Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Chronique des fouilles médiévales...I.- Constructions et habitats civ...I. 3. – Projets collectifs de rec...Marais charentais (Charente-Marit...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2019
I.- Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 3. – Projets collectifs de recherche

Marais charentais (Charente-Maritime). Les marais charentais au Moyen Âge et à l’époque moderne : peuplement, environnement, économie

Responsable d’opération : Éric Normand
Notice rédigée avec Alain Champagne
p. 234-235

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : CESCM UMR 7302

Texte intégral

1L’année 2019 marque pour le PCR « les marais charentais au Moyen Âge et à l’époque moderne : peuplement, environnement, économie » le début d’une troisième triennale. Le projet a élargi son champ d’action en intégrant les marais littoraux d’autres territoires principalement insulaires (îles d’Oléron et de Ré).

2Il intègre un très important volet archéologique, la fouille de la cour du donjon de Broue qui fait l’objet d’une notice à part. La châtellenie de Broue apparaît tardivement (B. Beauvoit). Elle marque, surtout, le recul des comtes de Poitou, puis des rois de France et d’Angleterre comme cela avait déjà été perçu au travers de l’évolution sémantique de l’appellation du site. Les seigneurs de Broue se diront maître du château, dominus Broa, en 1172. Il serait tentant de lier cette faible emprise féodale de la seigneurie et sa privatisation avec la réalité archéologique du site mise en évidence depuis maintenant cinq ans. L’ensemble est obligatoirement lié au marché que représentent le sel et son commerce. Si, jusqu’au xvie s. et une bonne partie du xviie s., le dynamisme est de mise dans l’île de Ré, l’histoire de cette production n’est pas un long fleuve tranquille (J. Boucard). Il semble qu’au xviie s., voire jusqu’au milieu du xviiie s., la dynamique rétaise soit encore bonne, mais ensuite les choses se gâtent. Le sel est un bon placement, mais à risque, et les guerres de la fin du xviiie s. et du début du xixe s. entrainèrent la ruine d’un bon nombre des élites rétaises qui s’y étaient risquées.

3Les travaux menés en ce moment font la part belle à la culture matérielle. Ils s’appuient sur le projet de publication des fouilles de la maison Champlain de Brouage et l’étude des inventaires après-décès de l’époque moderne (F. Chiron, J. Péret, s. Périsse). La comparaison de ces données confirme l’ouverture de la région sur la mer par le biais de Brouage et des petits ports qui maillent sa côte. Ceci dit, le xviiie s. marque de manière assurée le déclin du secteur, dont Brouage, comme en témoigne la paupérisation des populations du marais. Nous pouvons nous demander si les élites, de Marennes par exemple, retrouvèrent l’éclat de celles de Brouage, et principalement des marchands flamands. La paupérisation trouve un écho dans les enquêtes sanitaires du xixe s. qui dépeignent un enfer peuplé de gens malades (H. Porcher). Les enquêteurs sont des urbains de milieux sociaux favorisés, très éloignés du monde rural et assez condescendant dans leurs propos. L’interventionnisme de l’État se sent aussi dans le cadre de la mise en place des syndicats obligeant les propriétaires de marais à se regrouper pour administrer conjointement les parties de marais en indivision (A. Woifflard). Un inventaire des cabanes de marais en vue d’une valorisation a été entrepris (J. Grellier). Sur les 142 cabanes anciennes répertoriées sur les plans anciens, 49 constructions ont été inventoriées. Il fait suite aux interventions archéologiques du PCR sur certaines de ces cabanes en 2014.

4Un nouveau domaine d’investigation est très exploré actuellement (C. Trézéguet) prolongeant un ancien PCR sur les monastères charentais (dirigé par C. Treffort). Il concerne les structures de production, comme les granges des établissements religieux mis en place au Moyen Âge. Des prospections pédestres ont été organisées sur certains d’entre eux (P.-P. Robert, J.-P. Calauzènes). Pour espérer lier au maximum ces établissements à l’activité salicole, il nous semblait pertinent de privilégier des prieurés ruraux installés sur des îles devenues fossiles, car aujourd’hui le paysage est complètement lissé par l’assèchement des marais. Le prieuré clunisien de Rhône, commune de Saint-Hippolyte, dans la vallée de la Charente, pourrait rassembler des conditions optimales (archivistiques et archéologiques).

5Les approches environnementales sont bien présentes. Les études archéozoologiques permettent de lier l’exploitation du milieu et les pratiques des habitants. Ainsi le travail sur la morphométrie des ovins des marais illustre l’existence d’une sélection des individus consommés d’après leur sexe (O. Robin). Il est plus commun de consommer des moutons castrés, car ils sont plus gras et plus dociles. Cependant, des brebis lactantes le sont aussi. L’origine de cette diversité est inconnue (choix, contrainte économique,…). L’allométrie des individus permet de distinguer deux groupes de moutons composés pour le premier d’individus de petite taille et pour le second de moutons plus grands. Cette observation corroborerait des textes du xviiie s. qui mentionnent les « gros » moutons des marais et les « petits » moutons des plaines. Il pourrait y avoir ici une trace d’amélioration des espèces locales. Dans un autre domaine, les analyses chimiques sur les coquilles d’huîtres, encore peu répandues, sont très prometteuses (V. Mouchi). La composition chimique de la coquille reflète en partie celle de l’environnement et de nombreux paramètres physico-chimiques peuvent ainsi être reconstitués. Il est possible de lire les strates d’une coquille comme les dendrochronologues lisent les cernes d’un arbre. Ainsi l’automne serait la principale saison de collecte tant au xie qu’au xive s. Cependant au xie s., presque la moitié des spécimens seraient collectés au printemps ou en été. Il s’agit ici de premières pistes de recherche qu’il faudra approfondir.

Marais charentais, cabane du Fousil I (Hiers-Brouage).

Marais charentais, cabane du Fousil I (Hiers-Brouage).

Cl. J. Grellier

Haut de page

Table des illustrations

Titre Marais charentais, cabane du Fousil I (Hiers-Brouage).
Crédits Cl. J. Grellier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/36696/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Normand et Alain Champagne, « Marais charentais (Charente-Maritime). Les marais charentais au Moyen Âge et à l’époque moderne : peuplement, environnement, économie »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 234-235.

Référence électronique

Éric Normand, Alain Champagne, « Marais charentais (Charente-Maritime). Les marais charentais au Moyen Âge et à l’époque moderne : peuplement, environnement, économie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/36696 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.36696

Haut de page

Auteurs

Éric Normand

Service régional de l’Archéologie ALPC

Articles du même auteur

Alain Champagne

Laboratoire ITEM EA 3002

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Normand

Service régional de l’Archéologie ALPC

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search