Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainConfolens (Charente). Château de ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Confolens (Charente). Château de Saint-Germain-de-Confolens

Responsable d’opération : Céline Chauveau
p. 301-302

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Hadès

Texte intégral

1Cette étude archéologique préalable du château de Saint-Germain-de-Confolens prend place dans un diagnostic architectural. Elle répond à un cahier des charges émis par le Service régional de l’archéologie de Nouvelle-Aquitaine dans le cadre d’un programme de restauration du site, porté par la communauté de communes de Charente Limousine, propriétaire du site. Le volet architectural est assuré par l’agence d’architectes du patrimoine Arc&Sites. Une étude de bâti et cinq sondages ont été réalisés dans ce cadre (seuls trois ont livré des résultats positifs). L’ensemble a permis d’établir sept phases de construction de l’édifice.

2La phase 1 correspond au noyau vitrifié d’une motte ou à un bâtiment détruit. Elle a été mise au jour grâce aux sondages implantés dans la cour du château. Le prélèvement d’une couche de bois brûlé issue de ces niveaux a permis deux datations C livrant un intervalle entre le milieu du xe et le début du xie s. (948-1019 AD et 962-1022 AD). Cette datation inédite témoigne d’une première occupation supposée lors des précédentes études mais jusqu’alors non vérifiée. La nature ou l’organisation exacte de ces premiers vestiges reste néanmoins incertaine. Les études de certaines mottes montrent tout de même que leurs noyaux pouvaient être constitués d’un amas de pierres, de bois, de briques et autres éléments métalliques brûlés volontairement afin de vitrifier et de solidifier l’ensemble. Ce procédé semble donc bien correspondre aux remblais observés dans la cour du château. Le nombre de deux datations 14C reste insuffisant pour confirmer définitivement la date de mise en œuvre de cette supposée motte.

3Une grosse tour à contreforts semble ensuite mise en œuvre, mais un sondage pour vérifier la connexion entre la probable motte et cette tour quadrangulaire resterait nécessaire. Seuls quelques critères architecturaux paraissent indiquer une construction imputable à la seconde moitié du xiie s. et correspondant à une phase 2. Néanmoins, la prudence invite à ne pas exclure l’hypothèse d’une tour plus ancienne, voire plus tardive, en lien avec les phases précédente ou suivante.

4La phase 3 est attribuée au début du xiiie s., en raison d’une archère à croisillons et étrier dans une maçonnerie située au nord de la tour. L’ensemble auquel appartient ce mur reste difficile à cerner. Il a pu former le mur-pignon septentrional d’un bâtiment peut-être accolé à la tour et témoignant d’un espace aulique ou résidentiel. Il est également probable que ce mur ait été intégré au sein d’une vaste enceinte ceinturant le plateau.

5La phase 4 correspond à l’aménagement de la tour du puits, datée du xve s. par ses archères-canonnières. Ce flanquement fonctionne avec deux fragments de courtines signalant une enceinte plus réduite que celle du château actuel. L’entrée de la tour est désormais à demi enterrée.

6La reconstruction massive du château au xvie s. marque la phase 5. Cette campagne voit la restructuration complète du site, avec la construction d’un corps de logis à l’ouest, flanqué des deux tours circulaires aux angles. Une troisième tour circulaire est installée au SE de façon à délimiter l’un des angles d’une nouvelle enceinte quadrangulaire dont les courtines nord et orientale se raccordent à la tour du puits préexistante. Dans une logique de symétrie, une quatrième tour circulaire a pu être envisagée dans l’angle NE ; la question se pose donc d’un éventuel programme inachevé. À l’intérieur de cette enceinte quadrangulaire, deux escaliers extérieurs sont positionnés aux extrémités nord et au sud du logis, de façon à encadrer une longue galerie. Les tours présentent des canonnières dites « à la Française » , qui ne sont pas antérieures au dernier quart du xve s. Tous ces aménagements semblent résulter d’une campagne menée en trois temps (sous-phases 5a, 5b et 5c). Il faut y voir là une commande de Gautier de Pérusse des Cars, qui achète le château en 1498 et/ou à son fils, François des Cars, propriétaire du site jusqu’en 1550.

7La phase 6 comprend des réaménagements liés au contexte troublé des guerres de Religion, durant la seconde moitié du xvie s. Deux petites canonnières, ainsi que la chemise de la tour NO, sont alors créées. Les deux tours du châtelet d’entrée au nord comptent peut-être parmi ces remaniements.

8Enfin, la phase 7 coïncide avec l’abandon progressif du monument à partir du xviie s. L’état de ruine est avéré au xixe s. Différentes campagnes de fouilles, de déblaiements et de restaurations ont lieu depuis la fin du xxe s. Les ruines ont été cristallisées à la fin des années 1990. Ce rejointoiement intégral masque les relations stratigraphiques entre toutes les maçonneries.

9Les contraintes de l’étude préalable n’ont pas permis d’intégrer une réflexion sur l’église et sur la basse cour mais de nombreuses interactions entre tous ces éléments sont encore visibles aujourd’hui et mériteraient une synthèse complète. Le site présente encore un fort potentiel archéologique dont de nouveaux éléments pourront, peut-être, être observés lors d’une éventuelle surveillance de travaux.

Château de Saint-Germain-de-Confolens, plan du niveau bas (N-1) avec la proposition de phasage du site.

Château de Saint-Germain-de-Confolens, plan du niveau bas (N-1) avec la proposition de phasage du site.

Plan extrait de Colin 1998, DAO C. Chauveau et S. Malpelat, Hadès, 2019

Haut de page

Table des illustrations

Titre Château de Saint-Germain-de-Confolens, plan du niveau bas (N-1) avec la proposition de phasage du site.
Crédits Plan extrait de Colin 1998, DAO C. Chauveau et S. Malpelat, Hadès, 2019
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/34623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Chauveau, « Confolens (Charente). Château de Saint-Germain-de-Confolens »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 301-302.

Référence électronique

Céline Chauveau, « Confolens (Charente). Château de Saint-Germain-de-Confolens » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/34623 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.34623

Haut de page

Auteur

Céline Chauveau

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Céline Chauveau

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search