Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...VI. – Archéologie subaquatique, é...VI. 2 – ProspectionsBougival (Yvelines). Machine de M...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI. 2 – Prospections

Bougival (Yvelines). Machine de Marly

Responsable d’opération : Bruno Bentz
p. 366

Entrées d’index

Année de l'opération :

2019

Numéro d’opération :

10999

Chronologie :

époque moderne

Nature de l'opération :

prospection archéologique
Haut de page

Texte intégral

1En mai 2019 a eu lieu une première intervention archéologique sur le site de l’ancienne machine de Marly à Bougival. Célèbre pour son gigantisme et pour le faste des grandes eaux de Versailles et de Marly qu’elle a contribuée à mettre en œuvre, elle a été construite à la demande de Louis XIV à partir de 1681. Son mécanisme et les nombreux aménagements nécessaires à son fonctionnement lui avaient valu d’être qualifiée de « Merveille du monde » par ses contemporains : la rivière de Seine fut endiguée sur une dizaine de kilomètres, des tringleries furent adossées au coteau sur presque un kilomètre, enfin des tuyauteries, des aqueducs et des réservoirs pour conduire et stocker des quantités d’eaux phénoménales ont été bâtis. Mais c’est l’implantation d’une plate-forme dans un bras de rivière qui nécessita les travaux les plus spectaculaires afin d’y placer quatorze roues et les pompes de puisage.

2Curieusement, ni l’emplacement ni l’étude de la construction de cette machine hydraulique n’avaient encore été abordés. Sa démolition et son remplacement à partir du début du xixe s. pouvaient laisser croire que toute trace avait pu disparaître. En outre, la perte des archives de la construction n’a pas permis aux historiens d’étudier en détail cet aménagement. Pourtant, quelques plans et dessins représentent une partie des infrastructures immergées dont la solidité et le bon fonctionnement étaient indispensables à l’ensemble de la structure. C’est donc à la fois pour l’étude des vestiges et la connaissance des dispositifs hydrotechniques qu’a été réalisée une prospection archéologique du site de la machine de Marly. Un repérage préalable a été effectué sur les plans anciens et actuels qui nous a permis de constater que les constructions postérieures, notamment la machine de Dufrayer, démolie seulement en 1968, avaient été bâties en aval de la machine d’origine. En outre, suite à la construction d’un barrage en 1965, ce bras de rivière n’a jamais été rendu à la navigation, il est d’ailleurs actuellement dans un secteur d’interdiction. La prospection a donc été réalisée en accord avec Voies Navigables de France qui a fermé provisoirement le barrage durant l’intervention.

3Sous la direction de Philippe Bonnin, deux archéologues-plongeurs du Groupement de recherche archéologiques subaquatiques (GRAS) sont intervenus depuis la berge, reliés par une corde de sécurité. La prospection a été effectuée par des traversées, parallèles à la berge, espacées de quelques mètres sur une partie seulement de la zone. Elle a permis de découvrir divers vestiges de la machine bâtie sous la direction d’Arnold de Ville par des charpentiers liégeois, les frères Paulus et Rennequin Sualem. Les vestiges observés sont, d’une part, une série de pieux, simples ou doubles, mesurant jusqu’à 2 m de hauteur. Leur emplacement et leur sciage parfait prouvent leur appartenance au pilotis de la Machine arasée en 1850. Un madrier couché pourrait provenir d’un plancher supérieur. Il est aussi possible que certains pieux proviennent de l’aménagement du barrage à aiguilles implanté sur cette zone vers 1940. D’autre part, plusieurs sols ont été repérés avec, soit des pierres en hérisson sous les anciennes coursières, soit des dalles de pavement du côté de l’ancien seuil d’entrée. L’excellent état de conservation des vestiges permet d’envisager de nouvelles investigations, avec des moyens adaptés pour le dégagement des structures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Bentz, « Bougival (Yvelines). Machine de Marly »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 366.

Référence électronique

Bruno Bentz, « Bougival (Yvelines). Machine de Marly » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/33794 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.33794

Haut de page

Auteur

Bruno Bentz

Association OMAGE

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bruno Bentz

Association OMAGE

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search