Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainÉgligny (Seine-et-Marne). Abbaye ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Égligny (Seine-et-Marne). Abbaye de Preuilly

Responsable d’opération : François Blary
Notice rédigée avec Anne-Marie Flambard Héricher
p. 254-256

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Université libre de Bruxelles

Texte intégral

1La communauté monastique cistercienne de Preuilly est implantée à la fin de la seconde décennie du xiie s. Les vestiges de l’abbaye font l’objet d’une étude depuis 2011 et de fouilles depuis 2016. L’année 2019 marquait la fin d’une fouille programmée pluriannuelle (2017-2019) conduite sur une grange encore bien conservée : la grange des Beauvais.

2Sur le plan des prospections géophysiques, les analyses des données recueillies les années précédentes ont été affinées avec de nouveaux protocoles de traitement développés par Gianluca Catanzariti. Ces analyses permettent de synthétiser l’ensemble des vestiges bâtis conservés dans le sous-sol de l’espace du monastère permettant ainsi de reconstituer l’intégralité du carré claustral en relation avec les espaces se développant au sud avec les viviers et une importante structure à puissants contreforts. Les données confirment également la présence d’une église antérieure à celle qui s’est mise en place entre 1160 et 1220. Parallèlement à cela, en juin 2019, les acquisitions de points de relevés 3D ont été poursuivies par la plateforme Panorama de l’université libre de Bruxelles sur l’église et une partie de la grange des Beauvais. L’ensemble de ce travail permettra à terme de disposer d’un modèle numérique complet de ces différents bâtiments qui pourra être raccordé avec celui (ré)apparu grâce aux prospections géophysiques.

3Les principales avancées de fouilles de l’année 2019 (du 2 juillet au 3 août) ont été faites dans les salles déjà ouvertes de la grange des Beauvais : GB4 et GB5. Les fouilles des espaces intérieurs ont permis de découvrir et de compléter plusieurs ateliers métallurgiques qui se sont développés à l’intérieur de ce bâtiment passant progressivement d’une structure à deux vaisseaux et trois travées au xiie s. à un grand complexe métallurgique oblong, agrandi à la fois vers le nord et vers le sud de ce bâtiment initial. Un ensemble clos du xive s., une grande fosse de récupération était comblée par une très grande quantité de terres cuites architecturales, ce qui a mis en évidence les principaux éléments de couverture avec plusieurs types identifiés de tuiles. Des faîtières et des arêtiers ont été également retrouvés. Il s’agit d’éléments remarquables, car les exemples qui nous sont parvenus complets sont rares.

4Dans la salle 5 (GB5), les vestiges d’un très grand four ont été mis en évidence grâce aux fouilles. Une partie des éléments qui composaient son élévation a été retrouvée dans les contextes archéologiques voisins correspondant à sa destruction. Ainsi des briques trapézoïdales, des carreaux de pavements et de très nombreuses tuiles venaient couvrir cet ensemble. Ce four dans son état premier était accolé au noyau composé des salles voûtées GB3 et GB4. Le four se trouvait inclus dans une pièce qui prolongeait ce noyau voûté, permettant l’intensification de l’activité métallurgique et son déploiement. Le four est abandonné au xive s. laissant place à de nouveaux équipements toujours en relation avec la métallurgie jusqu’au milieu du xvie s. Des scories, des battitures de fer ont été recueillies dans ces contextes. Il est à noter également la découverte d’une scorie de cuivre qui pourrait indiquer que ces ateliers permettaient de traiter principalement des objets manufacturés en fer mais aussi en alliage cuivreux.

5En relation avec le développement de la fouille sédimentaire, l’analyse de la stratigraphie des ensembles de maçonneries de la grange des Beauvais et celle de la lithologie de l’ensemble des bâtiments progressent et permettent petit à petit de préciser les modes de construction, l’approvisionnement du chantier, la chronologie et l’évolution de ces structures complexes remarquablement conservées.

6La première phase triannuelle des fouilles 2017-2019 a donc permis d’établir une première grande chronologie de cet ensemble bâti et d’en démontrer le très grand intérêt scientifique pour la connaissance de l’histoire des techniques en relation avec le développement d’un des principaux monastères de l’ordre cistercien et ce, dès le début de cette communauté. Une nouvelle campagne triennale (2020-2022) doit être mise en place sur cette construction très riche en données archéologiques afin de préciser le fonctionnement et l’évolution des techniques mises en œuvre au sein de ce complexe métallurgique monastique. La relation avec le réseau d’eau est une question importante. Les indices de biefs et de force hydraulique associée en relation avec les phases du développement de l’activité industrielle du xiie au xvis. seront au cœur des recherches à venir.

7Le budget accordé à la fouille a permis en autres la réalisation d’analyses : 14C, étude morphologique et archéométrique des terres cuites architecturales.

8L’étude du mobilier recueilli au cours des quatre campagnes de fouilles a été faite en insistant particulièrement sur ces dernières. Une étude de la composition chimique des pâtes est en cours d’étude avec le laboratoire d’archéométrie du Craham (université de Caen Normandie) dans le but de déterminer les origines de fabrication des différents éléments recueillis.

9La manifestation des Rencontres de Preuilly a été l’occasion, du 27 au 29 septembre 2019, de faire découvrir ce très riche patrimoine historique et archéologique au public scolaire et au grand public. Trois étudiants de l’université libre de Bruxelles ont pris en charge ce public, en guidant et renseignant au mieux les très nombreux visiteurs.

Égligny, abbaye de Preuilly, les résultats des prospections géophysiques aux abords de la grange des Beauvais.

Égligny, abbaye de Preuilly, les résultats des prospections géophysiques aux abords de la grange des Beauvais.

DAO F. Blary

Haut de page

Table des illustrations

Titre Égligny, abbaye de Preuilly, les résultats des prospections géophysiques aux abords de la grange des Beauvais.
Crédits DAO F. Blary
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/35283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 917k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Blary et Anne-Marie Flambard Héricher, « Égligny (Seine-et-Marne). Abbaye de Preuilly »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 254-256.

Référence électronique

François Blary, Anne-Marie Flambard Héricher, « Égligny (Seine-et-Marne). Abbaye de Preuilly » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/35283 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.35283

Haut de page

Auteurs

François Blary

Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Anne-Marie Flambard Héricher

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

François Blary

Université libre de Bruxelles

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search