Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...V. – Installations artisanalesV. A3. – Céramique, terres cuites...Aisne (Saint-Quentin), Bouches-du...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
V. – Installations artisanales
V. A3. – Céramique, terres cuites architecturales, verrerie : projets collectifs de recherche

Aisne (Saint-Quentin), Bouches-du-Rhône (Marseille), Calvados (Honfleur), Charente, Charente-Maritime (Rochefort, La Rochelle, Saint-Jean-d’Angély), Côte-d’Or (Dijon), Essonne, Gironde (Bordeaux, Sadirac), Guadeloupe (Anse-Bertrand, Baillif, Saint-Claude), Guyane, Hauts-de-Seine, Indre-et-Loire, Loire-Atlantique (Nantes), Loiret (Orléans), Maine-et-Loire (Angers, Le Fuilet, Saumur), Martinique (La Trinité, Le Vauclin), Nord (Douai, Dunkerque, Lille), Paris, Pas-de-Calais (Boulogne-sur-Mer), Seine-Maritime (Dieppe, Rouen), Somme (Amiens), Val-de-Marne, Yvelines. « Les céramiques de raffinage du sucre en France : émergences et diffusions de part et d’autre de l’Atlantique du XVIe au XIXe s. »

Responsable d’opération : Sébastien Pauly
p. 354-355

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Ministère de la Culture

Texte intégral

1L’année 2019 marque l’aboutissement d’une seconde opération triennale de travaux pluridisciplinaires, sous forme d’un projet collectif de recherche, sur les céramiques de raffinage des sucres (cônes et pots à mélasse) en usage tant en métropole que dans les possessions ultramarines, durant l’époque moderne.

2L’approche croise les études céramologiques avec le développement des référentiels associés (groupes techniques, marques potières), les analyses archéométriques avec la constitution d’une base nationale des compositions physico-chimiques des productions (par spectroscopie ICP-AES et pétrographie) et les recherches archivistiques dans les sources européennes. Ces dernières ont pour objectifs de reconstituer les techniques de fabrication, d’identifier les ateliers de potiers, les artisans et les périodes d’activité, les diffusions, les conditions de transport et les coûts, les quantifications au sein des raffineries…

3Afin de replacer ce matériel archéologique dans l’ensemble de ses contextes, ainsi qu’au regard des multiples connexions économiques révélées, les recherches s’élargissent donc thématiquement aux sites de consommation que constituent les manufactures (modalités d’implantations, spatialisation des activités et gestion des lots céramiques, généalogies des raffineurs, accords commerciaux) et l’assimilation large de la culture matérielle associée à la chaîne opératoire sucrière : techniques et matériaux de réparation des céramiques, formes à sucre métalliques, exportations de chaudières, argiles de blanchiment des sucres, papiers d’emballage des cônes à sucre (étude des caractéristiques des papiers, couleurs et provenance, etc.).

4D’abord concentrés sur les régions de Nouvelle-Aquitaine, du Centre et des Antilles, les travaux du PCR se sont élargis avec l’intégration des régions Normandie, Hauts-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur et plus marginalement Bourgogne.

5Les recherches bourguignonnes soulignent le développement régional assez tardif de cette industrie et confortent, par le rare mobilier et les archives, le rôle ligérien de l’approvisionnement dijonnais. Une identification des manufactures et des lieux dédiés à cette fabrication potière spécialisée est réalisée pour le département de la Côte-d’Or.

6Dans les Hauts-de-France, les travaux archivistiques identifient quatre centres de production des céramiques sucrières et localisent les raffineries des principaux centres : Dunkerque, Bergues, Saint-Omer, Boulogne-sur-Mer, Lille, Valenciennes, Arras et Douai. Cette spatialisation intra-urbaine oriente la reprise mobilière d’opérations antérieures, parallèlement à la prospection menée auprès des musées. L’étude céramologique et partiellement archéométrique de trois lots en rejets (Amiens, Douai et Lille) ainsi que de deux pots à mélasse (Saint-Quentin et dépôt au musée des Beaux-Arts de Lille) a été conduite.

7La région normande fait l’objet d’un recensement des lieux de production potière spécialisée et des raffineries pour Rouen, Dieppe, Criquebœuf et, plus récemment ébauché, Honfleur et Le Havre. Signalons également l’exploration des liens avec le Maroc, ceux précoces avec les colonies d’Amérique ainsi qu’avec les Néerlandais et la péninsule ibérique dès le xve s. L’étude du mobilier rouennais et dieppois, couplée à la prospection menée dans les dépôts et musées régionaux, permet de caractériser le mobilier, cernant notamment, avec l’appui des analyses, les importations potentielles de la basse vallée de la Seine ainsi que celles, avérées, de l’orléanais.

8En Val de Loire, les études permettent d’affirmer la diffusion des céramiques orléanaises à Angers et Saumur, où une tentative locale de production prend place au xviie s. La découverte et l’étude amorcée du centre de production du Fuilet (Maine-et-Loire) et de ses environs constituent une avancée significative, et il est désormais acquis que Nantes s’y approvisionne en pots à mélasse aux xviie et xixe s.

9L’étude archivistique portant sur Nantes souligne les flux relatifs au commerce transatlantique et des transferts technologiques avec les possessions antillaises. Les travaux nantais ont également permis d’approcher les échanges avec le marché intérieur régional comme à destination de l’Île-de-France.

10Le secteur francilien bénéficie d’un inventaire des sites de production, de consommation, mais également de stockage des céramiques sucrières. La recherche s’étend aux sources potentielles d’argiles et évoque les fabriques connexes d’ustensiles de raffinage. La caractérisation archéométrique du mobilier régional s’esquisse, tandis que l’étude de différents brevets de fabrication des cônes de raffinage souligne la diffusion technologique des procédés, fin xviiie-début xixe s., vers la Normandie et le bordelais.

11Les études mobilières de la raffinerie bordelaise, rue Camille Sauvageau, et du four du Blayet à Sadirac (resp. fouilles : A. Guériteau, Inrap) étayent les référentiels pour ce secteur d’importance nationale, relayé par des éléments archivistiques supplémentaires.

12Pour les Charentes, les analyses archéométriques confortent la présence de productions sucrières néerlandaises à La Rochelle au sein de contextes des deux premiers tiers du xviie s. Signalons aussi la découverte puis l’amorce d’étude de trois pôles raffineurs au xviiie s., dont seul le premier était pressenti : Rochefort, Saint-Jean-d’Angély et Angoulême. L’approche archivistique collecte par ailleurs de nouvelles mentions relatives aux flux économiques avec la façade atlantique nord-ouest et Saint-Domingue.

13À Marseille, l’étude des raffineries et de ses acteurs, des premières tentatives provençales du dernier tiers du xvie s. jusqu’à sa présence marquante dans la cité phocéenne au xviiie-début xixe s. s’appaire à l’étude des industries connexes (tels le traitement des sous-produits animaux) implantées dans les quartiers en marge de la ville. La synthèse céramologique marseillaise nourrit également les référentiels relatifs aux artisans potiers et ceux archéométriques, offrant des éléments inédits de comparaison entre la vallée de l’Huveaune et le mobilier antillais.

14L’archéométrie confirme ainsi l’existence de productions provençales à Sigy en Martinique et sur l’archipel guadeloupéen, à Saint-Claude et Anse-Bertrand comme en contexte subaquatique au port du Moule où ces exemplaires trouvent correspondance avec ceux découverts en 2017 à Marseille. Les analyses attestent également la présence de productions sadiracaises à Baillif.

15Pour la Martinique, les études mobilières de sites de production à La Trinité et au Vauclin constituent deux temps forts.

16Enfin, un important travail archivistique est mené sur les prémices de l’activité sucrière et les relations franco-néerlandaises aux Antilles et en Guyane.

Céramiques de raffinage, Rouen (76), 85 rue des Carmes et grenier d’une maison située à l’angle de la rue Préfontaine et de la rue du Mont-Gargan, Collection du musée de Martainville.

Céramiques de raffinage, Rouen (76), 85 rue des Carmes et grenier d’une maison située à l’angle de la rue Préfontaine et de la rue du Mont-Gargan, Collection du musée de Martainville.

Cl. S. Le Maho – Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Céramiques de raffinage, Rouen (76), 85 rue des Carmes et grenier d’une maison située à l’angle de la rue Préfontaine et de la rue du Mont-Gargan, Collection du musée de Martainville.
Crédits Cl. S. Le Maho – Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/34006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Pauly, « Aisne (Saint-Quentin), Bouches-du-Rhône (Marseille), Calvados (Honfleur), Charente, Charente-Maritime (Rochefort, La Rochelle, Saint-Jean-d’Angély), Côte-d’Or (Dijon), Essonne, Gironde (Bordeaux, Sadirac), Guadeloupe (Anse-Bertrand, Baillif, Saint-Claude), Guyane, Hauts-de-Seine, Indre-et-Loire, Loire-Atlantique (Nantes), Loiret (Orléans), Maine-et-Loire (Angers, Le Fuilet, Saumur), Martinique (La Trinité, Le Vauclin), Nord (Douai, Dunkerque, Lille), Paris, Pas-de-Calais (Boulogne-sur-Mer), Seine-Maritime (Dieppe, Rouen), Somme (Amiens), Val-de-Marne, Yvelines. « Les céramiques de raffinage du sucre en France : émergences et diffusions de part et d’autre de l’Atlantique du XVIe au XIXe s. » »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 354-355.

Référence électronique

Sébastien Pauly, « Aisne (Saint-Quentin), Bouches-du-Rhône (Marseille), Calvados (Honfleur), Charente, Charente-Maritime (Rochefort, La Rochelle, Saint-Jean-d’Angély), Côte-d’Or (Dijon), Essonne, Gironde (Bordeaux, Sadirac), Guadeloupe (Anse-Bertrand, Baillif, Saint-Claude), Guyane, Hauts-de-Seine, Indre-et-Loire, Loire-Atlantique (Nantes), Loiret (Orléans), Maine-et-Loire (Angers, Le Fuilet, Saumur), Martinique (La Trinité, Le Vauclin), Nord (Douai, Dunkerque, Lille), Paris, Pas-de-Calais (Boulogne-sur-Mer), Seine-Maritime (Dieppe, Rouen), Somme (Amiens), Val-de-Marne, Yvelines. « Les céramiques de raffinage du sucre en France : émergences et diffusions de part et d’autre de l’Atlantique du XVIe au XIXe s. » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/34006 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.34006

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search