Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainSeclin (Nord). Domaine Napoléon –...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Seclin (Nord). Domaine Napoléon – Rue de Burgault

Responsable d’opération : Jérôme Tellier
p. 323-324

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Ville de Seclin

Texte intégral

1Le quartier de Burgault, situé à l’est de la commune de Seclin, trouve son origine dans un fief dont les plus anciennes sources attestent la présence au xve s. Divers projets d’aménagement ont nécessité plusieurs interventions archéologiques. Au total, près de 35 000 m² ont été sondés (dont une fouille d’environ 1 000 m²) auxquels viendra s’ajouter une zone centrale de 5 000 m². Les premières traces d’implantation datent de la période antique. Il s’agit d’un réseau de fossés parcellaires situé à l’est, en bordure du Riez, un ancien cours d’eau identifié lors de deux diagnostics. C’est à partir du Moyen Âge que l’occupation se densifie par la mise en place d’un vaste habitat fossoyé à l’époque carolingienne.

2Il se caractérise par un double enclos dont le principal accuse des dimensions considérables (une vingtaine de mètres de large pour 4,50 m de profondeur). Partiellement mis au jour, il semble marqué par deux légers angles qui suggèrent une forme polygonale. Il ceinture une aire de 2 000 m² en grande partie non diagnostiquée à l’heure actuelle. Un cours d’eau a été également mis en évidence au sud ainsi que des traces d’aménagements de berges. Il s’accole directement au fossé principal qui, ainsi, devait être naturellement alimenté en eau. Les sources historiques mentionnent l’existence d’une « cense sur motte » érigée dans le fief de Burgault et qui jouxte la rivière du Riez mais pour une période plus tardive du Moyen Âge. Les déblais engendrés par le creusement du fossé peuvent avoir permis l’érection d’une motte dans la partie centrale.

3Une seconde opération, au nord, vient corroborer cette découverte inédite. Un diagnostic et une fouille de petite envergure ont permis de dégager les vestiges de l’habitat fossoyé en lien avec l’enclos principal. Il se caractérise notamment par deux fossés curvilignes qui délimitent des parcelles au sein desquelles au moins quatre bâtiments ont été repérés. Leurs plans rectangulaires sont de dimensions modestes (4 m sur 12 m) et s’orientent tous selon un axe NO-SE. Ils sont composés de six à huit trous de poteau de même facture : un avant-trou d’un mètre de côté dans lequel le négatif d’un poteau, de 45 cm de diamètre et enfoncé à plus de 80 cm de profondeur, était nettement visible. Légèrement excentré à l’ouest des bâtiments, on note la présence d’un four de forme quadrangulaire. Enfin, une grande fosse d’un mètre de large et longue de 4,50 m, située à proximité des bâtiments, a livré une importante quantité de mobilier archéologique, essentiellement composé de matériaux de construction. La terre cuite architecturale est majoritaire avec, à parts égales, du torchis et le binôme tegulae/imbrices. La présence de moellons en grès et en calcaire de Tournai peut être synonyme de l’aménagement de soubassements. La céramique recueillie est peu abondante mais reste typique d’une occupation rurale carolingienne du nord de la France. Des traces rubéfiées, voire de vitrification, sur certains fragments de terre cuite architecturale laissent penser qu’un incendie a probablement précipité l’abandon du site, qui ne perdure pas au-delà du xe s., en tout cas sous cette forme.

4Il s’ensuit un hiatus de plusieurs siècles avant l’émergence d’une occupation dense et pérenne du site. Au moins deux zones regroupent une accumulation de fosses sur de petites surfaces et dont le mobilier atteste un abandon à la fin du xve s., début xvie s. Le type de vestiges (silos, fosses de stockage ou de rejet, etc.) et les nombreux recoupements entre structures rappellent les occupations rurales de villages que l’on peut observer dans le nord de la France. Ces dernières sont divisées en lots au sein desquels plusieurs fosses de ce type se regroupent dans les jardins à l’arrière des parcelles. Les vestiges semblent ici s’aligner le long d’un chemin de quelques mètres de large, matérialisé par plusieurs fossés bordiers dont le nombre et les emplacements suggèrent des déplacements successifs. Il permet d’accéder à la motte, encore présente à cette période mais qui à partir du xve s., accueille un moulin à vent. Sa présence marque le paysage puisqu’il est mentionné sur le cadastre napoléonien sous le vocable d’« ancienne motte du moulin ».

5Du xvie au xixe s., la zone semble retrouver une vocation agricole et n’est guère plus occupée. Hormis les traces de fossés parcellaires, aucun autre vestige n’a été mis au jour. Il faut attendre la seconde moitié du xixe s. pour retrouver les traces d’une activité humaine dans cette zone de la ville. En 1846, une sucrerie y est édifiée et, en 1873, une ferme « au carré » est construite le long de la rue de Burgault, à l’est de ce secteur. Elle permettait de gérer l’approvisionnement de la sucrerie en betteraves. Plusieurs fosses-dépotoirs ont livré du mobilier de cette époque et pourraient être l’écho de l’activité grandissante de la ferme. Enfin, la première guerre mondiale est illustrée par une fosse qui a livré un lot de munitions non utilisées de l’armée anglaise, accompagné d’une baïonnette française. L’armée allemande occupa Seclin durant le conflit et, notamment, les différentes usines dont la sucrerie, tandis que les troupes logaient dans la ferme.

Seclin, rue de Burgault, plan des vestiges de l’habitat fossoyé carolingien et des occupations des xve-xvie s.

Seclin, rue de Burgault, plan des vestiges de l’habitat fossoyé carolingien et des occupations des xve-xvie s.

DAO J. Tellier

Haut de page

Table des illustrations

Titre Seclin, rue de Burgault, plan des vestiges de l’habitat fossoyé carolingien et des occupations des xve-xvie s.
Crédits DAO J. Tellier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/34993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Tellier, « Seclin (Nord). Domaine Napoléon – Rue de Burgault »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 323-324.

Référence électronique

Jérôme Tellier, « Seclin (Nord). Domaine Napoléon – Rue de Burgault » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/34993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.34993

Haut de page

Auteur

Jérôme Tellier

Centre Archéologique de Seclin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jérôme Tellier

Centre Archéologique de Seclin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search