Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainEmbrun (Hautes-Alpes). Archevêché...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Embrun (Hautes-Alpes). Archevêché (aile sud)

Responsable d’opération : Nathalie Nicolas-Girardot
p. 256-257

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1Une fouille préventive a été prescrite en amont de l’aménagement de logements dans l’aile sud de l’ancien palais de l’archevêché d’Embrun. Cet arrêté de fouille fait suite à une modification du projet d’origine ayant conduit le maître d’œuvre à décrépir les enduits de façade, qui dataient du ravalement réalisé par la ville en 1938. Par ailleurs, des croisées avec linteaux à accolades avaient été fortuitement mises au jour dans les années 2000, laissant supposer l’existence d’au moins deux niveaux de baies de la Renaissance. La prescription de fouille directe concerne uniquement les deux façades de l’aile sud et du pavillon situé au SO. Le pavillon SE, reconstruit en 1875, ainsi que l’intérieur de l’aile, en sont exclus.

2Le noyau du palais archiépiscopal initial est construit à la fin du premier tiers du xiiie s. lors d’une phase de travaux du quartier intégrant également le voûtement de la cathédrale Notre-Dame du Réal. La façade occidentale d’un palais mesurant alors 16 x 10 m a été préservée dans le corps central du bâtiment actuel, transformé en caserne au xixe s. Le palais est alors indépendant de la tour « Brune » dont la construction est sans doute de quelques années antérieures. L’aile sud de ce palais n’est documentée que tardivement, lorsque l’archevêque Guillaume IX d’Hugues (1612-1648) unifie le premier noyau du palais et l’aile sud, dans laquelle il aménage alors des appartements d’apparat, tournés vers les jardins du côté de l’esplanade.

3La fouille avait pour objectif de caractériser les différents états du bâti depuis le bas Moyen Âge et de cerner l’emprise du bâtiment pour chaque état reconnu. Les faits identifiés dans les façades préalablement décrépies ont été documentés par des relevés photographiques, photogrammétriques et topographiques.

4Les deux façades principales ont livré deux niveaux de baies appareillées : six dans la façade nord, huit dans la façade sud (fig.). Chacune de ces croisées partage des caractéristiques communes à la fois dans les matériaux utilisés, brèche rouge et calcaire veiné, et le vocabulaire ornemental de ses moulures, donnant lieu à des déclinaisons plus ou moins abouties. Dans certaines d’entre elles, un enduit au plâtre rose formant un bandeau continu en soulignait l’encadrement. Elles se singularisent également par leur allège appareillée avec des carreaux de cargneule réguliers.

5Ces baies s’inscrivent dans une maçonnerie encaissante composée majoritairement de galets de moyen calibre, de moellons bruts essentiellement calcaires, mais aussi de blocs de cargneule et quelques brèches rouges. Les façades sont surmontées d’une assise de carreaux de cargneule formant un couronnement cernant l’ensemble du bâtiment, à une hauteur de près de 11 m.

6Le périmètre du pavillon SO est bien perceptible par une chaîne d’angle agrémentée aux deux tiers de sa hauteur d’un bas-relief d’angle aux armoiries dont l’identification est en cours.

7Au cours de la période moderne (première moitié du xviie s. ?), l’agrandissement de l’aile portant la longueur de la façade nord de 21 à 29 m, consacre l’unification avec le pavillon SO. La nouvelle maçonnerie est composée de moellons en réemploi, de fragments de plâtre rose hourdés au mortier de chaux caractérisé par la présence de gros nodules de chaux non broyée. De longues dalles calcaires formant des tirants sont fichées dans les deux maçonneries, entaillant l’ancienne chaîne d’angle en besace appareillée en cargneule.

8À l’intérieur, de nouveaux planchers sont installés, conduisant à une surélévation importante du niveau du deuxième étage, après la condamnation des croisées. De vastes salles d’apparat sont installées, animées par de grandes travées régulières de fenêtres, telles que figurées sur le plan-relief de la ville, en 1701. Cet état est peu documenté archéologiquement en raison des perturbations survenues lors la période contemporaine, occasionnant nombre de percements. Les seuls témoins de cet état intermédiaire résident dans les niches décoratives et probablement quelques baies maçonnées au plâtre rose disposées à tous les niveaux dans les façades sud et nord.

Embrun, archevêché (aile sud), mur M25, relevé des structures découvertes.

Embrun, archevêché (aile sud), mur M25, relevé des structures découvertes.

DAO N. Nicolas-Girardot

Haut de page

Table des illustrations

Titre Embrun, archevêché (aile sud), mur M25, relevé des structures découvertes.
Crédits DAO N. Nicolas-Girardot
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/35293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Nicolas-Girardot, « Embrun (Hautes-Alpes). Archevêché (aile sud) »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 256-257.

Référence électronique

Nathalie Nicolas-Girardot, « Embrun (Hautes-Alpes). Archevêché (aile sud) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/35293 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.35293

Haut de page

Auteur

Nathalie Nicolas-Girardot

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Nicolas-Girardot

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search