Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...I.- Constructions et habitats civ...I.1. – Opérations de terrainChâtelaillon (Charente-Maritime)....

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
I.- Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I.1. – Opérations de terrain

Châtelaillon (Charente-Maritime). 89, avenue des Boucholeurs

Responsable d’opération : Catherine Vacher
p. 184

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé au 89 avenue des Boucholeurs à Châtelaillon, sur une surface de 7 320 m², a livré deux sites majeurs. Un site médiéval est localisé le long de l’avenue des Boucholeurs et du chemin des Hautes Terres d’Angoute alors qu’un site du Bronze ancien l’est le long de la route de Port Punay.

2L’occupation du Bronze ancien constitue la continuité de celles vues lors des diagnostics sur la colline d’Angoute depuis 2002. Le site regroupe, sur 3 000 m², des creusements de grande taille, des ensembles de trous de poteau organisés (bâtiments ?), quelques aménagements atypiques tels qu’une grande fosse cernée d’une couronne empierrée et des niveaux plats de pierres chauffées. Le mobilier céramique indique une occupation homogène attribuable au Bronze ancien. C’est donc un site d’habitat du Bronze ancien au potentiel relativement exceptionnel qui pourrait être exploité en raison de sa localisation entre mer et marais, de son mobilier diversifié et abondant, du nombre important de structures reconnues et de la présence d’un potentiel paléosol.

3À l’époque gallo-romaine, la parcelle diagnostiquée est uniquement occupée au nord par une voirie et de probables fossés de drainage. La suite du cimetière, déjà reconnu au nord et utilisé de la période mérovingienne au xie s., est présente entre un fossé antique et la clôture actuelle. Il pourrait abriter une centaine de sépultures. Un second cimetière est localisé au SO. Il est limité par une clôture médiévale composée d’un mur doublé d’un fossé. Cet aménagement pourrait constituer une partie de la clôture du prieuré Saint-Romard. Cette nécropole sud pourrait abriter 250 à 300 sépultures de typologie variée (en sarcophage, sous dalles, en « pleine terre »), indiquant une utilisation, comme pour le cimetière nord, durant le haut Moyen Âge puis le Moyen Âge central.

4Entre les deux cimetières s’interpénétrent des structures domestiques – silos, fossés, fosses, foyers, etc., datées des xe-xiie s. Aucun plan de bâtiment n’a été mis au jour et nous nous situons, peut-être, dans un secteur de stockage plus que d’habitat. On peut alors supposer une contraction de l’emprise urbaine de Châtelaillon vers la fin du xiie s., époque qui coïncide avec la chute de la famille des Châtelaillon et le déplacement de l’activité économique locale vers la nouvelle capitale de l’Aunis, La Rochelle.

5C’est la localisation du site, à l’extrémité orientale de la ville médiévale, qui en constitue l’un de ses principaux intérêts. Le prieuré Saint-Romard est établi dans un secteur périphérique par rapport au castrum des Châtelaillon, le long du chemin qui mène à Rochefort et à proximité d’un axe ancien, le long duquel s’est développée une nécropole dès la période mérovingienne. Les deux voies convergent à l’ouest vers l’extrémité de l’éperon, donc vers la ville. Cet espace resta le cœur du bourg jusque dans la première moitié du xixe s., même si l’effondrement de la falaise l’a amputé en grande partie, faisant disparaître le castrum et son église Saint-Nazaire ainsi que le bourg centré sur l’église Saint-Jean-l’Évangéliste. Seules les zones périphériques à l’est ont subsisté, le faubourg (?) autour du prieuré Saint-Romard et ses extensions funéraires vers l’est. La position périphérique du prieuré par rapport à la ville est peut-être à l’origine de l’édification d’un système de clôture complexe, alliant murs et fossés, qui protège le prieuré et marque la limite orientale de la ville médiévale. Le système d’enclos mis en évidence est d’un intérêt remarquable au regard de cette problématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vacher, « Châtelaillon (Charente-Maritime). 89, avenue des Boucholeurs »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 184.

Référence électronique

Catherine Vacher, « Châtelaillon (Charente-Maritime). 89, avenue des Boucholeurs » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/36091 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.36091

Haut de page

Auteur

Catherine Vacher

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Vacher

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search