Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...I.- Constructions et habitats civ...I.1. – Opérations de terrainBraine (Aisne). Place Charles-de-...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
I.- Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I.1. – Opérations de terrain

Braine (Aisne). Place Charles-de-Gaulle

Responsable d’opération : Étienne Lallau
p. 176

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Service archéologique de l’Aisne

Texte intégral

1L’opération de diagnostic archéologique a été menée du 27 novembre au 2 décembre 2019. Elle s’est déroulée sur l’emprise de la place Charles-de-Gaulle, sur une surface de 1 706 m2. Elle a permis de documenter une stratigraphie à la fois riche et complexe et mis en évidence plusieurs phases d’occupation de la place.

2Si aucune structure incontestablement antique n’a été découverte, il faut néanmoins rapporter la découverte de plusieurs tessons de céramique du Haut-Empire, qui constituent un bruit de fond de l’occupation du site de Braine dès cette époque.

3Des vestiges d’une halle, probablement d’époque moderne et détruite en 1827, ont été mis au jour. Ils prennent l’aspect de quatre bases de piles, posées sur des socles en grès mamelonné ou en calcaire. Disposés à intervalles réguliers (environ 4, 50 m), ces supports sont parfaitement alignés suivant un axe OSO-ENE. Les piles supportaient de lourds piliers circulaires en pierre, d’environ 1,20 m de diamètre à la base. Des petits murets jointifs de ces piles participent du même chantier de construction. Leur sommet affleurait à peine (voire pas du tout) du niveau de circulation des halles, ce qui pose la question de leur fonction. Étaient-ils destinés à asseoir un solivage ou pouvaient-ils servir de repères de compartimentation de l’espace des halles, divisé en secteurs fonctionnels ? Rien n’est moins sûr, mais dans l’état actuel des connaissances nous ne pouvons être plus précis.

4La première mention d’une halle à Braine remonte au xive s., sans que sa localisation ne soit connue. L’identification des vestiges de la halle détruite en 1827 interroge. En effet, si la stratigraphie ne contredit pas une continuité de la halle depuis le xive s., les piles mises au jour paraissent plus récentes. Il n’est donc pas exclu que les vestiges découverts appartiennent à une halle d’époque moderne bâtie à la place de l’édifice médiéval, mais l’édifice mis au jour peut aussi parfaitement résulter de la translation, à l’époque moderne, d’une halle préexistante située en un autre point de la ville ; les auteurs du xixe s. lui octroyant une dimension « médiévale » pour insister sur son ancienneté.

5En 1828, une halle neuve est édifiée en briques et en pierre à l’emplacement de celle détruite précédemment. Les archives et les plans montrent qu’elle avait sensiblement la même largeur que la halle préexistante, mais insistent sur le fait qu’elle était moins longue d’est en ouest. Huit piles quadrangulaires en pierres de taille d’une des travées centrales de ce bâtiment ont été mises au jour lors de l’opération. Ces piles, de facture assez grossière, vues uniquement en fondation, sont régulièrement disposées tous les 2,55 m. Les photographies anciennes montrent que le bâtiment était doté de 9 arcades, ce qui permet de repositionner deux piles supplémentaires vers l’ouest et d’estimer la longueur totale de cet édifice à environ 32 m. À l’est, un mur d’orientation NNO-SSE appartient à cet établissement. Il constitue le mur bahut du pignon oriental de la halle, sur lequel s’ouvraient trois arcades. Toutes les maçonneries ont livré d’importants blocs en réemploi, dont de nombreux parements courbes probablement issus des piliers ronds du bâtiment détruit en 1827. Les matériaux de la halle préexistante ont, a priori, été largement réutilisés par souci d’économie dans la mise en œuvre de la nouvelle halle. L’axe de la halle de 1828 est décalé d’environ 20-25 degrés vers le SE par rapport à celui de l’édifice préexistant. Cette disposition résulte peut-être de la volonté des bâtisseurs d’aligner la façade méridionale sur l’axe de la route Reims-Soissons, qui passe au sud de la place actuelle. L’opération a aussi mis en évidence la nature du sol de la place et de la halle du xixe s., qui était revêtu d’un pavement de blocs de grès et de sable blanc.

6À l’est de la place, les abords des deux halles ont été diagnostiqués. Une stratigraphie complexe a été observée, mais aucune structure maçonnée n’a été découverte. En revanche, une grande fosse a livré un important corpus céramique datable des xiiie-xve s., voire du début du xvie s. Notons, enfin, au nord de l’emprise et dans la partie SE de celle-ci, la présence de deux fosses de nature et de chronologie indéterminées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Lallau, « Braine (Aisne). Place Charles-de-Gaulle »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 176.

Référence électronique

Étienne Lallau, « Braine (Aisne). Place Charles-de-Gaulle » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/36001 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.36001

Haut de page

Auteur

Étienne Lallau

Service archéologique de l’Aisne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Étienne Lallau

Service archéologique de l’Aisne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search