Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...I.- Constructions et habitats civ...I.1. – Opérations de terrainLyon (Rhône). Parking Saint-Antoine

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
I.- Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I.1. – Opérations de terrain

Lyon (Rhône). Parking Saint-Antoine

Responsable d’opération : Emmanuel Bernot
p. 198-199

Texte intégral

1Les campagnes de fouille menées en 2019 dans le cadre de la construction du parking Saint-Antoine à Lyon s’inscrivent dans la continuité des opérations réalisées sur ce site depuis 2014. Situées en rive gauche de la Saône, ces fouilles ont permis la découverte de vestiges couvrant l’ensemble des périodes historiques (du ier s. au xixe s.).

2Au début de l’Antiquité, ce site est implanté au débouché d’un ancien bras du Rhône, comblé au cours du ier s. de notre ère. Un important dépotoir faunique, en lien avec une activité de boucherie du début de l’époque tibérienne, a été mis au jour dans ce comblement. Les premières installations pérennes datent du début du iie s. et s’apparentent en partie à des entrepôts. Au cours du iiie s., ce quartier semble plutôt tourné vers des activités artisanales, dont la nature reste difficile à préciser. Enfin, au ive s., la présence d’une fontaine publique, dont des éléments ont été retrouvés en remploi dans une cave médiévale, peut être attestée en bordure de la rue Mercière (probable voie romaine).

3À la fin du xie s. et au début du siècle suivant, une place publique, constituée de dalles antiques en remploi, est aménagée au bord de la rivière. Elle pourrait se situer au débouché du nouveau pont sur la Saône, édifié à partir du dernier quart du xie s. d’après les sources textuelles. Plusieurs constructions de cette époque pourraient aussi s’apparenter à des habitations de bord de rive.

4À l’extrême fin du xiie s. ou au début du siècle suivant, une culée de pont en pierre ainsi qu’au moins une arche sont édifiées en rive gauche. Sans doute s’agit-il de la reconstruction d’une partie du pont aménagé un siècle auparavant et qui, jusque-là, aurait été de nature mixte, comportant quelques arches en pierre en rive droite de la Saône et des parties en bois sur le reste de son tracé. Cet ouvrage prendra plus tard le nom de pont du Change. Ces travaux s’accompagnent rapidement du doublement de la première arche afin d’y asseoir des maisons. Puis, progressivement, au cours de la seconde moitié du xiiie s. et au début du xive s., de nouvelles maisons sont construites au débouché du pont, en direction de la rue Mercière, afin de former une rue « tendant du pont à l’église Saint-Nizier ». Onze de ces maisons ont pu être mises au jour, en totalité ou pour partie, au cours des différentes campagnes de fouille. Elles furent modifiées et pour certaines agrandies au cours des siècles suivants, notamment à la suite d’un incendie survenu en 1632. Dans l’une de ces maisons, la pratique du change a pu être attestée du xiiie au xviie s. grâce au mobilier monétaire découvert dans les niveaux d’occupation successifs.

5Au sud du pont, plusieurs aménagements portuaires ont été identifiés. Jusqu’à la fin du Moyen Âge, la rive gauche de la Saône ne semble pas avoir fait l’objet d’aménagements particuliers. À la fin du xve s., la berge est stabilisée par la mise en place d’un rideau en bois maintenu par des pieux. Cet ouvrage, connu sous le nom de port Chalamont, s’étend jusqu’à la rue Dubois, qui constitue alors son principal accès. Il est régulièrement entretenu et, à la fin du xvie s., il est renforcé à son extrémité méridionale par la construction d’emmarchements maçonnés. Au cours de la seconde moitié du xviie s., un nouveau quai (le quai Saint-Antoine) est édifié au sud du port Chalamont, en avancée sur la rivière. Un demi-siècle plus tard, il fut prolongé au nord par le quai Villeroy, dont la construction débutera en 1713 pour s’achever six ans plus tard. Ce quai, puissamment fondé, puisque son rideau en bois et les pieux de chêne qui le maintiennent ont été reconnus sur une profondeur pouvant atteindre dix mètres, demeura en usage jusqu’au milieu du xixe s. À cette époque, à la suite notamment des grandes inondations de 1840, le vieux pont du Change est remplacé par un nouveau pont, le pont de Nemours, et les maisons situées à son débouché sont démolies afin de laisser la place à l’actuel quai Saint-Antoine.

Lyon, parking Saint-Antoine, rideau en bois de chêne soutenant l’emmarchement du quai Villeroy (xviiie s.).

Lyon, parking Saint-Antoine, rideau en bois de chêne soutenant l’emmarchement du quai Villeroy (xviiie s.).

Cl. SAVL

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lyon, parking Saint-Antoine, rideau en bois de chêne soutenant l’emmarchement du quai Villeroy (xviiie s.).
Crédits Cl. SAVL
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/36296/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 815k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Bernot, « Lyon (Rhône). Parking Saint-Antoine »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 198-199.

Référence électronique

Emmanuel Bernot, « Lyon (Rhône). Parking Saint-Antoine » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/36296 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.36296

Haut de page

Auteur

Emmanuel Bernot

Service archéologique de la Ville de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Bernot

Service archéologique de la Ville de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search