Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...I.- Constructions et habitats civ...I.1. – Opérations de terrainSeclin (Nord). Gare pôle d’échang...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
I.- Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I.1. – Opérations de terrain

Seclin (Nord). Gare pôle d’échanges multimodal – phase 2

Responsable d’opération : Guillaume Lassaunière
p. 223

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Ville de Seclin

Texte intégral

1Cette opération archéologique marque l’ultime volet d’un projet entamé en 2014 par la Métropole européenne de Lille. L’aménagement de grande ampleur vise la requalification du quartier de la gare de Seclin, tout en proposant aux usagers une offre renforcée en matière de bus et de stationnement automobile. La parcelle sondée, d’une superficie de 950 m², accueillait initialement l’ancienne mairie annexe, démolie pour les besoins du projet d’aménagement. La présence de caves, la profondeur importante des vestiges anciens ainsi que la gestion des déblais issus des terrassements n’ont permis qu’une appréciation liminaire du potentiel archéologique du site.

2Les indices d’occupation les plus anciens se rapportent à la période médiévale, qui se caractérise par deux séquences distinctes. La première, du début du Moyen Âge central, comprend plusieurs fosses dont la vocation n’a pu être déterminée. Selon toute vraisemblance, ces structures en creux sont à rapprocher d’un petit habitat groupé identifié sous la place Saint-Piat, localisée à moins de 50 m de notre site. Ce gisement étudié en 2014 avait livré une série de fonds de cabane et de fosses dont les comblements étaient pourvus de matériel céramique en lien avec les ixe et xe s. Les fragments de poteries recueillis en 2019 s’échelonnent sur une période comprise entre le xe et le xiie s. et évoquent différentes phases d’occupation du site. La fossilisation du parcellaire ancien sur ce secteur de la ville, urbanisé à partir de la seconde moitié du xixe s., permet de caractériser le site. En effet, ce quartier est lié au souvenir d’un ancien fief, mentionné tardivement durant le Moyen Âge central. La toponymie (rue du château, ruelle du château), les plans disponibles, ainsi que les découvertes récentes, permettent, de manière audacieuse, de retracer approximativement les limites d’une motte castrale. Selon cette hypothèse, la haute cour correspondrait peu ou prou aux infrastructures ferroviaires actuelles tandis que la basse cour engloberait le gisement de la place Saint-Piat. De telles analyses ont fourni des résultats appréciables pour la détermination, en 2019, d’une motte castrale jusqu’alors inconnue dans le quartier du « Petit Burgault » à Seclin.

3La seconde séquence chronologique associée au Moyen Âge prend place aux alentours du xiiie s., vraisemblablement aux origines du fief Maillard, propriété du seigneur d’Avelin et tenu du châtelain de Lille. De ce vaste domaine connu uniquement par les sources, seule une section de fossé a pu être observée. Son implantation topographique l’identifie comme fossé d’enclos d’un château dont l’histoire peut être retracée jusqu’au xviiie s., période à laquelle est d’ailleurs attribuée sa destruction. Dans la dernière décennie du xve s., le fief Maillart est démantelé et la demeure devient propriété de la famille de Fermont qui en fait son château. De cette période, quelques aménagements paysagers ont été retrouvés, comme des fosses de plantation d’arbres disposées le long du fossé d’enclos en deux rangées. En ce qui concerne les vestiges du château lui-même, ceux-ci n’ont pu être appréhendés puisqu’ils semblent avoir été totalement détruits lors de la construction de la gare en 1846.

4Enfin, pour la période contemporaine, peuvent être signalées plusieurs phases s’échelonnant de 1850 à 1930. Dans un premier temps, les travaux en lien avec la construction de la gare et de la plateforme ferroviaire ont engendré un apport massif de remblais. Ceux-ci ont permis l’édification des premières maisons du quartier qui ont subi de graves dommages pendant la Première Guerre mondiale. De cette période, deux fosses dépotoirs ont livré des objets de qualité qui révèlent une certaine aisance matérielle des propriétaires fonciers, directeurs d’une filature. L’habitat s’est reconstruit progressivement sur la parcelle, à la suite de la remise en fonctionnement de la gare en 1922. Les remblais issus de ces travaux incluent un important mobilier des années 1920-1930.

Seclin, vestiges de l’habitat médiéval de la place Saint-Piat et de ses abords.

Seclin, vestiges de l’habitat médiéval de la place Saint-Piat et de ses abords.

DAO J. Tellier

Haut de page

Table des illustrations

Titre Seclin, vestiges de l’habitat médiéval de la place Saint-Piat et de ses abords.
Crédits DAO J. Tellier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/36551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Lassaunière, « Seclin (Nord). Gare pôle d’échanges multimodal – phase 2 »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 223.

Référence électronique

Guillaume Lassaunière, « Seclin (Nord). Gare pôle d’échanges multimodal – phase 2 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/36551 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.36551

Haut de page

Auteur

Guillaume Lassaunière

Centre archéologique de Seclin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Lassaunière

Centre archéologique de Seclin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search