Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...V. – Installations artisanalesV. B2. – Carrières, mines et méta...Arras (Pas-de-Calais). Les sites ...

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
V. – Installations artisanales
V. B2. – Carrières, mines et métallurgie : prospections

Arras (Pas-de-Calais). Les sites carriers de « Wellington » et « Blenheim »

Responsable d’opération : Mathieu Béghin
Notice rédigée avec Yann Henry, Alain Jacques et Miriam Redouane
p. 295

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Service archéologique municipal d’Arras

Texte intégral

1La prospection thématique menée sur ce site a offert la possibilité d’observer l’exploitation souterraine de la craie à la fin du Moyen Âge et durant les Temps modernes. Les investigations menées dans le sous-sol arrageois ont été réalisées sous le signe de la pluridisciplinarité, en alliant les domaines de l’archéologie, de la géologie et de l’histoire. Par cette approche, les zones d’ombre résultant d’un manque d’information via telle ou telle source ont pu être en grande majorité éclaircies. Les analyses de laboratoire devraient notamment rendre plus précise la date d’exploitation de plusieurs secteurs de manière plus certaine, ainsi que le cheminement suivi en fonction de la qualité de craie recherchée.

2L’étude des différents fronts et ateliers identifiés dans les secteurs de Wellington et de Blenheim a permis d’identifier la méthode d’extraction de la craie employée par les carriers et d’en saisir les différentes étapes. Ainsi, il est possible de comprendre pourquoi et comment ces artisans descendaient sous terre, quelle qualité de pierre ils recherchaient et comment ils l’exploitaient.

3Les résultats obtenus sont encourageants et laissent entrevoir de nouvelles pistes de recherche que l’étude complète de la carrière Blenheim permettrait d’approfondir. Parmi les perspectives envisagées interviennent le relevé et l’étude de toutes les marques d’outillage et signes laissés par les carriers, ou encore la fouille de remblais aux pieds de fronts de taille et/ou d’ateliers afin de retrouver des traces de circulation des hommes et des matériaux.

4Les données scientifiques recueillies servent également à la valorisation du patrimoine souterrain d’Arras puisque la carrière Wellington est aujourd’hui un centre d’interprétation ouvert au public. En outre, ces informations améliorent la connaissance du sous-sol arrageois et alimentent la base de données servant à la surveillance et à l’entretien de l’ancien réseau carrier de la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Béghin, Yann Henry, Alain Jacques et Miriam Redouane, « Arras (Pas-de-Calais). Les sites carriers de « Wellington » et « Blenheim » »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 295.

Référence électronique

Mathieu Béghin, Yann Henry, Alain Jacques et Miriam Redouane, « Arras (Pas-de-Calais). Les sites carriers de « Wellington » et « Blenheim » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40165 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40165

Haut de page

Auteurs

Mathieu Béghin

IRHiS [UMR 8529]

Articles du même auteur

Yann Henry

Articles du même auteur

Alain Jacques

Articles du même auteur

Miriam Redouane

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mathieu Béghin

IRHiS [UMR 8529]

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search