Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainSainte-Anne-Saint-Priest (Haute-V...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Sainte-Anne-Saint-Priest (Haute-Vienne). Le Bourg, église Sainte-Anne

Responsable d’opération : François Capron
p. 281

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1Ce diagnostic a été réalisé sur une surface prescrite de 500 m². Son emprise concerne le pourtour de l’actuelle église paroissiale.

2Quelques lambeaux de terre végétale ont été observés et semblent antérieurs à la construction de l’église (période 1). La nécessité de conserver les couches d’époque moderne a conduit à seulement entrapercevoir les vestiges médiévaux (période 2). Rien ne permet de remettre en cause la datation de l’église au xiiie s., sur la base stylistique de certains éléments architecturaux (porte occidentale et enfeu). Les disparités entre les maçonneries peuvent indiquer une construction en plusieurs temps qu’il est impossible de mieux caractériser dans le cadre du diagnostic. Des sépultures sont implantées autour de cet édifice. La datation au radiocarbone d’une de ces sépultures livre une fourchette de datation (1165-1265) antérieure à la première mention de l’église (vers 1288). Divers bâtiments l’entourent : une avant-nef (à l’ouest) et deux tours, l’une circulaire, l’autre « carrée », au nord.

3Ces tours sont à associer à la commanderie de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem dont la première description est tardive : 1616 (période 3). Cette dernière mentionne simplement l’église et une tour carrée. L’auteur indique d’autres bâtiments constituant la maison forte ruinée en 1582 (rien sur l’avant-nef déjà détruite). Le cimetière, dont quelques tombes ont été mises au jour, se développe dans la parcelle au sud de l’église. De la suppression de la commanderie à la Révolution à la fermeture du cimetière en 1910, on retiendra la réalisation d’importants travaux (période 4). Ces travaux de démolition, de terrassement, de stabilisation de l’édifice ou simplement de restauration ont abouti à la constitution de l’église paroissiale telle qu’elle est observable aujourd’hui (période 5).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Capron, « Sainte-Anne-Saint-Priest (Haute-Vienne). Le Bourg, église Sainte-Anne »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 281.

Référence électronique

François Capron, « Sainte-Anne-Saint-Priest (Haute-Vienne). Le Bourg, église Sainte-Anne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/35718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.35718

Haut de page

Auteur

François Capron

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

François Capron

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search