches d’une longueur à l’avant de 3,4 à 6,5 cm et à l’arrière de 1,6 à 5 cm sont toujours réservées lors du moulage, sans doute à l’aide de cales ou préformées dans le cadre (fig. 3-3 et fig. 3-5). Après séchage, elles sont parfois reprises au couteau (fig. 3-2), ou au doigt pour l’encoche haute (fig. 3-3). La retouche au couteau est toutefois souvent limitée, s’apparentant à un simple ébarbage, bien loin des véritables découpes traditionnellement observées sur les encoches des tegulae gallo-romaines (fig. 3-6).

8Le plan trapézoïdal des tegulae et l’affinement du rebord contribuent à l’amélioration de l’encastrement de la tuile d’amont sur la tuile d’aval et rendent du même coup accessoire la retouche des encoches. Dans cette perspective, le recouvrement pouvait être plus important, la position de blocage de la tuile d’amont se situant entre le quart et le tiers supérieur de la tuile d’aval.

Fig. 3 Exemples de tegulae saranaises du haut Moyen Âge.

Fig. 3 Exemples de tegulae saranaises du haut               Moyen Âge.

DAO et cl. S. Jesset

1.2. Les imbrices (fig. 4)

9Les tuiles couvre-joints possèdent un profil légèrement conique entre l’avant et l’arrière, destiné à permettre le recouvrement de l’imbrex d’aval par celle d’amont afin d’éviter les infiltrations. Moulées dans un cadre assez fin, les imbrices possèdent une épaisseur de 1 à 2,1 cm avec une longueur comprise entre 29,5 et 34 cm pour une largeur avant de 16 à 18 cm en développé et arrière de 12 à 15 cm. La masse d’un exemplaire complet varie autour de 1,8 kg. Les surfaces et arêtes sont systématiquement laissées brutes sans retouche.

10Deux cannelures longitudinales digitées prennent place quasi systématiquement sur le sommet de l’imbrex. Les deux gorges peuvent être rectilignes disjointes (fig. 4-1), rectilignes parallèles (fig. 4-2) ou se terminer en crosse vers la partie aval (fig. 4-3). Outre l’aspect sans doute décoratif, on évoquera un dispositif qui pourrait favoriser le ruissellement.

Fig. 4 Exemples d’imbrices saranaises du haut Moyen Âge en Orléanais.

Fig. 4 Exemples d’imbrices saranaises du haut                 Moyen Âge en Orléanais.

DAO et cl. S. Jesset

1.3. Les tuiles-antéfixes (fig. 5)

  • 3 La partie arrière de la tuile-antéfixe est systématiquement retrouvée (...)

11Forme emblématique des ateliers de Saran, les antéfixes sont constituées d’une plaque quadrangulaire de 2 à 3 cm d’épaisseur sur laquelle est moulée la figure du Christ, surmontée d’un fronton semi-circulaire recevant un symbole religieux, et collée à la barbotine sur l’extrémité d’une imbrex3. La hauteur de la plaque est comprise entre 14,5 et 18 cm pour une largeur de 9 à 9,7 cm. L’imbrex située à l’arrière étant fréquemment incomplète, il n’est pas possible de donner une longueur ni une masse globale. Des retouches au couteau sont parfois identifiées sur le pourtour de la plaque, sans doute pour un ébarbage des arêtes.

Fig. 5 Exemples de tuiles-antéfixes saranaises du haut Moyen Âge en Orléanais.

Fig. 5 Exemples de tuiles-antéfixes                 saranaises du haut Moyen Âge en Orléanais.

DAO et cl. S. Jesset

1.4. Les modillons (fig. 6)

12Console destinée à supporter l’avancée du toit, ces barres d’argile parallélépipédiques sont partiellement incluses dans la maçonnerie où elles sont placées en boutisse. La partie visible en sous-face est taillée au couteau pour former un profil mouluré, généralement à un ou deux redents à angles vifs. Les modillons mesurent de 7 à 9 cm de large pour une hauteur de 6 à 9,5 cm et une longueur de 20,5 à 24 cm pour les rares éléments complets dont la masse varie entre 2,12 et 2,18 kg. La portion incluse dans la maçonnerie oscille de 13 à 15 cm. À l’instar des tuiles-antéfixes, des retouches au couteau sont apportées sur les arêtes qui sont presque systématiquement recoupées pour former un étroit chanfrein.

Fig. 6 Exemples de modillons saranais du haut Moyen Âge en Orléanais.

Fig. 6 Exemples de modillons saranais                 du haut Moyen Âge en Orléanais.

DAO et cl. S. Jesset

1.5. Les briques plates (fig. 7)

  • 4 Bouillon et Capron 2015, p. 338.

13Cette forme moulée dans un cadre possède une épaisseur comprise entre 2 et 4,5 cm avec toutefois une large majorité située entre 3 et 4 cm. Les gabarits sont assez divers et les modules difficiles à percevoir clairement, les éléments étant rarement complets. Toutefois, il est possible de discerner un premier module de carreaux de 17,5 à 19 cm de côté de 2,5 à 3,5 cm d’épaisseur et d’une masse de 1,75 à 1,87 kg (brique 1a : fig. 7-1). Cette même largeur se retrouve sur deux autres séries plus longues de 20-21 cm (brique 1b : fig. 7-2) et 25-26 cm (brique 1c : fig. 7-3), cette dernière de 2,3 à 2,6 kg4.

Fig. 7 Exemples de briques plates saranaises du haut Moyen Âge en Orléanais.

Fig. 7 Exemples de briques plates                 saranaises du haut Moyen Âge en Orléanais.

DAO S. Jesset

14Des multiples de ce module paraissent exister, non seulement avec le double (brique 2 d’une largeur de 34,5 à 37 cm : fig. 7-7), mais encore avec la moitié (brique 3 d’une longueur de 8,5 à 9 cm : fig. 7-4). Toutefois, ces deux dernières mesures restent isolées à défaut de formes entières.

  • 5 Ibid., p. 340-341.

15D’autres modules peuvent compléter la série, notamment des carreaux de 20 à 22,5 cm de côté d’une épaisseur 3 à 4 cm pour une masse de 2,8 kg (brique 4 : fig. 7-5) et d’autres de 25 à 30 cm avec une épaisseur de 4 à 4,5 cm pour une masse supérieure à 5 kg (brique 5 : fig. 7-6). Enfin, on signalera trois autres modules mesurant 11 cm, 13 cm et 14,5 cm de large (brique 6 et 7) qui pourraient constituer des sous-multiples des modules de carreaux précédemment mentionnés5.

1.6. Les briques-chéneaux (fig. 8)

16Très proche de la tegula, la brique-chéneau s’en distingue par une forme strictement rectangulaire, l’absence d’encoche, un voire deux rebords plus hauts, verticaux et d’épaisseur quasi régulière sur toute la longueur. Toutefois, quelques rebords s’affinent brutalement à leur extrémité sans qu’il soit possible d’y voir un dispositif destiné à favoriser un éventuel emboîtement (fig. 8-2). En l’absence de recouvrement possible (comme pour les tegulae), l’étanchéité pourrait être obtenue via le scellement et le jointoiement au mortier au sommet des maçonneries.

Fig. 8 Exemples de briques-chéneaux saranaises du haut Moyen Âge en Orléanais.

Fig. 8 Exemples de briques-chéneaux                 saranaises du haut Moyen Âge en Orléanais.

DAO et cl. S. Jesset

  • 6 Des formes comparables sont connues pour la période antique. La découv (...)

17Depuis l’extérieur, la hauteur du rebord oscille entre 7 et 9,5 cm avec un plateau compris entre 2 et 3,2 cm. La seule longueur complète identifiée de 32,7 cm rapproche cette forme des gabarits de la tegula (fig. 8-1, 8-6). En revanche, en l’absence de tout exemplaire disposant d’une largeur complète, l’existence de deux rebords parallèles reste hypothétique6. En effet, une partie de ces briques-chéneaux présentent un rebord entaillé d’une échancrure vers le milieu de la longueur (fig. 8-3, 8-4 et 8-5). Cette découpe verticale sur toute la hauteur du rebord s’arrête au niveau du plateau. La largeur de cette encoche n’est pas connue, mais elle doit sans doute être de quelques centimètres et pourrait servir à l’écoulement de l’eau.

2. Évaluation de la production et de la commercialisation

18La part respective des six grands types employés en maçonnerie et toiture varie en fonction des contextes de découvertes, selon qu’il s’agisse de sites de production ou de consommation (fig. 9). Ainsi, on retiendra que les briques sont plus fréquentes au sein des ateliers (0,5 à 8 % du nombre de restes – NR) et que dans ces derniers la proportion de tegulae (72 à 89 %) est bien supérieure aux imbrices (11 à 28 %). Ces résultats sont bien évidemment en lien avec le remploi des ratés de cuissons dans les maçonneries des fours sur l’atelier, favorisant les éléments plats au détriment des imbrices – la forme bombée de ces derniers étant plus difficile à mettre en œuvre dans les fours. À partir de ce constat, la part des productions de briques au regard des tegulae et par extension de tous les éléments plats peut donc être évaluée, en gardant à l’esprit que des effets de sélection pourraient se trouver accentués ou minorés suivant la polyvalence de certaines formes ou modules.

Fig. 9 Corpus typologique des matériaux de construction saranais du haut Moyen Âge en région Centre.

Fig. 9 Corpus typologique des matériaux de             construction saranais du haut Moyen Âge en région Centre.

Crédit S. Jesset

  • 7 Si les briques sont systématiquement représentées au sein des ateliers ou des (...)
  • 8 Les chiffres avancés pour les deux études conduites dans la commune de La Chapelle-Saint(...)
  • 9 La question du remploi des matériaux de construction est un point essentiel qui méritera (...)

19A contrario, dans les sites d’habitat, la proportion de briques dépasse rarement 1 % du NR7 et la part entre tegulae et imbrices est tout à fait différente8. D’après le corpus (fig. 9), on identifie trois cas de figure : en premier lieu une situation où le nombre est proche de l’égalité (Orléans – rue Jeanne d’Arc) ; le cas où les imbrices sont en minorité et représentent entre le tiers et le quart des éléments de toitures (Ingré – ZAC du Bourg, Saran – le Bourg) ; le dernier cas se distingue par une majorité d’imbrices (Orléans – Place du Cheval Rouge, Allonnes – la Mare des Saules). Il faut sans doute voir là des effets du remploi des matériaux (tegulae ou imbrices suivant les cas), la règle, en considérant une mise en œuvre classique, à l’identique des couvertures à l’antique, s’approchant d’un pour un9.

  • 10 Le NMI repose sur le croisement de trois différents paramètres que sont la mas (...)

20À la lumière de ces différents résultats, il est possible d’estimer les quantités produites en considérant à la fois un vraisemblable équilibre dans le nombre de tegulae et d’imbrices ainsi qu’un nombre de briques représentatif et non biaisé au sein de l’atelier. En s’appuyant sur le nombre minimum d’individus (NMI) calculé pour chaque catégorie10, on perçoit un relatif équilibre des briques, briques-chéneaux et modillons représentant quelques dizaines d’exemplaires chacun. Ils constituent une production 3 à 18 fois plus importante que ne le seraient les antéfixes, mais 10 à 40 fois plus faible que celle des tegulae et par extension des imbrices (fig. 9).

  • 11 On pointera l’absence des tuiles-antéfixes dans les contextes religieux classi (...)

21À considérer une bonne représentativité de ces chiffres, ils deviennent les témoins indirects des commandes passées et, par conséquent, des constructions et de la place que chaque catégorie peut y occuper. Ainsi, pour les tuiles-antéfixes, il apparaît peu probable, au regard de leur nombre très restreint en contexte de production et de consommation, que ces éléments soient destinés à venir systématiquement obturer la dernière imbrex située en rive de toit des édifices religieux. Cette hypothèse aurait été valide si leur nombre avait dépassé plusieurs dizaines, à l’instar des briques ou modillons. Ainsi faut-il envisager outre une utilisation réservée à certaines constructions particulières, un emploi sans doute limité à certaines parties de la toiture ou espaces privilégiés11.

  • 12 Les nombreuses briques antiques présentes dans la façade de l’église de la Chapelle (...)
  • 13 Alix et Roux-Capron 2020.

22Dans le même ordre d’idée, la très faible quantité de briques retrouvée à la fois au sein des ateliers et sur les occupations ne permet pas de restituer une véritable architecture en opus mixtum, ni même un emploi en encadrement d’ouvertures comme cela a été parfois envisagé. Il est symptomatique à ce sujet de voir le remploi, sans doute en grande partie opportuniste, de briques gallo-romaines dans les maçonneries des constructions ecclésiastiques de la fin du haut Moyen Âge12, voire de tegulae en lieu et place des rangs de briques, à l’exemple des réfections des viiie-ixe siècles de l’enceinte tardo-antique d’Orléans13. Dans ce dernier cas, c’est bien l’absence de production de modules de briques compatibles qui semble devoir conditionner leur remplacement par d’autres matériaux de substitution.

23Le corpus des modillons et tuiles-antéfixes des sites de consommation reflète indirectement un autre aspect des commandes. Ainsi la découverte sur plusieurs sites d’Orléans de modillons à deux redents et joues latérales à deux ressauts (fig. 6-6 à 6-11) témoigne de productions en séries interchangeables et à même d’être employées dans n’importe quelle construction. L’identification sur différents sites de tuiles-antéfixes issues du même moule confirme, outre le partage d’une même iconographie, le choix limité d’une composition qui doit être l’œuvre de l’artisan et non celle du commanditaire.

3. Les traces de mise en œuvre

24Des résidus de chaux blanche mis en évidence au niveau des rebords des tegulae témoignent de l’emploi de mortier pour solidariser les tuiles à rebord et les imbrices, comme cela était d’usage durant l’Antiquité. Des traces similaires existent sur certains modillons. Le mortier est alors retrouvé sans surprise sur la partie insérée en boutisse dans la maçonnerie, mais également sur la face supérieure avant, témoignage indirect de l’existence d’un autre élément placé au-dessus, sans doute une brique plate ou une brique-chéneau. La présence de mortier de chaux reste toutefois limitée et se concentre dans quelques contextes strictement urbains.

25Les usures rencontrées sur certains éléments sont parfois des indices de leur mise en œuvre. C’est le cas des pureaux des tegulae et imbrices piquetés, crevassés, avec les grains de quartz saillants, attestant un lessivage en lien avec une exposition aux intempéries. On retrouve cette altération sur les tuiles-antéfixes également. Ces usures ne sont pas visibles sur les modillons observés, indice supplémentaire d’une position relativement abritée. En revanche, des concrétions de calcite sont visibles sur quelques exemplaires, témoignage d’un ruissellement de l’eau chargée de la chaux des mortiers de scellement et de jointoiement de la toiture.

26Les ruptures et cassures peuvent également témoigner de la mise en œuvre spécifique de ces matériaux. C’est le cas des modillons, dont il ne subsiste généralement que la partie avant, la partie arrière étant sans doute restée fichée dans la maçonnerie. La découverte systématique de tuiles-antéfixes séparées de l’imbrex à l’origine fixée au revers, relève du même constat.

4. Proposition de restitution d’une architecture modulaire

  • 14 Lorsqu’on pose une tegula sur une brique-chéneau, le sommet des rebords des deux se trou (...)

27Les concordances de modules entre différentes formes peuvent donner des indications sur de possibles combinaisons (fig. 10). Le cas est évident pour les tegulae et imbrices dont les longueurs sont équivalentes (fig. 10-5D) et l’association héritée de l’Antiquité. Elles permettent également de mettre hypothétiquement en relation les tegulae et les briques-chéneaux dont la seule longueur complète conservée est équivalente à la plus grande largeur des tegulae. À cette concordance s’ajoutent des longueurs similaires et des hauteurs de rebords complémentaires14, sans que ces paramètres paraissent jouer un rôle de prime abord.

Fig. 10 Proposition de schémas d’assemblages des toitures du haut Moyen Âge à partir des modules saranais.

Fig. 10 Proposition de schémas             d’assemblages des toitures du haut Moyen Âge à partir des modules             saranais.

DAO S. Jesset

28Quelle que soit la restitution de l’utilisation de cette forme, en rive de toit (dans le cas d’un rebord unique : fig. 10-2B) ou en couronnement de la maçonnerie (dans le cas d’un rebord double : fig. 10-1B), le positionnement de la jointure entre deux tuiles-chéneaux aurait à gagner à coïncider avec l’imbrex pour bénéficier de la protection et du scellement de cette dernière. Toutefois, cette possibilité n’a rien d’une obligation et les deux ensembles – la toiture d’une part et la corniche d’autre part – peuvent tout à fait fonctionner indépendamment. La restitution de l’utilisation de la brique-chéneau dans cette configuration paraît interdire la tuile-antéfixe, sauf à comprendre la découpe du rebord parfois observée comme un passage pour son installation. Toutefois, la largeur restituée paraît ici nettement insuffisante pour une telle utilisation.

29L’emploi des modillons comme console est sans doute rythmé par la longueur des briques (fig. 10-3B) et celle des possibles briques-chéneaux qu’ils supportent (fig. 10-1B, 10-2B). Dans cette hypothèse, l’écartement bord à bord de deux modillons serait compris entre 23 et 25 cm pour les briques-chéneaux et au moins de l’équivalent pour les briques, en fonction du module retenu.

30Un lien pourrait également exister avec la largeur de la tegula, permettant de faire coïncider si nécessaire le modillon avec la jointure des deux tegulae, donc l’imbrex et la possible tuile-antéfixe située au devant (fig. 10-4C). Dans cette perspective et considérant la plus petite largeur de la tegula du côté aval, la distance bord à bord d’un modillon ne pourrait être inférieure à 15 cm. Toutefois, là encore, cette disposition, qui suit une logique esthétique, n’est pas une obligation, la corniche étant structurellement indépendante du reste de la toiture.

31L’espace situé entre les deux modillons, correspondant à la métope des corniches à l’antique, compris entre 15 et 25 cm d’après les hypothèses formulées ci-dessus, pourrait dans ce cas de figure être comblé par les briques de 17,5 à 19 cm de large et dont les longueurs sont comprises entre 17,5 et 26 cm (fig. 10-A). Une position longitudinale, en panneresse, serait à privilégier, permettant de « rattraper », sur la profondeur de la maçonnerie, les modillons ou les briques-chéneaux.

Conclusion

32Les études menées au cours de ces dernières années sur la production de matériaux en terre cuite à Saran montrent principalement, si ce n’est exclusivement, des objets destinés à la mise en œuvre des corniches et des toitures. Les contextes de consommation, quant à eux variés, témoignent d’un emploi diversifié allant de la simple toiture de tegulae et d’imbrices à celle combinant des modillons révélant ainsi l’existence d’une véritable corniche. Cette toiture traditionnelle héritée de l’Antiquité couvre une architecture de pierre, particulièrement en milieu urbain, ou de matériaux périssables, de poteaux plantés dans le cas de quelques habitats ruraux. Elle marque principalement les habitats privilégiés et en majorité urbains comme en témoignent les exemples actuellement documentés.

  • 15 Périn 1986, p. 287
  • 16 Maufus 1991, p. 232-237

33Toutefois, les propositions de restitution qui sont présentées ici dans le prolongement de celles de Théodore Vacquer pour les monuments de Paris15, ou plus récemment de Marie-Christine Maufus pour ceux de Nantes16, demandent encore à être validées par des études systématiques de lots complets en lien avec les constructions. Seul le ramassage exhaustif de ces matériaux, mais aussi des enduits et mortiers qui pourraient être associés, puis leur étude permettront outre de confirmer l’utilisation des briques et des briques-chenaux dans les corniches, de mieux cerner les types de constructions recevant ces couvertures.

Haut de page

Bibliographie

Alix C et Roux-Capron E.

2020, Orléans, rue de la Tour Neuve. De l'enceinte urbaine à la Vinaigrerie Dessaux, rapport d’opération préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Berland J.-M.

1975, « Catalogue des objets exposés dans l’abbaye au cours de la semaine d’études médiévales », dans Louis R. (dir.), Études ligériennes d’histoire et d’archéologie médiévales, mémoires et exposés présentés à la semaine d’études médiévales de Saint-Benoît-sur-Loire, 3-10 juillet 1969, Auxerre, Société des fouilles archéologiques et des monuments historiques de l’Yonne (Cahiers d’archéologie et d’histoire, 4), p. 413-417.

Bouillon J. et Capron F.

2015, Saran, Ancienne route de Chartres, au lieu-dit « La Guignace » – (Zone sud et zone nord). Une extension nord au complexe artisanal potier de Saran « La Médecinerie » (vie-xe siècle), rapport d’opération préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA), 2 vol.

Bouillon J.

2019, Saran, rue de la Source Saint-Martin, Complément à la cartographie potière en territoire de Saran : les marges septentrionales du secteur de production de « la Guignace »« la Médecinerie », « le Mesnil », et « le Bourg » (vie-ixe siècle), rapport d’opération préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Bryant S.

2008, Orléans « Rue Saint-Étienne ». Un mur et une occupation mérovingiens, rapport d’opération préventive de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Capron F.

2013, Eure-et-Loir, Allonnes, La Mare des Saules. Lieux d’inhumations, habitats et édifice religieux du haut Moyen Âge à l’époque contemporaine, rapport d’opération, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA), 4 vol.

Carron D.

2008, Saint-Benoît-sur-Loire, Fleury, rue Henri Navarre, rapport d’opération préventive de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Chapelot J.

1971, « Chronique d’archéologie médiévale. Un site du haut Moyen Âge, Moncelon (commune de Briou – Loir-et-Cher) », Revue archéologique du Centre de la France, 10/1-2, p. 9-13, DOI : 10.3406/racf.1971.1698.

1976, « Les antéfixes de terre cuite d’époque carolingienne en France », Revue archéologique du Nord du Loiret, 2, p. 46-56.

Chenesseau G.

1923, « Découverte de sépultures anciennes dans l’église de Saint-Benoît-sur-Loire », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, 222, p. 39-46, URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6569394z/f41.item#.

Chimier J.-P., Juge P. et Massat T.

1997, Orléans « le Rio », 191 rue de Bourgogne, rapport d’opération préventive de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Courtois J., Guyot L., Jesset S. et al.

À paraître, « Éléments de morphologie urbaine de la ville d’Orléans entre l’accession au statut de chef-lieu de cité au ive s. et le grand incendie de 989 », dans Colloque AFAM de Lyon, La ville de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, du 5 au 7 octobre 2017.

Courtois J. et Alix C.

2016, La Chapelle-Saint-Mesmin, Parvis de l’église, rapport final d’opération de sauvetage urgent, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Courtois J. et Ziegler L.

2019, Orléans, 28 rue de l’Ételon, rapport d’opération préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Debal J. et Ferdière A.

1970, « La découverte du site de la Médecinerie à Saran », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, 40, p. 311-338.

Gleizes M.-F.

1983, « Saint-Michel d’Orléans, évolution d’une église suburbaine au Moyen Âge », Revue archéologique du Loiret, 9, p. 81-108.

Guyot L.

2017, Le site de Saint-Pierre Lentin (45234002) 1977-1979. Reprise des données stratigraphies et céramiques, Mémoire de Master 2 recherche Archéologie des sociétés et territoires en France métropolitaine, Université de Nantes.

Hubert J.

1931, « Germigny-des-Prés », dans Congrès archéologique de France, XCIIIe session tenue à Orléans en 1930, Paris, Picard (Congrès archéologique de France, 93), p. 534-568.

1938, L’art pré-roman, Paris, Éditions d’art et d’histoire (Les monuments datés de la France).

Jesset S.

2009, Ingré « ZAC du Bourg Ouest, Tranche 1 », rapport d’opération préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

2014a, Orléans, 20 rue Saint Marc, rapport d’opération préventive de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

2014b, « La production de terre cuite architecturale durant le haut Moyen Âge à Saran (Loiret) : entre tradition et modernité », dans Société française d’étude de la céramique en Gaule, actes du congrès de Chartres (29 mai-1er juin 2014), Marseille, SFECAG, p. 177-196.

2015a, Des artisans potiers du haut Moyen Âge en bordure de la forêt d’Orléans, Saran (Loiret), « lac de la Médecinerie », rapport d’opération programmée, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

2015b, « Les ateliers de potiers du haut Moyen Âge autour d’Orléans (Loiret) : caractérisation, organisation et production », dans Thuillier F. et Louis É. (dir.), Tourner autour du pot… : les ateliers de potiers médiévaux du ve au xiie siècle dans l’espace européen, actes du colloque international de Douai (5-8 octobre 2010), Caen, Presses universitaires de Caen (Publications du Craham, série antique et médiévale), p. 227‑246.

2018, « Les modillons de terre cuite de la basilique de Saint-Martin de Tours (Indre-et-Loire) et de l’église abbatiale Sainte-Marie de Saint-Benoît-sur-Loire (Loiret) : l’expression de deux groupes ligériens », Revue archéologique du Centre de la France, 57, 2018, URL : http://journals.openedition.org/racf/2573.

2021, Saran, la « Voie Nouvelle », rapport d’opération de fouille de sauvetage archéologique, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

À paraître a, Orléans, îlots 1, 2 et 3 de la Rue des Carmes, rapport d’opération préventive de diagnostic archéologique.

À paraître b, Saran, le Bourg, rapport d’opération de fouille de sauvetage archéologique.

Jesset S., Alix C., Courtois J., et al.

2021, Orléans, La place du Cheval Rouge, rapport d’opération préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Jouvellier P.

1975, « Les fragments décoratifs carolingiens de Germigny des Prés conservés au Musée historique de l’Orléanais », Louis R. (dir.) Études ligériennes d’histoire et d’archéologie médiévales, mémoires et exposés présentés à la semaine d’études médiévales de Saint-Benoît-sur-Loire, 3-10 juillet 1969, Auxerre, Société des fouilles archéologiques et des monuments historiques de l’Yonne (Cahiers d’archéologie et d’histoire, 4), p. 432-435.

Joyeux P. et Guillemard T.

2012, Orléans, 2e ligne de tramway, place De Gaulle : aux portes de la ville, les occupations de la place De Gaulle du IIe siècle av. J.-C. à nos jours, rapport d’opération préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Joyeux P., Canny D., Carron D. et al.

2012, Orléans, 2e ligne de tramway de l’agglomération orléanaise : rue Jeanne d’Arc et place Sainte Croix, rapport d’opération préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Joyeux P. dir.

2014, Regards sur Orléans : archéologie et histoire de la ville, catalogue d’exposition, Orléans, Ville d’Orléans.

Kisch Y. de

1980, Rapport d’opération de sauvetage programmé : Le Mail Pothier (45234012 AH), rapport d’opération de fouille de sauvetage programmé archéologique, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Ladam A.

2017, Orléans, 21 rue Saint-Étienne, rapport d’opération préventive de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Lardé S.

2019, Saint Jean de Braye, « 1 rue Jeanne d’Arc », rapport d’opération préventive de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Laurent-Dehecq A. et Morin J.-M.

2014, Saran (Loiret, Centre) : ZAC des Portes du Loiret Zones A et B : Les Chimoutons, la Justice (Clinique Oréliance), rapport d’opération préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA), 2 vol.

Laurent-Dehecq A.

À paraître a, Saran (Loiret, Centre) : ZAC des Portes du Loiret Zones C et E, rapport d’opération préventive.

À paraître b, Saran (Loiret, Centre) : ZAC des Portes du Loiret Zones D, rapport d’opération préventive.

Lichon A.-A.

2009, Commune de Boynes (Loiret), le Haut des Bordes, site A19 – H13 (45.050.017). Autoroute A19, Section Artenay-Courtenay, rapport d’opération préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Lorans E. et Cressein T.

2017, Le site de l’abbaye de Marmoutier (Tours, Indre-et-Loire), rapport d’opération de fouille programmée, à la Drac Centre-Val de Loire (SRA), 2 vol.

Loubignac F.

2015, La Chapelle Saint Mesmin (45) – Tranche 3, Les Chesnat et La Patrie, rapport d’opération préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA), 10 vol.

Mataouchek V.

2009, Orléans, Place Saint-Laurent, rapport d’opération préventive de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Maufus M.-C.

1991, « La terre cuite », dans Duval N. et Fontaine J. (dir.), Naissance des arts chrétiens, Atlas de monuments paléochrétiens de la France, Paris, ministère de la Culture, p. 232-237.

Nauleau J.-F.

2013, « Les matériaux de construction en terre cuite d’époque romaine dans l’ouest des Pays de Loire – Premier bilan », Revue archéologique de l’Ouest, 30, p. 223-260, DOI : 10.4000/rao.2154.

Périn P.

1986, « Terres cuites architecturales du haut Moyen Âge trouvées à Paris », dans Deroeux D. (dir.), Terres cuites architecturales au Moyen Âge, colloque des 7-9 juin 1985, Arras, Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais (Mémoires de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 22-2), p. 9-16.

Roux-Capron É., Aubazac G. et Jesset S.

2015, Orléans, n° 80 quai du Châtelet, rapport d’opération préventive de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA), 2 vol.

Roux-Capron É. et Parisot M.

2017, Orléans, 41 rue Saint Marc, rapport d’opération préventive de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Roux-Capron É. et Ladam A.

2017, Orléans, ZAC des Carmes Madeleine, site de l’hôpital Porte Madeleine, rapport d’opération préventive de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Vergnolle É.

1981-1982, « Inventaire du dépôt lapidaire de Saint-Benoît-sur-Loire (Loiret) », Bulletin archéologique du CTHS, n. s., 17-18 A, p. 39-114.

Watkinson B.

1981, « Terres cuites architecturales du haut Moyen Âge à Tours (fouilles du château) », Recherches sur Tours, 1, p. 115-129.

Zélie B.

2015, La-Chapelle Saint-Mesmin (45), Les Placeaux et Les Chesnats, Tranche 2, rapport d’opération préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA), 2 vol.

Haut de page

Notes

1 Jesset 2014b ; Jesset 2015a ; Courtois, Guyot, Jesset et al. à paraître.

2 Deux petites séries sont concernées, l’une constituée de 3 petites plaques découpées pouvant figurer des symboles religieux utilisés en marquage de sépulture ou décor d’applique (Jesset 2014b, p. 193-194), l’autre représentée par 2 fragments massifs modelés prenant la forme d’une base de chenet et uniquement découverts en contexte de production.

3 La partie arrière de la tuile-antéfixe est systématiquement retrouvée brisée, ne permettant pas de confirmer la longueur de cette partie, qui pourrait correspondre non pas à une imbrex complète mais plutôt à une portion plus courte s’imbriquant de quelques centimètres sous la partie aval de la dernière imbrex.

4 Bouillon et Capron 2015, p. 338.

5 Ibid., p. 340-341.

6 Des formes comparables sont connues pour la période antique. La découverte dans le quartier Saint-Lupien à Rezé de huit de ces éléments disposés à la suite et formant une canalisation à ciel ouvert dans une ruelle permet de supposer cet usage de drainage des eaux. Ces exemplaires ont des mesures similaires avec des rebords compris entre 8,2 et 9 cm, une longueur de 35 à 35,9 cm pour une largeur de 32,5 à 33 cm (Nauleau 2013, p. 21-23).

7 Si les briques sont systématiquement représentées au sein des ateliers ou des occupations avoisinantes (à l’exemple de Saran le Bourg), ce n’est pas le cas pour les habitats plus éloignés et assez fréquemment dépourvus de cette catégorie.

8 Les chiffres avancés pour les deux études conduites dans la commune de La Chapelle-Saint-Mesmin restent à ce titre très en marge des schémas obtenus sur les autres sites (fig. 9). Sans remettre en cause les résultats, il convient de rester prudent en l’attente d’une reprise des lots.

9 La question du remploi des matériaux de construction est un point essentiel qui mériterait d’être étudié en détail. On se contentera ici de souligner la mise en évidence systématique sur les sites d’habitat de plusieurs coloris, modules et marques techniques (profil du rebord, encoches, etc.) qui pourraient plaider en faveur de lots hétérogènes, s’étant constitués progressivement à partir de plusieurs sources d’approvisionnement/de récupération.

10 Le NMI repose sur le croisement de trois différents paramètres que sont la masse de chaque catégorie, les mesures de longueur et le nombre d’angles latéralisés ou non (Jesset 2014b).

11 On pointera l’absence des tuiles-antéfixes dans les contextes religieux classiques tels que monastère, prieuré, baptistère, cathédrale, église urbaine, etc., et une concentration des découvertes à l’emplacement des cimetières. Cette récurrence qui évoque un lien entre tuiles-antéfixes et monuments funéraires, sans aller totalement dans le sens de « l’usage funéraire » reconnu par certains auteurs, est une hypothèse ayant déjà été évoquée par Patrick Périn qui signalait l’exemple des martyria, memoriae et mausolées hypogées pouvant posséder des toitures ornées de ce type d’éléments (Périn 1986, p. 14).

12 Les nombreuses briques antiques présentes dans la façade de l’église de la Chapelle Saint-Mesmin datée du xie siècle (Courtois, Alix 2016) ou les maçonneries de l’église Saint-Pierre-Lentin calée au début du xie siècle (Guyot 2017), sont un bon témoignage de cette pratique dans l’Orléanais.

13 Alix et Roux-Capron 2020.

14 Lorsqu’on pose une tegula sur une brique-chéneau, le sommet des rebords des deux se trouvent au même niveau. En d’autres termes, la somme de la hauteur du plateau et du rebord de la tegula est égale à la hauteur interne du rebord de la brique-chéneau.

15 Périn 1986, p. 287

16 Maufus 1991, p. 232-237

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Corpus et carte de répartition des matériaux de construction saranais du haut Moyen Âge.
Crédits DAO S. Jesset
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 Récapitulatif des modules des matériaux de construction saranais du haut Moyen Âge d’après les ateliers de production.
Crédits Crédit S. Jesset
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 3 Exemples de tegulae saranaises du haut Moyen Âge.
Crédits DAO et cl. S. Jesset
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31678/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 Exemples d’imbrices saranaises du haut Moyen Âge en Orléanais.
Crédits DAO et cl. S. Jesset
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31678/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 895k
Titre Fig. 5 Exemples de tuiles-antéfixes saranaises du haut Moyen Âge en Orléanais.
Crédits DAO et cl. S. Jesset
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31678/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 989k
Titre Fig. 6 Exemples de modillons saranais du haut Moyen Âge en Orléanais.
Crédits DAO et cl. S. Jesset
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31678/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 901k
Titre Fig. 7 Exemples de briques plates saranaises du haut Moyen Âge en Orléanais.
Crédits DAO S. Jesset
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31678/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Fig. 8 Exemples de briques-chéneaux saranaises du haut Moyen Âge en Orléanais.
Crédits DAO et cl. S. Jesset
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31678/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Titre Fig. 9 Corpus typologique des matériaux de construction saranais du haut Moyen Âge en région Centre.
Crédits Crédit S. Jesset
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31678/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 10 Proposition de schémas d’assemblages des toitures du haut Moyen Âge à partir des modules saranais.
Crédits DAO S. Jesset
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31678/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jesset, « Les toitures de terre cuite du haut Moyen Âge dans l’Orléanais : présentation du corpus et premiers essais de restitution »Archéologie médiévale [En ligne], Toitures et matériaux de couverture au Moyen Âge, mis en ligne le 14 octobre 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/31678 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.31678

Haut de page

Auteur

Sébastien Jesset

Pôle d’archéologie ville d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search