Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...I.- Constructions et habitats civ...I.1. – Opérations de terrainAmboise (Indre-et-Loire). ZA de l...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
I.- Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I.1. – Opérations de terrain

Amboise (Indre-et-Loire). ZA de la Boitardière – partie ouest

Responsable d’opération : Cyrille Ben Kaddour
p. 170-171

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Éveha

Texte intégral

1Le site « ZA de la Boitardière-partie ouest » est localisé à la périphérie NE de la commune d’Amboise (37). Sa fouille a été réalisée entre mai 2019 et janvier 2020 par le bureau d’études Éveha, sous la direction de Cyrille Ben Kaddour, avec une équipe d’une douzaine de personnes. Elle faisait suite à un diagnostic effectué par Agnès Couderc (Inrap) au début de l’année 2018.

2Sur une surface de plus de 7 hectares, plus de 2 000 structures en creux ont pu être documentées. La majorité de celles-ci sont des trous de poteau et des fossés. Ce résumé fait état des connaissances sitôt la fouille achevée, avant les études post-fouille.

3Quelques éléments lithiques épars attestent de la présence humaine dans ce secteur dès le paléolithique (dont un biface taillé dans du silex local d’assez mauvaise qualité), mais il faut attendre la fin de la période gauloise ou le début de la période gallo-romaine pour voir de véritables aménagements sur le site. À cette date, une voirie est créée, comme l’attestent des fossés et les restes d’une chaussée empierrée avec des ornières. Cette voie, axée SO-NE, a été observée sur plus de 220 m de longueur. Nous ne connaissons pas pour l’instant la durée d’utilisation de cette voie, qui pourrait être à l’origine de l’actuelle rue de la Mothe, décalée vers le sud.

4Il est actuellement difficile de proposer une datation pour la majorité des structures postérieures, mais différents endroits de la fouille présentent des concentrations de vestiges ayant livré de la céramique gallo-romaine : une cave maçonnée dans l’angle NE, une grande mare dans la partie centrale, deux petits celliers au SO, etc. Plusieurs sépultures, dont un petit groupe en bordure sud de la chaussée, ont aussi livré du mobilier antique (récipients en verre et en céramique, rares éléments de parure et monnaies en alliage cuivreux). Un certain nombre de bâtiments sur poteaux plantés et de longues palissades datent aussi probablement de cette période. Des éléments de démolition (moellons de calcaire et tuiles), comblant de vastes fosses ou recouvrant directement les vestiges archéologiques, laissent envisager des constructions en pierre se développant au nord du site (sous les actuels bâtiments de ferme, au lieu-dit Les Chaumières). Nous ne savons pas si le site est abandonné à la fin de l’Antiquité, mais une sépulture atteste de l’existence d’une population sur place ou à proximité durant la période mérovingienne (les ossements, à l’issue du diagnostic, ont pu être datés par 14C de la seconde moitié du viie ou du début du viiie s.).

5La période carolingienne (ixe-xe s.) est bien représentée sur le site, avec des ensembles de bâtiments sur poteaux, des chemins munis de fossés bordiers et plus de 50 silos : certains relativement profonds (jusqu’à plus de 1,60 m), d’autres étrangement peu profonds (moins de 0,40 m). Un certain nombre de ces silos, regroupés au nord du site, ont livré d’abondants fragments de céramique, fréquemment glacurée, attestant d’un statut social assez privilégié de la population du site durant cette période. La découverte d’un petit dépôt de monnaies, en périphérie du site, confirme la relative richesse de cette population. Il s’agit de neuf deniers frappés sous les règnes de Louis le Pieux et Charles le Chauve. Ils présentent tous la figuration d’un temple stylisé et la mention XPISTIANA RELIGIO. Quelques sépultures sans dépôt funéraires sont probablement liées à cette phase d’occupation. Dans la partie sud, un bâtiment muni de poteaux puissamment fondés et peu espacés pourrait être un grenier pour le stockage de denrées. Il daterait également de la période alto-médiévale.

6Après la période carolingienne et jusqu’au xxe s., le site n’est plus habité, mais un certain nombre de fossés, dont certains reprennent la trame des fossés antiques ou alto-médiévaux, témoignent de la continuité des activités agricoles.

Amboise, vue zénithale de l’aire d’ensilage carolingienne superposée à des bâtiments sur poteaux.

Amboise, vue zénithale de l’aire d’ensilage carolingienne superposée à des bâtiments sur poteaux.

Cl. F. Bodereau, cine@drone

Haut de page

Table des illustrations

Titre Amboise, vue zénithale de l’aire d’ensilage carolingienne superposée à des bâtiments sur poteaux.
Crédits Cl. F. Bodereau, cine@drone
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/35916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Ben Kaddour, « Amboise (Indre-et-Loire). ZA de la Boitardière – partie ouest »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 170-171.

Référence électronique

Cyrille Ben Kaddour, « Amboise (Indre-et-Loire). ZA de la Boitardière – partie ouest » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/35916 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.35916

Haut de page

Auteur

Cyrille Ben Kaddour

Éveha, UMR 7324.

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cyrille Ben Kaddour

Éveha, UMR 7324.

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search