Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...VII. – Diverses chroniquesVII. 1 – Opérations de terrainGuénange (Moselle). Carrière GSM ...

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
VII. – Diverses chroniques
VII. 1 – Opérations de terrain

Guénange (Moselle). Carrière GSM – Grosse Vauverte

Responsable d’opération : Marie-Paule Seilly
p. 307

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

11605
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Ministère de la Culture – Service régional d’archéologie Grand Est site de Metz

Texte intégral

1À l’occasion d’un décapage mené sur la rive droite de la Moselle pour l’exploitation de sable, les ouvriers ont mis au jour une paire de brodequins militaires dans lesquels des ossements (tarse, métatarse et phalanges) étaient conservés. Suite à cette découverte fortuite, deux agents du service régional d’archéologie ont été amenés à suivre le déroulement du terrassement afin de préciser le contexte de ces vestiges.

2La fouille a mis en évidence et documenté l’extrémité méridionale d’une tranchée en crémaillère (longueur conservée de 8 m ; largeur de 0,80 m ; profondeur de 0,50 m). Le comblement de la structure défensive a livré des ossements humains et du mobilier à mettre exclusivement en relation avec l’armée américaine de la seconde guerre mondiale : cartouches de calibre 12,7 mm et 7,62 mm, obus de mortier, grenades à fragmentation quadrillées, boîtes métalliques de munitions, masque à gaz, chaussures, toile cirée (toile de tente, housse de sac de couchage, voire capote de véhicule ?), éléments de ration, etc. Les ossements très fragmentés n’ont pas été retrouvés en connexion anatomique.

3Les vestiges découverts sont à mettre en relation avec la campagne de Lorraine et la bataille de Metz qui s’est déroulée du 27 août au 13 décembre 1944. En effet, le secteur nord de la vallée de la Moselle, entre la frontière luxembourgeoise au nord et Pont-à-Mousson au sud, a fait l’objet d’âpres combats visant à la prise de la ville par un mouvement de tenaille par le nord et par le sud, obligeant la 3e armée américaine (3rd United States Army) à tenter de franchir la rivière à plusieurs endroits alors que les ponts en place avaient été détruits par la 1re armée allemande.

4Plus précisément, les vestiges sont liés à l’action militaire américaine appelée « Operation Casanova » qui s’est déroulée dans le triangle Uckange/Bertrange/Guénange entre le 8 et le 14 novembre 1944. Celle-ci était destinée à créer une tête de pont à Uckange afin de faire croire aux troupes allemandes que le franchissement de la Moselle aurait lieu au sud de Thionville en soulageant l’effort essentiellement porté au sud de Metz. Après avoir traversé la Moselle à l’aide de barques d’assaut, les troupes américaines du 1er bataillon du 377e régiment d’infanterie (377th Infantry Regiment) se sont enterrées sur la rive droite mais ont été très rapidement prises sous le feu des mortiers du fort d’Illange et des canons de campagne du 119e régiment d’artillerie (119 Artillerie-Regiment) de la 19e division de grenadiers allemande (19. Volksgrenadier-Division).

5La compagnie C américaine (Company C) commence à installer dans la nuit du 8 au 9 novembre sa position dans la plaine inondée. Celle-ci est d’abord constituée de trous d’hommes, puis d’une série de trois tranchées alignées, correspondant chacune à un peloton. Localisée sur son flanc nord, la tranchée fouillée correspond vraisemblablement à celle du premier peloton. Les positions allemandes du 73e régiment de grenadiers (Grenadier-Regiment 73) sont, quant à elles, installées à environ 1,3 km à l’est le long de la route qui longe le « bois de Reinange ». Les restes humains découverts sont probablement liés aux pertes causées par le pilonnage intensif de la position, mentionné dans les rapports militaires. Ainsi, la compagnie C compte 69 soldats tués et blessés lors de cette opération. Après les combats, les corps des soldats décédés ont été récupérés à l’exception de certains fragments et extrémités vraisemblablement restés enfouis au fond de la tranchée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Paule Seilly, « Guénange (Moselle). Carrière GSM – Grosse Vauverte »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 307.

Référence électronique

Marie-Paule Seilly, « Guénange (Moselle). Carrière GSM – Grosse Vauverte » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/39814 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.39814

Haut de page

Auteur

Marie-Paule Seilly

ministère de la Culture – DRAC Grand-Est – site de Metz.

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Paule Seilly

ministère de la Culture – DRAC Grand-Est – site de Metz.

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search