Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...VI. – Archéologie subaquatique, é...VI. 2 – ProspectionsMoulins (Allier). Pont de l’Allier

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI. 2 – Prospections

Moulins (Allier). Pont de l’Allier

Responsable d’opération : Olivier Troubat
p. 303

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Néréïdes

Texte intégral

1Si les résultats de la prospection reculent au xiiie-xive s. la preuve du passage de l’Allier dans cette zone du cours actuel de la rivière, ceux-ci n’ont pas montré de témoignage de passage pour l’Antiquité ni jusqu’au début du Moyen Âge classique. Toutefois des observations faites en dehors du lit actuel montrent l’existence de plusieurs paléochenaux qui sont autant d’anciens franchissements possibles. À l’est, du côté de la ville, il en existe deux importants qui s’étendent jusqu’aux fossés du château et dans le quartier des Mariniers. Cette zone est fixée et urbanisée, d’après l’iconographie disponible, dès avant le milieu du xve s. À l’ouest, un autre chenal est particulièrement volumineux. Appelé dans les archives le chenal Chinard, il était franchi par un ou des ponts à plusieurs périodes. Dès 1408, les archives, parlent de ponts au pluriel, cas assez habituel, les franchissements de rivière passant couramment en chaussées sur les îles et en ponts parfois successifs sur les chenaux. Le dispositif de franchissement de l’Allier est ainsi plus important qu’envisagé au départ. Il semble qu’un carrefour notable se soit fixé à une époque non connue au débouché du pont Chinard, au lieu-dit la Croix de Fer. Une voie antique venant du nord y aboutit et les routes principales de l’ouest de Limoges et de Bourges se rejoignent à ce carrefour.

2Une crue violente, juste avant le démarrage de la prospection, et le positionnement fortuit d’embâcles, ont dégagé un secteur comprenant une pile de pont en pierre et de nombreux pieux, en aval du pont de Moulins. Les datations des ponts découverts montrent plusieurs constructions et reconstructions sur l’existant depuis les xiiie-xive s. jusqu’au début du xviiie s., confirmant le passage pérenne de l’Allier dans ce secteur, avec des alignements cohérents les uns par rapport aux autres. Côté ville, à l’est, la rue dite du Pont Ginguet correspond à l’entrée de la ville de Moulins, vraisemblablement dès le xiiie-xive s. Le témoignage qui inclut possiblement le xiiie s. est intéressant, car il correspond à l’installation des Bourbon à Moulins et à la montée en puissance de la nouvelle capitale du Bourbonnais. À noter que les sires de Bourbon font construire à la même période le pont de Montluçon, dans la deuxième ville de leur baronnie.

3Des ponts de bois, au moins depuis le xiiie-xive s., puis de pierre ou de bois à partir de 1499, sont régulièrement reconstruits mais sont détruits par l’Allier. Le doublement de la largeur du lit à l’occasion de la construction du pont Regemortes montre que le secteur découvert correspond à l’ancienne rive gauche de la rivière. Les éléments de la dernière phase du pont en pierre semblent se rattacher aux dernières reconstructions du xviie s., avant que le choix ne soit fait de reconstruire le pont en bois sur les piles encore debout. Si c’est bien le cas, la zone de blocs écroulée relevée à l’ouest pourrait correspondre à la culée de la rive gauche, séparée par un étroit chenal de la première pile, qui pourrait être celle encore en place. En aval immédiat, un ouvrage complémentaire, en cours de dégagement par la rivière, pourrait correspondre à une protection de rive du xviie-xviiie s.

4Enfin, les restes du pont Mansart, construit en 1705 et réputé avoir été entièrement détruit en 1710, sont encore repérables en aval immédiat du pont Regemortes, lequel clôt la succession des ponts de Moulins, avec la construction d’un dernier franchissement, toujours en usage, entre 1753 et 1763.

Moulins, pont de l’Allier, pieux des ponts du xiiie-au xviies.

Moulins, pont de l’Allier, pieux des ponts du xiiie-au xviies.

Cl. O. Troubat

Haut de page

Table des illustrations

Titre Moulins, pont de l’Allier, pieux des ponts du xiiie-au xviies.
Crédits Cl. O. Troubat
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/40013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 938k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Troubat, « Moulins (Allier). Pont de l’Allier »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 303.

Référence électronique

Olivier Troubat, « Moulins (Allier). Pont de l’Allier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 14 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40013 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40013

Haut de page

Auteur

Olivier Troubat

FFESSM

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Olivier Troubat

FFESSM

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search