Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...I.- Constructions et habitats civ...I.1. – Opérations de terrainSaint-Jean-d’Angély (Charente-Mar...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
I.- Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I.1. – Opérations de terrain

Saint-Jean-d’Angély (Charente-Maritime). 5/7, rue Lacoue

Responsable d’opération : Catherine Vacher
p. 219

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1La parcelle diagnostiquée, d’une surface de 1 370 m², est localisée au sud d’un vaste périmètre connu pour abriter une occupation antique importante. Découvert fortuitement au xixe s., le site a été interprété alors comme une villa opulente au registre décoratif soutenu. Les découvertes réalisées dans le secteur depuis 1864 indiquent un site plus vaste qui s’étend entre la rue du Port, la rue du Faubourg d’Aunis, la Chaussée du Calvaire et la rue Lacoue, soit plus de 8 hectares desservis par un aqueduc de plusieurs kilomètres de long. Ce secteur est complètement en dehors de l’enceinte médiévale de la ville vers l’ouest. La fonction de cette occupation reste à documenter et il est envisageable que l’on soit en présence d’une véritable agglomération secondaire et non d’une simple villa, aussi opulente soit-elle.

2L’intervention de 2019 occupe la partie sud du périmètre antique limité aujourd’hui par le canal de Saint-Eutrope. Elle a confirmé la présence, à 150 m vers le SO, de vestiges d’une occupation antique tout aussi opulente que celle mise au jour en 1864. L’abondance des marbres décoratifs collectés et la présence de sols construits ne laissent aucun doute quant à l’importance des vestiges. Cette occupation, qui paraît s’achever vers le ive s., concerne la presque totalité de la parcelle et a été mise en évidence à une profondeur moyenne d’un mètre sous le sol actuel.

3Après huit siècles d’abandon, le secteur est à nouveau occupé durant le Moyen Âge central. C’est a priori aussi à cette période qu’est creusé le canal de Saint-Eutrope, destiné à alimenter divers moulins. Les vestiges mis au jour apparaissent à une profondeur comprise entre 50 à 75 cm. Les vestiges, denses, se composent de maçonneries, dont un mur orienté N-S, long de 18,30 m et présentant une ouverture au sud, et un autre dessinant une courbe. Les autres structures sont essentiellement, d’une part, de très grandes fosses au remplissage brun foncé qui ont entamé les niveaux antiques et, d’autre part, des creusements au comblement gris clair très fin qui occupent l’angle SE de la parcelle. La fonction de ces vestiges n’est pas documentée à ce stade de l’intervention, mais ils pourraient être en lien avec le canal. La presque totalité de cette occupation est recouverte par un niveau de limon fin sans résidu qui paraît résulter des débordements de la Boutonne puis par la terre végétale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vacher, « Saint-Jean-d’Angély (Charente-Maritime). 5/7, rue Lacoue »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 219.

Référence électronique

Catherine Vacher, « Saint-Jean-d’Angély (Charente-Maritime). 5/7, rue Lacoue » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/36491 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.36491

Haut de page

Auteur

Catherine Vacher

Inrap NA&OM

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Vacher

Inrap NA&OM

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search