Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 2. – ProspectionsBelcastel-et-Buc (Aude). Site cas...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 2. – Prospections

Belcastel-et-Buc (Aude). Site castral

Responsable d’opération : Pierre Martinez
p. 328-329

Texte intégral

1La prospection du site castral de Belcastel-et-Buc, qui s’est concentrée sur la tour principale, la tour secondaire, le corps de logis et une partie du village, a fait émerger de nombreuses structures.

2Parmi les sources écrites, Liber Instrumentorum vicecomitalium (ou cartulaire des Trencavel) renferme de précieuses indications sur la chronologie de la fortification. C’est ainsi que le seigneur de Belcastel rend hommage à Emmengarde, mère de Bernard Aton vicomte de Carcassonne et du Razès, probablement à la fin du xie s (serment non daté). En 1182, le vicomte Roger et Raymond Trencavel (son frère) permirent de bâtir un château en un lieu qui fût autrefois appelé Bel castel en Razès. Il semble s’agir là de la date de fondation d’une nouvelle fortification en remplacement d’un édifice déjà existant. Au xiiie s., la croisade contre les Albigeois bouleverse la situation politique et les terres de Belcastel sont assignées à Pierre de Voisins, lieutenant de Simon de Montfort. Le conflit religieux dans ce territoire refait son apparition au xvie s. L’année suivant la nuit de la Saint-Barthélemy, de nombreux châteaux sont les témoins d’attaques. L’armée d’Anne de Joyeuse combat les protestants retranchés derrière les fortifications et le château de Belcastel est pris en 1576. À partir de cette époque, il semble que le château perd sa qualité de fief ; il n’est plus considéré que comme un ensemble de terres qu’héritent d’autres seigneurs. À la fin du xvie s., le site semble abandonné. En 1668 les terres de Belcastel passent entre les mains de François d’Arse. Le dernier seigneur de Belcastel est le marquis d’Escouloubre.

3Le château est construit sur un cône rocheux calcaire surplombant la vallée du Buc ainsi que les voies de communication allant de Narbonne à Limoux et passant par les Corbières.

4Le donjon, relativement bien conservé, est de forme quadrangulaire et mesure 10,50 m sur 8,40 m. Les murs s’élèvent sur 12 m de haut environ. Leurs épaisseurs varient entre 0,90 m à 1,90 m. Le type de roche employé est essentiellement un calcaire blond relativement dur provenant des affleurements proches. Les ouvertures sont composées d’une roche de type granitique. On relève, à de rares endroits, l’utilisation de fragments de tuiles ou de briques. L’appareil des murs est constitué de blocs équarris en assises irrégulières, contrairement aux angles extérieurs et aux ouvertures en pierre de taille. Deux entrées sont observables à la base de la tour. Donnant sur l’extérieur, l’ouverture NE, initialement défendue par une archère, devait communiquer avec un mur-terrasse extérieur au moyen de marches ou d’une plateforme en bois. L’ouverture du mur SE, plus tardive, permettait, quant à elle, d’accéder au logis du xvie s. qui forme une extension. Les élévations actuelles sont marquées par des modifications du xive s. et postérieures. Toutefois, on peut noter deux éléments architecturaux caractéristiques du xiie s. D’une part, dans l’angle NO, on observe, sur une hauteur d’1,50 m, des assises de blocs gris dont les dimensions sont plus importantes que celles des autres pierres utilisées dans la construction. Ces assises dénotent, en effet, de l’appareil assez homogène du reste de la tour et de son extension. D’autre part, la base du mur SE comprend une autre maçonnerie attestant d’un édifice antérieur.

5Outre le donjon, l’éperon rocheux conserve plusieurs structures bâties. Une enceinte effondrée s’appuie contre la tour principale. Il s’agit d’une construction en appareil irrégulier avec de rares inclusions de terre cuite architecturale. À l’angle NE, un décrochement de l’enceinte matérialise un accès. D’autres murs s’adossent à la tour principale et au mur d’enceinte pour former des structures d’habitat. On observe d’ailleurs un réaménagement du parement extérieur du mur SE de la tour pour s’adapter à ses constructions. L’appareil et le liant de ces structures diffèrent de ceux de la tour.

6Sur la partie orientale de la basse cour, il existe une seconde tour ainsi qu’un ensemble de structures dont la fonction reste à déterminer. Cette seconde tour, de forme quadrangulaire, mesure 8 m de long et 6,50 m de large. À la base de son mur ouest, une ouverture bouchée est visible. À l’un des angles de la tour, on trouve un mur de terrasse qui délimitait la basse cour vers l’ouest. C’est sur ce mur d’enceinte que repose en grande partie un corps de logis dont la fonction reste à déterminer. Il abrite un ensemble de pièces dont les limites sont difficilement observables.

7L’église et son cimetière se situent à l’extérieur de la basse cour. L’architecture, typique de l’art roman de cette région, est augmentée de constructions périphériques ultérieures.

8Si la documentation fragmentaire ne permet pas d’établir clairement l’origine, la fonction et l’évolution du château de Belcastel, quelques éléments observés lors du relevé planimétrique montrent la présence de vestiges du xiie s., moment où le château est reconstruit. Cependant, l’opération n’a pas pu mettre en évidence des éléments antérieurs. Quoi qu’il en soit, le site castral, occupé jusqu’au xvie s., reste un marqueur indéniable de l’activité humaine dans un territoire peu connu et son étude doit aider à mettre en évidence les relations commerciales et la place qu’il occupait dans le maillage féodal du Razès.

Belcastel-et-Buc, plan général du site castral (DAO P. Martinez).

Belcastel-et-Buc, plan général du site castral (DAO P. Martinez).
Haut de page

Table des illustrations

Titre Belcastel-et-Buc, plan général du site castral (DAO P. Martinez).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/35063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1007k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Martinez, « Belcastel-et-Buc (Aude). Site castral »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 328-329.

Référence électronique

Pierre Martinez, « Belcastel-et-Buc (Aude). Site castral » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/35063 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.35063

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Martinez

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search