Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...V. – Installations artisanalesV. B1. – Carrières, mines et méta...Sevrey (Saône-et-Loire). Rue du Roch

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
V. – Installations artisanales
V. B1. – Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Sevrey (Saône-et-Loire). Rue du Roch

Responsable d’opération : Antoine Guicheteau
p. 293-294

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1La fouille préventive d’une zone de 2 500 m² située rue du Roch à Sevrey, village célèbre par ses ateliers de potiers en activité du ve au xixe s., s’est déroulée en amont de l’extension du cimetière communal et de l’église paroissiale. À l’exception notable d’un enclos du néolithique, l’ensemble des vestiges, parmi lesquels 74 sépultures primaires et près de 250 creusements liés à l’habitat et/ou à l’artisanat potier, relèvent de la période médiévale.

2C’est à partir des vie-viie s. que des sépultures sont installées dans le quart NO du terrain, au plus près de l’église actuelle. Elles témoignent du développement du cimetière dans ce secteur dès la période mérovingienne. Leur orientation s’accorde avec le parcellaire global du village, déjà connu par d’autres opérations, installé selon une trame SE-NO. Quelques structures d’habitat, fosses et trous de poteau, complètent le panorama des vestiges. L’espace funéraire se densifie au cours des viiie-ixe s. et c’est sans doute au cours du xe s. qu’intervient un changement dans l’organisation de l’espace sépulcral. En effet, les sépultures sont désormais implantées selon un axe E-O, divergeant donc de la trame parcellaire mais similaire à celui de l’édifice religieux. C’est donc durant cette période que l’on aurait tendance à fixer l’implantation d’un lieu de culte chrétien, en tout cas de l’église dans le village, sans préjuger bien sûr de l’existence éventuelle d’un édifice cultuel antérieur relevant d’une logique ou d’un statut peut-être un peu différent. Toujours est-il que de rares vestiges d’habitat coexistent avec les sépultures jusqu’au xie s. L’occupation funéraire se poursuit mais se concentre vers l’église à partir des xiie-xiie s.

3Dès lors, des ateliers de potiers s’installent sur la parcelle. De vastes fosses servant probablement à la décantation et/ou au stockage de la matière première et réutilisées en dépotoirs, coexistent avec des bâtiments sur poteaux hébergeant d’autres étapes de l’artisanat potier, notamment le tournage. Les ateliers sont connectés aux gisements d’argile et à la forêt plus au sud par un chemin à ornières, et sont insérés au sein d’un enclos fossoyé. L’absence de fours sur la parcelle même, en dépit de la découverte de plusieurs dizaines de kilos de parois de fours de deux types différents, s’explique peut-être à la fois par un mode de construction aérien, ou par l’arasement du terrain au bord de la rue actuelle, qui longe le flanc nord de l’emprise de l’opération. À ce stade, deux grandes phases de production ont pu être identifiées. Au xiie-xiiie s., il s’agit d’une production de céramique grise au répertoire largement composé de pots et cruches. Au xiiie et sans doute encore au début du xive s., si la production de pots et de cruches en cuisson réductrice se poursuit, une série de pichets enduits de glaçure fait son apparition dans le répertoire sevrotin. L’existence de cette production à Sevrey était jusqu’ici inconnue, l’usage de la glaçure n’étant répertorié qu’à partir de la fin du xve s. et durant l’époque moderne. Les ateliers de la rue du Roch sont abandonnés au cours du xive s., le terrain remblayé est destiné à des activités agro-pastorales et viticoles – avérées sur le cadastre de 1830 – puis uniquement pastorales.

4Ces découvertes offrent donc de nouvelles perspectives sur la topographie générale de Sevrey, puisque l’origine mérovingienne d’un pôle funéraire au sud du village, d’une surface avoisinant alors les 25 ha, est désormais établie. Le changement de l’organisation du cimetière dans le courant du xe s. conduit à s’interroger sur la mise en place des réseaux ecclésial et paroissial. Enfin, l’exploration, pour la première fois à Sevrey d’ateliers du bas Moyen Âge augure d’un enrichissement important de nos connaissances sur les productions de cette période, contemporaine de l’apogée des foires de Chalon-sur-Saône. Ces études s’intègrent dans le cadre plus global d’un renouvellement des connaissances sur les ateliers de potiers de Sevrey, leurs productions et aires de diffusion.

Sevrey, rue du Roch, détail des rejets d’argile et de ratés de cuisson dans un bassin de décantation réutilisé en dépotoir.

Sevrey, rue du Roch, détail des rejets d’argile et de ratés de cuisson dans un bassin de décantation réutilisé en dépotoir.

Cl. A. Guicheteau

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sevrey, rue du Roch, détail des rejets d’argile et de ratés de cuisson dans un bassin de décantation réutilisé en dépotoir.
Crédits Cl. A. Guicheteau
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/40145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 898k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Guicheteau, « Sevrey (Saône-et-Loire). Rue du Roch »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 293-294.

Référence électronique

Antoine Guicheteau, « Sevrey (Saône-et-Loire). Rue du Roch » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40145 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40145

Haut de page

Auteur

Antoine Guicheteau

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Antoine Guicheteau

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search