Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainSaint-Sylvestre (Haute-Vienne). A...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye de Grandmont

Responsable d’opération : Philippe Racinet
p. 280-281

Texte intégral

1Cette année, l’archéologie de terrain a abordé trois secteurs : la cave du grand bâtiment du xviiie s. ; la nef et le cloître médiéval ; la partie orientale du chevet de l’église médiévale.

2L’accès à la cave, depuis le rez-de-chaussée, se faisait par un escalier monumental accolé au mur oriental du grand bâtiment du xviiie s. Un autre accès de plain-pied depuis la terrasse intermédiaire sud avait été révélé en 2018 mais la route actuelle a recoupé l’ensemble.

3Une grande fosse, creusée dans le rocher à l’entrée de la nef de l’église médiévale depuis la galerie nord du cloître, a révélé deux creusements successifs. Le premier contenait deux cercueils déposés successivement ; le plus ancien hébergeait un squelette avec une bulle pontificale de Clément VII (d’Avignon) déposée au niveau de sa poitrine. Le second contenait un seul cercueil.

4Du côté interne, la structure du mur bahut de la galerie nord du cloître dénote de nombreuses reprises : assises bien réglées par endroits, comblements plus anarchiques de trois fosses, présence de réemplois, utilisation de mortiers différents, présence d’un ressaut. Aucune phase antérieure de construction n’a pu être repérée, sauf peut-être dans la partie orientale mieux appareillée.

5Le contrefort épaulant la galerie nord du cloître du côté cour, à l’ouest, repose sur une structure maçonnée, plus longue et plus large, qui dispose d’un appareillage et d’un mortier différents. Mais aucun élément stratigraphique ne permet de savoir si cette structure est antérieure ou contemporaine du contrefort. Elle recoupe une fosse remplie de terre noire, avec du mobilier céramique des xiie-xive s. et trois monnaies médiévales (xiie-xiiie s.). Une autre fosse a été recoupée par le contrefort épaulant la galerie nord du cloître du côté est. Si son comblement contenait du mobilier céramique médiéval et moderne, on y a également retrouvé quelques tessons alto-médiévaux.

6Un décapage mécanique des remblais de terrassement d’époque moderne a permis une extension de la fouille à l’est et au sud du chevet médiéval. Ces remblais contenaient, outre de la céramique et quelques monnaies du xviie s., deux dalles funéraires, dont une richement décorée, et un élément de statuaire en calcaire de la fin du Moyen Âge. Nous avons pu ainsi étudier l’agencement du rebord primitif du promontoire, l’implantation des fondations du chevet sur ce rebord aménagé, une importante zone de cimetière et, certainement associée à elle, une imposante structure maçonnée.

7À l’origine, le versant abrupt du promontoire était recouvert d’arène granitique, elle-même surmontée d’une couche organique naturelle. Le sommet du rocher n’était pas recouvert par ces éléments, purgés lors de la construction du chevet et de la chapelle latérale.

8Les fondations du chevet, construites en fonction d’une fracture latérale au versant en partie retaillée, ne comportent aucun réemploi et se trouvent renforcées, en rebord de la fracture, par un contrefort parfaitement harpé. Il semble de plus en plus certain que ces fondations appartiennent à un édifice antérieur (fin xiie-début xiiie s. ?).

9Le cimetière, qui s’étend à l’est et fonctionne entre le xiie et le début du xvie s. au plus tard, était implanté sur une terrasse anthropique plus basse et plus courte que l’actuelle. Il comporte deux horizons. Le niveau supérieur est composé de cercueils en pleine terre et concentré dans la partie la plus orientale et la plus éloignée du chevet. Le niveau inférieur, dans la partie occidentale et au plus près du chevet, comporte une série de tombes bâties sur plusieurs rangées alignées selon une direction NO-SE, avec quelques sépultures en pleine terre. La particularité des tombes de cet horizon est la présence presque systématique d’une ampoule en plomb (fig.) déposée sur le thorax ou près de la tête de l’individu inhumé (35 retrouvées). L’organisation régulière du cimetière est donc fondée sur des rangées dont l’alignement semble perdurer dans le temps. L’espace funéraire s’est progressivement agrandi vers l’est et le sud, à partir de premières tombes installées à l’aplomb du chevet. En parallèle, l’identification de plusieurs niveaux d’inhumation indique que les espaces déjà utilisés sont régulièrement réinvestis. Mais l’alignement des rangées perdure, tout comme l’orientation des tombes, différente de celle du chevet. Cela peut suggérer des contraintes visuelles ou physiques : tombes antérieures et cheminements toujours marqués au sol, possible lanterne des morts pour l’orientation.

10En effet, une puissante construction parallélépipédique (5,20 x 2,45 m) est implantée dans le cimetière, en fonction de la pente du versant. Parfaitement appareillée, sans réemploi, elle se trouve à environ 6 m du chevet, légèrement désaxée vers le sud par rapport à l’axe de l’église. Elle est interprétée, pour l’instant, comme la base d’une lanterne des morts, dont deux sont signalées dans le cimetière par le chroniqueur Pardoux de la Garde au xvie s. Réparties sur au moins sept rangées, les sépultures sont globalement alignées avec cette construction et donc décalées d’environ 12° vers le sud par rapport à l’axe de l’église. Dans la mesure où cet axe ne paraît pas avoir changé depuis la fin du xiie s., ce décalage ne semble pas lié à la présence d’un édifice religieux antérieur. Il est donc probable que l’implantation de cette construction ait conditionné l’organisation du cimetière et que cette même implantation ait été dictée par la forme du terrain naturel au moment de la constitution de la terrasse, destinée justement à implanter le cimetière.

Saint-Sylvestre, abbaye de Grandmont, sélection de cinq ampoules de pèlerin.

Saint-Sylvestre, abbaye de Grandmont, sélection de cinq ampoules de pèlerin.

Cl. et DAO. LandArc

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Sylvestre, abbaye de Grandmont, sélection de cinq ampoules de pèlerin.
Crédits Cl. et DAO. LandArc
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/35703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet, « Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye de Grandmont »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 280-281.

Référence électronique

Philippe Racinet, « Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye de Grandmont » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/35703 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.35703

Haut de page

Auteur

Philippe Racinet

université de Picardie Jules Verne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

université de Picardie Jules Verne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search