Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainReims (Marne). Saint-Dizier, rue ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Reims (Marne). Saint-Dizier, rue du maréchal-de-Lattre-de-Tassigny

Responsable d’opération : Yoann Rabasté
p. 317-318

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1Portant sur superficie de près de 72 000 m², un important projet de réhabilitation d’une partie du centre historique de la ville de Saint-Dizier a nécessité la programmation de plusieurs tranches d’interventions archéologiques. Les cinq premières tranches, d’une superficie de 27 000 m², sont situées aux abords des limites de la vieille ville, le long du bras de rivière l’Ornel, aujourd’hui canalisé.

2Quatre de ces tranches ont été effectuées en périphérie de l’enceinte. Elles ont permis de s’assurer d’une absence d’urbanisation intense jusqu’au xviie s., comme l’attestent les rares plans de la cité moderne et de ses faubourgs. Dans une parcelle, la découverte de fosses de plantation, datées par quelques éléments de mobilier céramique, indique cependant la présence de cultures viticoles aux xve-xvie s.

3Une cinquième tranche a été exécutée en contrebas de la courtine. Cette opération, qui s’est accompagnée d’une rapide étude documentaire, a mis en évidence des parties de l’enceinte, des douves ainsi que divers autres aménagements. L’occupation la plus ancienne est essentiellement caractérisée par des niveaux argilo-tourbeux témoignant de l’ancien lit de l’Ornel. Cette rivière, qui constituait une défense naturelle au pied de l’enceinte, a charrié une importante quantité de mobilier attribuée aux xiie-xve s. (fragments de céramique, pièces de chaussures en cuir, os de faune, etc.). Les niveaux d’envasement anthropisés témoignent d’une activité artisanale dans les environs. Bien qu’un château soit mentionné au xiiie s., l’édification des défenses observées dans l’emprise de l’opération semble s’opérer vers les xve-xvie s. En 1544, au moment du siège de la cité par Charles Quint, François Ier finance les travaux de bastions. Un plan des fortifications daté de 1632 confirme la présence de vestiges.

4Le tracé de ces fortifications, disparues en majeure partie, est encore lisible dans l’implantation du parcellaire actuel. Certaines portions demeurent même en élévation, au niveau du château ou à l’ouest de la ville. Dans l’emprise étudiée, une portion conservée du mur d’enceinte, de quarante-cinq mètres de long et d’une hauteur de près de six mètres, a pu être observée. Son parement est composé de blocs calcaires, de quelques blocs de pierre de gros module et de rares briques jointes par un mortier beige. Cet assemblage présente des assises horizontales nettes mais irrégulières, qui témoignent malgré tout d’une certaine recherche d’harmonie dans la construction. Les fondations sont constituées d’une assise de gros blocs calcaires taillés, de couleur légèrement bleutée dont l’épaisseur n’excède pas cinquante centimètres. Cette assise repose sur un hérisson de gravier compacté et jaunâtre d’un mètre de profondeur. Ceci porte l’ensemble de l’épaisseur des fondations à un mètre cinquante environ. L’ensemble repose directement sur le niveau d’argile bleue, conduisant à s’interroger sur la solidité d’une telle structure, au regard du poids de l’enceinte et de la plasticité du terrain argileux. Cette observation corrobore d’ailleurs le rapport sur l’état des fortifications de la ville de Saint-Dizier, réalisé en 1681 par Dupuy Lespinasse, qui explique que cet ouvrage a les mêmes défauts que les autres fortifications construites à la même époque, en particulier des fondations peu profondes. Hormis des niveaux d’envasements successifs, la zone des douves ne semble pas avoir connu d’évolution notable jusqu’à la fin du xviiie s. Il faut attendre l’incendie de 1775 pour qu’une profonde modification urbaine s’opère. Le secteur adopte alors une nouvelle physionomie, qu’il conservera jusqu’à nos jours, avec l’installation d’un moulin.

5Les premières observations archéologiques réalisées sur la forteresse bragarde viennent donc compléter l’histoire de la ville essentiellement connue par les textes, et même si les traces d’occupations depuis la période médiévale sont parfois ténues en raison de l’étroitesse des fenêtres d’observation.

Reims, Saint-Dizier, rue du maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, parement et fondation de l’enceinte médiévale et moderne.

Reims, Saint-Dizier, rue du maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, parement et fondation de l’enceinte médiévale et moderne.

Cl. Y. Rabasté

Haut de page

Table des illustrations

Titre Reims, Saint-Dizier, rue du maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, parement et fondation de l’enceinte médiévale et moderne.
Crédits Cl. Y. Rabasté
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/34903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yoann Rabasté, « Reims (Marne). Saint-Dizier, rue du maréchal-de-Lattre-de-Tassigny »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 317-318.

Référence électronique

Yoann Rabasté, « Reims (Marne). Saint-Dizier, rue du maréchal-de-Lattre-de-Tassigny » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/34903 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.34903

Haut de page

Auteur

Yoann Rabasté

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yoann Rabasté

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search