Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...I.- Constructions et habitats civ...I.1. – Opérations de terrainPierrefiche-d’Olt (Aveyron). Gran...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
I.- Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I.1. – Opérations de terrain

Pierrefiche-d’Olt (Aveyron). Grange de Galinières

Responsable d’opération : Laure Leroux
p. 211-212

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Hadès

Texte intégral

1La grange de Galinières, située sur la commune de Pierrefiche-d’Olt, dans l’Aveyron, regroupe un ensemble de bâtiments organisés autour d’une cour centrale, inscrit à l’inventaire des Monuments historiques en 1928, et partiellement classée en 1988. Mentionnée dès le dernier tiers du xiie s., la grange relève de l’abbaye cistercienne de Bonneval, dont l’abbé semble avoir élu résidence à Galinières à la fin du Moyen Âge, jusqu’à son affermage à partir du premier tiers du xviie s. Démembrée lors de sa vente à la Révolution entre plusieurs propriétaires, le site est encore habité et a fait l’objet de nombreuses restaurations et réfections. Si des sondages avaient accompagné les restaurations des années 1990, aucune analyse archéologique n’avait encore été menée et il n’existait aucun plan précis de l’établissement.

2Pour combler cette méconnaissance de l’une des granges cisterciennes les mieux conservées de l’Aveyron, l’association « Galinières Cisterciens », soutenue par la Conservation régionale des Monuments historiques, s’est engagée dans un ambitieux programme de recherches, afin de documenter l’architecture du site et ses évolutions. Les investigations menées en 2019 se sont attachées en priorité à cerner les principales étapes de construction et d’évolution du bâti, en s’appuyant sur un levé topographique précis, couplé à des orthophotographies des élévations.

3Les premières décennies d’occupation de la grange, entre le dernier tiers du xiie s. et le xiiie s., s’incarnent dans un bâtiment comprenant un vaste espace voûté surmonté d’un étage. Dans un second temps, au cours du xiiie s., cet édifice est divisé par un arc-doubleau, supportant dans la partie orientale de l’édifice une croisée d’ogives ; la partition du volume correspond peut-être à l’élévation de l’édifice au rang de chapelle. Est édifiée à l’est une puissante tour de plan carré, de plus de 10 m de côté pour 20 m de hauteur, qui pourrait s’apparenter à une tour-grenier, couronnée par un chemin de ronde. La troisième phase correspond à d’importants investissements avec l’aménagement de la « tour maîtresse » et son surhaussement par des élévations de 10 m de hauteur, associés à un chemin de ronde en arcades-mâchicoulis. Un vaste logis est adossé à la tour, et englobe le pignon de la chapelle, constituant ainsi un front bâti continu. La chapelle est également surhaussée d’une tour de 10 m de hauteur, qui, à l’instar de la tour maîtresse, est couronnée d’un crénelage dont les merlons comportent des archères. Le bâtiment qui lui est perpendiculaire clôture le site à l’est. Il comprenait vraisemblablement un hourd sommital. Dans son alignement, vers le sud, est créé un autre bâtiment, dont les baies à coussièges suggèrent des fonctions résidentielles. Cette phase, caractérisée par la similitude des ouvertures, interviendrait dans le dernier tiers du xive s., au plus tard dans les premières décennies du xve s. Elle obéit à plusieurs considérations : de confort, de défense, mais également d’ostentation. Dans la seconde moitié du xve s., les baies et les cheminées du logis nord sont modernisées, de nouveaux étages résidentiels sont créés par un surhaussement de la chapelle. Un autre logis est augmenté d’une imposante tourelle d’escalier en vis et son second étage surhaussé ou remanié. Deux tourelles comportant des ouvertures de tir flanquent les abords méridionaux du site, à la jonction de bâtiments ou de pans de mur définissant un plan du hameau fortifié en quadrilatère. La cinquième phase regroupe des créations plus disparates à partir de la fin du xvie s., sous forme d’aménagements intérieurs ponctuels (reprises de baies, décors peints, aménagement d’une caponnière dans une tour d’angle) ou de créations d’annexes liées à l’exploitation agricole tels qu’une bergerie à arcs diaphragmes. Cette intervention constitue une première approche globale du site, dont le phasage et la chronologie appellent à être affinés et inscrits dans le contexte de l’exploitation domaniale.

Pierrefiche-d’Olt, grange de Galinières, relevé en orthophotogrammétrie avec phasage de la grange.

Pierrefiche-d’Olt, grange de Galinières, relevé en orthophotogrammétrie avec phasage de la grange.

Topographie et orthophotogrammétrie M. Canivet, DAO L. Leroux Hadès

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pierrefiche-d’Olt, grange de Galinières, relevé en orthophotogrammétrie avec phasage de la grange.
Crédits Topographie et orthophotogrammétrie M. Canivet, DAO L. Leroux Hadès
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/36416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 769k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Leroux, « Pierrefiche-d’Olt (Aveyron). Grange de Galinières »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 211-212.

Référence électronique

Laure Leroux, « Pierrefiche-d’Olt (Aveyron). Grange de Galinières » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/36416 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.36416

Haut de page

Auteur

Laure Leroux

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laure Leroux

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search