Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...IV. – Sépultures et nécropolesIV. 1. – Opérations de terrainNanc-lès-Saint-Amour (Jura). Église

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Nanc-lès-Saint-Amour (Jura). Église

Responsable d’opération : David Billoin
p. 284-285

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1Un projet de travaux affectant le sous-sol de l’église et de l’ancien cimetière est à l’origine d’un diagnostic archéologique. Quatre sondages ont été implantés à l’aplomb des maçonneries de l’édifice afin de documenter les phases anciennes de l’église et son évolution au fil du temps. Mentionnée en 1144, l’église romane est complètement transformée vers la fin du xve s., effaçant toute trace de la construction initiale. Une tradition locale rapporte que cette église aurait été bâtie par saint Martin de Tours à l’emplacement d’un temple dédié à Mercure. Cette légende est en fait véhiculée par l’historiographie ancienne et correspond à un topos trop classique pour lui accorder le moindre crédit. Aucun indice matériel antique n’a d’ailleurs été relevé.

2Cependant, une rangée de sépultures curieusement orientées N-S a été reconnue sous le portail de l’église. Creusées dans la roche, les alvéoles sont de forme oblongue et l’une d’elles épouse la morphologie du défunt, la roche seule faisant office de contenant funéraire. Leurs comblements diffèrent singulièrement des autres sépultures par un sédiment gris argileux compact et quelques menus fragments de céramiques médiévales à pâte sombre.

3Une datation 14C situe cette tombe rupestre dans les années 950-1032, soit bien antérieurement à la première mention de l’église rapportée par les textes. Cet horizon funéraire atteste la présence d’un cimetière précoce, du milieu du xe au premier tiers du xie s., et pose la question d’un édifice religieux qui lui serait associé, à une époque marquée par une phase intense de rénovations et de constructions d’églises, popularisée par la célèbre citation du « blanc manteau d’églises » du moine bourguignon Raoul Glaber (985-vers 1047).

4Les sondages ouverts devant le portail de l’église ont révélé une forte densité de sépultures correspondant à un espace funéraire utilisé dans la durée, depuis le xe-xie s. Cet emplacement peut être considéré comme privilégié, ce qu’attestent les pierres tombales des xviiie-xixe s. initialement placées à cet endroit et déplacées depuis au gré des aménagements de l’ancien cimetière.

5La multiplicité des inhumations successives a occasionné de nombreux recoupements et des vidanges de sépultures dont ne subsistent que des alvéoles dans la roche. Il en résulte des tombes lacunaires pour la plupart, peu instructives sur les contenants funéraires utilisés (traces de cercueil et présence d’un linceul dans un cas). Ces sépultures se rattachent à la phase la plus récente d’utilisation du cimetière, située aux xviiie-xixe s. d’après le mobilier recueilli dans la terre de cimetière (perle de chapelet, monnaie, céramiques) et de dépôts originaux d’une céramique intacte dans le comblement des tombes. Cette pratique stéréotypée comprend au moins treize récipients de même forme et de même module, des écuelles à oreilles et des tasses issues du vaisselier domestique, reconverties pour un usage liturgique lors des funérailles, vraisemblablement pour contenir de l’eau bénite. L’un de ces récipients porte, gravé sur le revers du fond, une inscription réalisée après cuisson : Claude / Cha […], pour Claude Chapuis, sans doute le nom du défunt, issu, d’après les registres de décès, d’une famille apparemment originaire de Domsure, petit village de l’Ain distant d’à peine 7 km de Nanc-lès-Saint-Amour. Cette pratique, pas si marginale à la période contemporaine, est documentée par un témoignage littéraire de la première moitié du xixe s. dans le village voisin.

Nanc-lès-Saint-Amour, église, la tombe rupestre sous le portail de l’église de Nanc-lès-Saint-Amour (Jura), datée des années 950-1032.

Nanc-lès-Saint-Amour, église, la tombe rupestre sous le portail de l’église de Nanc-lès-Saint-Amour (Jura), datée des années 950-1032.

Cl. D. Billoin

Haut de page

Table des illustrations

Titre Nanc-lès-Saint-Amour, église, la tombe rupestre sous le portail de l’église de Nanc-lès-Saint-Amour (Jura), datée des années 950-1032.
Crédits Cl. D. Billoin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/40348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 965k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Billoin, « Nanc-lès-Saint-Amour (Jura). Église »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 284-285.

Référence électronique

David Billoin, « Nanc-lès-Saint-Amour (Jura). Église » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40348 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40348

Haut de page

Auteur

David Billoin

Inrap Bourgogne-Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Billoin

Inrap Bourgogne-Franche-Comté

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search