Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainVienne (Isère). Abbaye Saint-Andr...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Vienne (Isère). Abbaye Saint-André-le-Haut

Responsable d’opération : Anne Baud
p. 286

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : UMR ArAr 5138

Texte intégral

1L’abbaye des moniales de Saint-André-le-Haut à Vienne fait l’objet d’une fouille programmée et d’un chantier-école (université Lyon 2) depuis 2003. Cette abbaye, fondée par un certain Ansémond pour sa fille Remilla au cours du ve s., a subsisté jusqu’à la Révolution. Différentes phases architecturales et cimetériales ont été mises au jour. La campagne de 2019 s’est focalisée d’une part sur l’analyse de l’oratoire funéraire tardo-antique et d’autre part sur la fouille des dernières inhumations de la nef.

2La dépose des dalles de sol de l’oratoire funéraire a permis de constater qu’aucune sépulture ne se situait sous le sanctuaire. En revanche, la datation de sa construction est confirmée au ve ou début vie s. Si sa fonction funéraire est bien attestée par l’attraction qu’il exerça aux siècles suivants, se pose la question de l’identité ou du statut du premier inhumé.

3L’église paroissiale jouxtant l’abbaye ayant été détruite au moment des guerres de Religion, la nef de l’abbatiale des « Dames de Saint-André-Haut » servit de paroisse à la population du quartier et donc de cimetière. Néanmoins, la découverte d’une quatrième sépulture datée par 14C du bas Moyen Âge, confirme que l’église monastique accueillait auparavant des sépultures tant religieuses que laïques. Parallèlement aux fouilles, le dépouillement des registres paroissiaux, entrepris en 2018, s’est poursuivi pour la quasi-totalité du xviiie s. : ils constituent une source inestimable pour la connaissance de la population paroissiale de ce quartier : professions, statuts et conditions, âge des décès, regroupements familiaux, etc.

4Les niveaux médiévaux ont été atteints sur la moitié nord permettant de dégager partiellement le mur de façade de l’abbatiale du xie s. et d’accéder aux niveaux de chantier de construction. Par ailleurs, des massifs de maçonnerie datant des premières phases médiévales ont été mis au jour entre la deuxième et la troisième travée de la nef, corroborant l’idée d’une tribune monastique dès le xie s. Si l’on reprend la lecture du parement sud du mur nord, plusieurs projets d’aménagement liturgiques, en relation avec le vieil oratoire funéraire, se succéderaient rapidement dans le temps. Au nord, la maçonnerie s’appuie sur un massif antique confirmant une fois de plus la densité de l’occupation antérieure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Baud, « Vienne (Isère). Abbaye Saint-André-le-Haut »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 286.

Référence électronique

Anne Baud, « Vienne (Isère). Abbaye Saint-André-le-Haut » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/35803 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.35803

Haut de page

Auteur

Anne Baud

université Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne Baud

université Lyon 2

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search