Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainLeuglay (Côte-d’Or). La Courroirie

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Leuglay (Côte-d’Or). La Courroirie

Responsable d’opération : Sylvain Aumard
p. 264-265

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : CEM Auxerre

Texte intégral

1Fondée en 1172 par l’évêque de Langres, la chartreuse de Lugny a installé sa courroierie à environ 800 m à l’ouest sur la vallée de l’Ource entre 1174 et les premières années du xiiie s. Cette maison basse comprend plusieurs constructions médiévales à vocation utilitaire ou résidentielle, ainsi qu’une chapelle bien conservée qui aurait été consacrée en 1203. Construite sur un cellier, cette dernière consiste en un vaisseau unique de trois travées et un chevet plat, le tout couvert de croisées d’ogives. L’édifice, inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, montre une remarquable homogénéité d’ensemble dans ses matériaux et mises en œuvre que l’on attribue sans mal à la charnière des xiie-xiiie s.

2La charpente coiffant cette chapelle forme un comble presque inaccessible et était restée totalement méconnue jusqu’aux travaux de couverture engagés en 2017. S’agissant d’un ouvrage remarquable appartenant à la première génération de charpentes gothiques, une étude archéologique a été déclenchée par les services de la DRAC (Monuments historiques et Archéologie) alors que la restauration était en cours et qu’un remplacement intégral des bois anciens venait d’être écarté in extremis. Les observations, les relevés et les prélèvements dendrochronologiques n’ont pu être réalisés qu’après remontage des fermes (fin janvier 2018), juste avant la pose de la nouvelle couverture. Le même protocole d’étude a pu être étendu aux autres vestiges en bois du même chantier médiéval, tels que la volige de couverture et les vantaux.

3L’ouvrage se présente comme une succession de 23 fermes strictement identiques comprenant blochets, jambettes, chevrons, aisseliers et entrait retroussé. Ce dernier assure seul la triangulation, les voûtes en surcroit interdisant la solution habituelle de l’entrait en partie basse. Aucun indice ne permet de restituer une structure de contreventement, assuré par la volige et éventuellement une lierne posée sur les entraits retroussés, comme le suggèrent les deniers états de l’ouvrage. Les observations et les datations montrent que ce dernier a conservé jusqu’à nos jours l’essentiel de son identité, malgré au moins deux réparations vers 1735 et 1844, au cours desquelles les bois auraient été remplacés avec parcimonie et par des pièces reproduisant les mêmes assemblages à mi-bois à ergot dans la plupart des cas. Levée avec des bois abattus au cours du printemps 1200, la structure a donc bien été réalisée peu avant la consécration de la chapelle en 1203.

4Une dizaine de fragments de voliges fendues a été recueillie en surface des voûtes. D’après l’analyse de leurs cernes, ces éléments datent des mêmes années et sont à mettre en relation avec les nombreuses traces de chevilles parsemant le dos des chevrons. La même technique aurait été maintenue et complétée jusqu’à la pose de la nouvelle couverture en tuiles au milieu du xxe s. et aurait supporté auparavant le poids des lourdes laves encore attestées vers 1907. L’état initial de la charpente présente cependant des dispositions incompatibles avec ce type de couverture qui aurait probablement remplacé une couverture en tuiles creuses à une date inconnue. Bien que ces dernières n’aient laissé aucun indice dans le comble, elles pourraient bien être celles qui couvrent actuellement les murs de clôture environnants.

5Typiquement médiévaux, les vantaux du pignon occidental ont été conçus selon un principe très simple de planches jointives reliées entre elles par une paire de traverses encastrées en queue d’aronde. Bouvetées par feuillures et tourillons, ces planches sont complétées d’élégantes pentures en « C » au profil cannelé et enroulements. Après avoir subi plusieurs pertes et remplacements, le dispositif de verrouillage n’a pas été conservé, mais une barre horizontale coulissante dans l’épaisseur du pignon permettait de fermer de l’intérieur. L’analyse des cernes de ces trois planches montre que la réalisation de cet ouvrage est contemporaine des charpentes.

Leuglay, chapelle de la Courroirie, vantaux du porche occidental, élévations et coupes.

Leuglay, chapelle de la Courroirie, vantaux du porche occidental, élévations et coupes.

DAO X. D’Aire, CEM, 2019

Haut de page

Table des illustrations

Titre Leuglay, chapelle de la Courroirie, vantaux du porche occidental, élévations et coupes.
Crédits DAO X. D’Aire, CEM, 2019
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/35448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Aumard, « Leuglay (Côte-d’Or). La Courroirie »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 264-265.

Référence électronique

Sylvain Aumard, « Leuglay (Côte-d’Or). La Courroirie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/35448 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.35448

Haut de page

Auteur

Sylvain Aumard

Centre d’études médiévales, Auxerre

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvain Aumard

Centre d’études médiévales, Auxerre

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search