Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainSaint-Oradoux-de-Chirouze (Creuse...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Saint-Oradoux-de-Chirouze (Creuse). « Complexe castral » des Mottes

Responsables d'opération : Philippe Racinet et Alain Champagne
p. 321-323

Texte intégral

1Le village des Mottes comporte cinq buttes, distantes les unes des autres de quelques dizaines de mètres avec un écartement maximum de 105 m. Le site ne se trouve pas en position de promontoire mais domine une vallée encaissée qui creuse le plateau, sur le rebord duquel il est implanté. Les structures de terre, diversement conservées, ont été enregistrées comme des « tertres » (entre 1 et 6 m de hauteur) et des « enclos ». Au NO, le tertre 1, le plus important avec un diamètre d’une trentaine de mètres à la base, pourrait être associé, vers l’est, à deux basses cours successives séparées par un hypothétique fossé, sur une longueur totale de 70 m pour une largeur moyenne de 30 m. Au SO de ce premier ensemble, les tertres 2, 3 et 4, très rapprochés les uns des autres, forment un triangle isocèle de 40 m de côté.

2À aucun moment de la période médiévale, le nom des Mottes n’apparaît dans les sources à notre disposition. Deux tertres ont fait l’objet d’investigations archéologiques anciennes. L’auteur de la fouille du tertre 2 (1884) conclut à une sépulture par incinération d’un guerrier, qui ne peut pas être antérieure au vie s. En 1932, à la suite de travaux de voirie qui a éventré le tertre 3, la surveillance archéologique menée par la Société archéologique de la Creuse permet de décrire la stratigraphie de la butte composée d’une épaisse couche de terre recouvrant un amas de pierres déposé sur une « cella ». Comme pour le premier tertre, le mobilier, peu abondant, n’est pas daté, en dehors d’un denier de Saint-Martial de Limoges, visiblement trouvé avant les travaux.

3Après une enquête documentaire et topographique préalable, notre intervention a concerné le tertre 3, amputé lors des travaux de 1932, sous la forme d’un décapage sommital, d’un premier sondage dans la partie supérieure du versant SO et d’un second à la base du versant ouest. La prolongation de ce dernier sondage à l’extérieur de l’emprise de la butte a révélé l’absence de fossé.

4Ces sondages ont permis d’avoir une première idée de la structure interne du tertre. La couche inférieure, sablonneuse, comble une cavité qui semble avoir la même emprise que la butte. Cela indiquerait qu’un creusement a été effectué sous la structure actuelle puis rempli avec une couche sableuse pour aplanir le terrain. Cette dernière est surmontée par une couche argileuse brune et une couche noire visiblement associées, les variations de couleur et de texture étant sans doute dues à la proximité d’une source de chaleur lors du brasier, dont la couche noire est le résultat. L’épaisseur grandissante de cette couche vers l’intérieur de la butte laisse penser que le combustible était placé plus au centre de la structure et qu’il s’est effondré puis étalé peu à peu vers les bords. Un amas de pierres assez compact avec de la terre, déposé sur la couche noire, constitue le corps principal de la butte. Si, au contact de la couche noire, quelques pierres sont noircies, il n’y a pas de traces d’une vitrification importante. Enfin, les bords et le sommet de la butte sont recouverts par une couche de terre qui, décapée sur la moitié de la plateforme, n’a livré aucune trace d’occupation ancienne. Quant au mobilier, résiduel, il provient exclusivement de la couche noire : des dents de cheval, un tesson de céramique (xiie-xiiie s.) et un fragment métallique.

5Deux charbons de bois, prélevés dans les parties supérieure et inférieure de la couche noire, ont fait l’objet d’une datation par le radiocarbone, qui donne les résultats suivants : 1013-1155 et 776-971. Dans la mesure où aucune subdivision stratigraphique n’a été relevée dans cette couche, il reste difficile d’affirmer que ces datations reflètent deux phases de fonctionnement. Il semble donc prudent, à ce stade, d’envisager une datation aux xie-xiie s. et la présence d’un charbon résiduel en partie inférieure de couche (récupération de bois plus anciens ?).

6En tout cas, l’origine médiévale de cette structure paraît maintenant assurée et il convient de réfléchir, dans ce sens, pour l’interprétation globale du site et de ses cinq tertres. Ce site des « Mottes » pourrait venir s’ajouter à d’autres complexes castraux à mottes multiples mis au jour dans la Creuse, comme Drouille (attesté au xie s.) ou La Tour-Saint-Austrille (attesté dès le milieu du xe s.).

Saint-Oradoux-de-Chirouze, « Complexe castral » des Mottes, levé topographique du village des Mottes.

Saint-Oradoux-de-Chirouze, « Complexe castral » des Mottes, levé topographique du village des Mottes.

D’après les travaux des élèves de l’École des Métiers du Bâtiment de Felletin.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Oradoux-de-Chirouze, « Complexe castral » des Mottes, levé topographique du village des Mottes.
Crédits D’après les travaux des élèves de l’École des Métiers du Bâtiment de Felletin.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/34963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 815k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet et Alain Champagne, « Saint-Oradoux-de-Chirouze (Creuse). « Complexe castral » des Mottes »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 321-323.

Référence électronique

Philippe Racinet, Alain Champagne, « Saint-Oradoux-de-Chirouze (Creuse). « Complexe castral » des Mottes » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/34963 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.34963

Haut de page

Auteurs

Philippe Racinet

Université de Picardie Jules Verne

Articles du même auteur

Alain Champagne

université de Pau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Philippe Racinet

Université de Picardie Jules Verne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Alain Champagne

université de Pau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search