Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...I.- Constructions et habitats civ...I.1. – Opérations de terrainAllemagne-en-Provence (Alpes-de-H...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
I.- Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I.1. – Opérations de terrain

Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame

Responsables d'opération : Mariacristina Varano et Daniel Mouton
p. 169-170

Texte intégral

1Avec la campagne de fouille 2019, un nouveau programme triennal a commencé sur le site de Notre-Dame à Allemagne-en-Provence. La fouille de la résidence élitaire du sommet (dir. D. Mouton) s’étant achevée en 2018, l’investigation archéologique se concentre désormais sur l’habitat paysan qui se développe sur la pente occidentale de l’éminence et sur l’église (dont la fouille débutera en 2020).

2Grâce à l’exploitation des données Lidar (dont l’acquisition, financée par le Service régional de l’archéologie, a eu lieu en 2016) et à l’analyse micro-topographique, nous savons que l’habitat de Notre-Dame s’étend sur environ 2 ha et couvre tout le flanc occidental de l’éminence, celle-ci correspondant à l’extrémité septentrionale d’un plateau qui borde la vallée traversée par la rivière Colostre. Lors des campagnes précédentes, trois secteurs de fouille avaient été ouverts sur la pente : H1, qui correspond à un secteur riche en micro-anomalies, H2, en amont de celui-ci, et H3 plus au sud. Au cours de la campagne 2019, le secteur H1 a été agrandi et deux autres sondages, H5 et H6, ont été fouillés l’un à l’aval et l’autre au nord du premier.

3L’habitat de Notre-Dame est installé sur des terrasses aménagées en suivant les courbes de niveau, où des espaces couverts en matériaux légers et semi-couverts alternent avec des zones destinées au stockage. L’élargissement côté aval du secteur H1 visait à observer l’étagement de l’occupation. Celle-ci paraît rythmée, au moins dans cette zone, par l’alternance de plateformes recevant des constructions en matériaux légers, et de batteries de fosses/silos, implantées dans les ruptures de pente. D’importants travaux d’aménagement du sol géologique furent nécessaires pour régulariser la pente et offrir des surfaces aptes à recevoir les constructions. La plateforme mise au jour prend place en contrebas d’une terrasse fouillée lors des campagnes précédentes, entre deux batteries de fosses situées l’une en amont et l’autre en aval. Le bâtiment construit sur cette nouvelle plateforme est matérialisé par deux rangées parallèles de trous de poteau et conserve ses niveaux d’occupation primitifs. Bien que la fouille de cette zone ne soit pas achevée, des répartitions internes sont perceptibles : une limite méridionale avec un probable seuil d’accès ainsi que deux volumes internes contigus dont le plus méridional abrite un silo. La présence d’un silo au centre d’une pièce couverte, identique à un autre dégagé sur la plateforme en amont, confirme la vocation « privée » ou du moins domestique de certaines cavités. La question de la datation de l’aménagement du substrat et de cette première occupation est en cours de vérification. L’analyse stratigraphique et l’étude préliminaire du mobilier confirment que ces niveaux d’occupation étaient tenus volontairement propres, ce qui explique un mobilier, notamment céramique, relativement peu abondant. Toutefois, la présence, quoiqu’en position non primaire, de plusieurs tessons de céramique à pâte beige reconnue comme un marqueur d’époque carolingienne sur le site de la résidence élitaire, incite à avancer l’hypothèse d’une mise en place de l’habitat dès cette époque. L’analyse C d’un charbon de bois du niveau ancien de la plateforme supérieure, qui indique une datation calibrée de 689 à 893 apr. J.-C. (échantillon n°42489, Ly-17129), va dans le même sens. D’autres échantillons issus de la campagne 2018 sont en cours d’analyse.

4Les batteries de fosses/silos, cinq au total, sont installées à même le sol géologique, soit en bordure des terrasses, à l’amorce de la rupture de pente, soit directement dans la pente. Leur implantation dans des surfaces fortement inclinées a sans doute conditionné leurs profils : le plus souvent, elles sont larges et peu profondes ; parfois, elles dépassent 1 m de profondeur. La question du dispositif de couvrement de ces structures, à laquelle est directement liée celle de leur fonction, reste ouverte. En effet, il est fort vraisemblable que ces fosses devaient être complétées par des parties construites, notamment sur leur bord aval, qui était le moins haut. Ces éventuels aménagements en matériaux légers, qui ont totalement disparu et dont on ne perçoit pas, sur le terrain, les vestiges d’éventuels négatifs, apparaissent comme le seul dispositif capable de fournir à ces cavités une capacité utile à recevoir un contenu, quel qu’il fût. En revanche, il paraît vraisemblable que des tuiles en remploi furent utilisées pour leur couvrement lorsque cela était possible, comme semblent le suggérer des fragments retrouvés dans les comblements. Nous nous demandons, enfin, si les fosses de faible voire de très faible profondeur, retrouvées en nombre à Notre-Dame, pourraient correspondre à ce que, sur d’autres sites, on appelle des fosses-silos semi-enterrées. Moins caractérisées par une morphologie spécifique, ces fosses n’ont pas fait l’objet d’une attention aussi importante que les silos ; les éléments comparatifs sont donc restreints. Protégées par une couverture végétale ou en terre, elles pourraient avoir été réalisées pour un ensilage temporaire destiné peut-être à la conservation d’autres produits que les grains. Seule la poursuite de la fouille de ces structures pourrait permettre de répondre à ces questions. Compte tenu du manque d’éléments de chronologie relative, nous ne sommes pas encore en mesure de définir la durée d’utilisation de ces fosses. Des analyses 14C sont en cours pour mieux cerner l’époque de leur abandon. Nous avançons néanmoins l’hypothèse que les fosses/silos persistèrent, dans la plupart des cas, durant toute la séquence d’occupation de l’habitat, c’est-à-dire jusque vers le milieu du xiie s.

5À une époque difficile à préciser, le niveau d’occupation ancien de la plateforme fut volontairement condamné par l’apport d’un niveau de terre dans lequel un dispositif d’évacuation des eaux fut installé. Il consistait en une longue tranchée peu profonde, parallèle à la rupture de pente et comblée par des galets. Localement appelé maïre, ce dispositif avait sans doute pour fonction de protéger la batterie de fosses située à l’aval. L’hypothèse d’un drain est d’autant plus plausible qu’une autre tranchée, bien visible par le Lidar, prend place à 47 m au SE de H1, à la même altitude.

6Les deux autres sondages, H5 et H6, visaient à apporter des données sur les limites et sur l’extension de l’habitat. Le secteur H5 a été implanté sur un replat situé à 60 m en contrebas de H1. Il surplombe une rupture de pente naturelle d’environ 4 m de haut, qui décrit un arc de cercle orienté N-S visible sur 190 m. La fouille de cette zone a mis au jour des niveaux d’occupation comportant notamment les restes de probables constructions en terre. Elle a, par conséquent, apporté la preuve que la rupture de pente, sans doute d’origine naturelle, fut utilisée et exploitée par l’homme à travers l’installation de structures sur le replat qui fut vraisemblablement régularisé. Le sondage H6, pour sa part, avait l’objectif de vérifier la présence de l’habitat contre la limite cadastrale au nord. Celle-ci, en effet, paraît délimiter des anomalies liées à l’habitat sur ce versant. Seul un important niveau d’argile sans mobilier a été trouvé à cet endroit, sans qu’il soit possible, à ce stade, d’en déterminer la nature.

7Les résultats de la fouille 2019 à Notre-Dame s’intègrent à ceux des campagnes précédentes, tant sur les pentes que sur la plateforme sommitale, et ouvrent de perspectives nouvelles, en Provence, pour l’étude d’un site remontant au moins au ixe s. et concentrant les trois éléments que sont la résidence élitaire, l’habitat paysan et le pôle cultuel.

Notre-Dame à Allemagne-en-Provence. Vue zénithale du secteur d’habitat H1 à l’issue de la campagne 2019.

Notre-Dame à Allemagne-en-Provence. Vue zénithale du secteur d’habitat H1 à l’issue de la campagne 2019.

Cl. M. Varano, D. Mouton

Haut de page

Table des illustrations

Titre Notre-Dame à Allemagne-en-Provence. Vue zénithale du secteur d’habitat H1 à l’issue de la campagne 2019.
Crédits Cl. M. Varano, D. Mouton
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/35911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariacristina Varano et Daniel Mouton, « Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 169-170.

Référence électronique

Mariacristina Varano, Daniel Mouton, « Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/35911 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.35911

Haut de page

Auteurs

Mariacristina Varano

Université de Rouen-Normandie

Articles du même auteur

Daniel Mouton

LA3M – AMU-CNRS UMR 7298

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Mariacristina Varano

Université de Rouen-Normandie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Daniel Mouton

LA3M – AMU-CNRS UMR 7298

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search