Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainAutun (Saône-et-Loire). Cathédral...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Autun (Saône-et-Loire). Cathédrale Saint-Lazare

Responsable d’opération : Yannick Labaune
p. 245-246

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Service archéologique de la Ville d’Autun

Texte intégral

1Les travaux de restauration de la nef de la cathédrale Saint-Lazare à Autun ont bénéficié d’un suivi archéologique. Au fur et à mesure de l’avancée des phases de travaux, trois diagnostics successifs (tranche 1 à 3, fig.) ont été menés par le Service archéologique de la ville d’Autun (SAVA) dans l’espace de la nef compris entre la seconde et la septième travée, mais également dans les collatéraux de la septième travée, soit juste avant la croisée du transept. Une fouille ponctuelle de quelques dizaines de mètres carrés a quant à elle été prescrite dans la nef, au niveau de la septième travée. Elle a été menée en février 2019 par le Centre d’études médiévales d’Auxerre (CEM). Cette notice propose un rapide bilan des découvertes comprises entre l’époque antique et le xviiie s.

Les niveaux antiques et du haut Moyen Âge

2Aucune structure en place, tant antique que du haut Moyen Âge, n’a pu être mise en évidence lors de cette opération. Les niveaux sont scellés par un important horizon de « terres noires ». Nos observations montrent que le secteur investi se situe probablement en contrebas d’un mur de terrasse antique dont le tracé peut être restitué dans l’axe du transept. Le mobilier antique est très abondant, il est systématiquement en position secondaire dans des horizons d’époque médiévale ou moderne. Les indices les plus anciens remontent à l’époque augustéenne : on relève une forte proportion de mobilier en usage entre le milieu du ier s. de notre ère et le second tiers du iie s. et un déficit des marqueurs fins typiques du iiie s. et de la première moitié du ive s. On note également de rares indices de l’Antiquité tardive : au moins une amphore africaine, deux fragments de plats estampés en céramique dérivée de sigillée paléochrétienne et un tesson de bol en sigillée tardive d’Argonne. La présence d’un lambeau de mosaïque doit également être citée.

Les niveaux de construction de l’église Saint-Lazare

3Les remblais stratifiés du chantier de construction de l’église Saint-Lazare, riches en éclats de taille de pierres, majoritairement du grès, plus rarement du calcaire, ont été repérés et leur épaisseur est comprise entre 0,70 m et 1,20 m.

Les sols de circulation d’époque romane

4Dans la nef, à proximité du transept, les niveaux de construction de l’église Saint-Lazare sont scellés par une couche de terre brune compacte, une couche qui a également été repérée au niveau du chœur lors des fouilles des années 1990. Il pourrait s’agir du sol en terre battue décrit par les textes au moment du transfert des reliques de Saint-Lazare en 1146-1147. Ce sol en terre battue est recouvert d’un sol empierré, probablement du xiie s., dont le radier est conservé sur une surface de quelques mètres carrés.

Les massifs de fondation d’époque romane

5La semelle de fondation du mur gouttereau de l’église Saint-Lazare, réalisée en grand appareil à partir de blocs de grès quadrangulaires de grandes dimensions, pour certains des remplois antiques semble-t-il, a été dégagée le long de la façade de la chapelle de Clugny.

6Les massifs de fondation d’origine des piles séparant la nef des collatéraux sont tous édifiés suivant le même mode de construction. De forme carrée, ils mesuraient 2,60 m de côté en moyenne. Ils sont composés d’un assemblage de blocs parallélépipédiques en grès de grand appareil et la plupart d’entre eux paraissent être des remplois antiques. Ils sont installés dans des puits de fondation carrés d’environ 3,20 m de côté perforant les remblais du chantier de construction.

7Les massifs de fondation des piles de la croisée du transept sont construits sur le même mode, mais ils sont un peu plus fortement dimensionnés.

8L’intervention montre donc que les piles, y compris celles situées à la croisée du transept, n’étaient pas chaînées à l’origine. Ces observations ne sont pas sans rappeler celles menées lors de la fouille de la nef de la basilique de Paray-le-Monial. On note également l’absence de chaînage entre murs et piliers. Les fondations de ces derniers ayant été installées dans des creusements en puits, elles paraissent toutes autonomes.

À la recherche des fondations du jubé construit par le cardinal Jean Rolin…

9Le jubé édifié par le cardinal Rolin dans le cadre des travaux de restauration et d’embellissement de la cathédrale Saint-Lazare a été détruit au xviiie s. et son emplacement exact à l’intérieur de la nef restait jusqu’à présent sujet à caution. L’aspect de ces aménagements demeure lui aussi difficile à saisir puisqu’on n’en connaît que les descriptions anciennes qui témoignent de sa magnificence (trois étages, une tribune, des chapelles). Il devait se rapprocher de la forme du jubé actuellement conservé en élévation dans l’abbatiale du monastère royal de Brou à Bourg-en-Bresse. En revanche, la statuaire qu’elle accueillait est en partie parvenue jusqu’à nous, sous la forme de personnages quasiment de grandeur nature actuellement conservés au musée Rolin.

10Deux massifs de fondation, le premier séparant les 6e et 7e travées et le second séparant les 5e et 6e travées, ont été observés et interprétés dans un premier temps comme les vestiges des fondations du jubé du cardinal Rolin :

  • l’intervention a en effet permis de mettre au jour et documenter un massif de fondations qui semblait, à l’issue du diagnostic, barrer transversalement la nef entre les deux piles séparant les 6e et 7e travées (tranche 1). Déjà dégagé au xixe s. lors de l’installation du chauffage de la cathédrale, ce massif avait été interprété à l’époque comme une partie des fondations du jubé de Jean Rolin. La fouille de vérification menée par le CEM à cet emplacement a permis d’infirmer cette hypothèse et de montrer que le massif était limité uniquement aux abords d’une des deux piles se faisant face, sa nature restant dès lors difficile à définir ;
  • l’opération a ensuite mis au jour les vestiges d’une puissante infrastructure maçonnée qui sépare les 5e et 6e travées, barrant cette fois-ci transversalement la nef d’une pile à l’autre. Ces vestiges étaient en relation avec une couche de démolition plutôt homogène riche en éléments sculptés qui comportent des traces de peinture et badigeons (rouge, doré) que l’on peut dater de la fin du Moyen Âge et qui ne sont pas incompatibles avec le décor des élévations d’un dispositif de type jubé. Il est dans ce cas raisonnable de penser avoir affaire aux vestiges du jubé du cardinal Rolin.

Les vestiges funéraires de la 7e travée

11Au niveau de la 7e travée, les tombes paraissent s’implanter de manière privilégiée, voire exclusive, à l’intérieur des collatéraux. En effet, lors de notre intervention, nous avons pu constater l’absence de tombes dans la nef.

12Dans le collatéral situé en façade de la chapelle de Clugny, un ensemble d’inhumations en cercueil de bois en place, datées de la fin du Moyen Âge ou du début de la période moderne (entre 1440 et 1524 d’après les analyses radiocarbone), apparaissent sensiblement à la même altitude, à environ 1,30 m sous le dallage actuel. Ces tombes privilégiées, dont au moins celle d’une femme, sont proches du chœur.

13Elles étaient très certainement surmontées de nombreuses autres sépultures qui ont été déplacées au xviiie s. comme le montre une fosse d’exhumation d’un mètre de profondeur partiellement fouillée. Son comblement comportait de très nombreux ossements humains qui appartiennent à une dizaine d’adultes et à un enfant de 5 à 7 ans.

Les vestiges funéraires de la 5e travée

14À l’intérieur de la nef, au niveau de la 7e travée, un ensemble de sépultures en cercueils de bois installées dans les niveaux de « terres noires » a été mis au jour. Les datations radiocarbone permettent de fixer leur chronologie à la période moderne, entre la fin du xve et le début du xviie s. (entre 1436 et 1641). Certaines sont perturbées et recoupées par des fosses d’exhumation qui semblent dater du xviiie s.

15L’angle d’un caveau maçonné, entamé par une conduite souterraine d’air chaud pulsé du xixe s., a été observé. Il n’a pas pu être daté.

Les vestiges funéraires de la 2e travée

16L’espace de la seconde travée est presque entièrement occupé par un caveau funéraire de grandes dimensions situé à l’entrée de la cathédrale dont l’existence avait été oubliée. La fouille des remblais de construction a livré des ossements humains et du mobilier (bague), suggérant, à l’occasion des travaux, un bouleversement de sépultures antérieures.

17L’accès de forme carrée était fermé par une grande dalle munie d’une paire d’anneaux de préhension en fer. Il permettait de se rendre, par le biais d’un escalier, à l’intérieur d’un vaste espace voûté de plus d’une quarantaine de mètres carrés de superficie et d’une hauteur sous voûte de l’ordre de 2,20 m. Nos observations suggèrent que l’intérieur de ce caveau funéraire a été pillé et bouleversé (lors de la Révolution française ?) par le creusement d’une vaste tranchée centrale peut-être pour rechercher un hypothétique « trésor » : les déblais et les restes des défunts ont été rejetés de part et d’autre, contre les parois latérales du caveau.

18Les observations archéologiques montrent que ce caveau a été construit tardivement, au cours de l’époque moderne. L’étude des archives de la Société Éduenne montre que son installation est contemporaine des importants travaux réalisés par les chanoines vers 1760 (bûchage du tympan latéral, mise en place d’une couche de plâtre sur le grand tympan, destruction du tombeau de Saint-Lazare et du grand jubé du cardinal Rolin, relevage des tombes et réfection du pavage). Seul l’un des trois rapports d’intervention a été réalisé à ce jour.

Autun, localisation de l’emprise des trois phases de diagnostic du SAVA que le plan phasé de la cathédrale Saint-Lazare, proposé par F. Didier (ACMH) et B. Serexhe (Historien de l’Art) en 1991.

Autun, localisation de l’emprise des trois phases de diagnostic du SAVA que le plan phasé de la cathédrale Saint-Lazare, proposé par F. Didier (ACMH) et B. Serexhe (Historien de l’Art) en 1991.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Autun, localisation de l’emprise des trois phases de diagnostic du SAVA que le plan phasé de la cathédrale Saint-Lazare, proposé par F. Didier (ACMH) et B. Serexhe (Historien de l’Art) en 1991.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/35173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 873k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Labaune, « Autun (Saône-et-Loire). Cathédrale Saint-Lazare »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 245-246.

Référence électronique

Yannick Labaune, « Autun (Saône-et-Loire). Cathédrale Saint-Lazare » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 08 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/35173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.35173

Haut de page

Auteur

Yannick Labaune

Responsable du Service archéologique de la Ville d’Autun

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yannick Labaune

Responsable du Service archéologique de la Ville d’Autun

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search