Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...IV. – Sépultures et nécropolesIV. 1. – Opérations de terrainNiort (Deux-Sèvres). Porte Saint-...

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Niort (Deux-Sèvres). Porte Saint-Gelais

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 285

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1La ville de Niort s’inscrit sur les franges orientales du marais poitevin. Elle s’est développée sur la rive droite d’un des nombreux méandres de la Sèvre niortaise, qui constitue une voie de communication privilégiée au sein d’un espace encore très marécageux.

2Cette position stratégique liée tant au franchissement du fleuve qu’à sa localisation périphérique par rapport à l’actuel marais poitevin, a largement participé à son développement depuis le Moyen Âge. La ville s’est installée au sein d’une légère vallée dominée au sud par la colline Notre-Dame et au nord par la colline Saint-André. Une enceinte de réunion, édifiée dans la seconde moitié du xiiie s., a permis d’asseoir la défense de la ville. Deux portes permettaient de la franchir : une au sud (porte Saint-Jean) et l’autre au nord (porte Saint-Gelais).

3La plupart de ces vestiges ont été démantelés au cours du xviiie s., mais un projet de renouvellement urbain situé aux abords immédiats de l’ancienne porte Saint-Gelais a nécessité la réalisation d’un diagnostic archéologique. Huit tranchées ont été réalisées. De nombreux vestiges sont apparus sous le revêtement en bitume malgré les travaux de la période moderne.

4Les vestiges défensifs demeurent à cet égard peu nombreux. Une portion de la barbacane située devant la porte Saint-Gelais a pu être dégagée. Une seule assise de maçonnerie est préservée au contact du substrat calcaire. Un fossé large de 11,20 m a également été observé au nord de cet aménagement défensif mentionné sur les plans de la période moderne. Sa profondeur n’a pas pu être appréhendée dans le cadre de l’opération archéologique. De même, le dérasement du mur de la barbacane ne permet de restituer le mode de franchissement de l’ouvrage défensif.

5Le reste de l’occupation est principalement funéraire. Près de 99 inhumations potentielles ont été découvertes au sein de trois tranchées de diagnostic concentrées à l’ouest de la barbacane sur une surface relativement importante (2 500 m²). Les premières inhumations en coffrages de pierres sont moins nombreuses (13), mais elles attestent une occupation funéraire inédite pour une période située entre le xiie et le xive s. Une aumônerie fondée en 1198 est avérée pour cette période, mais sa localisation, renseignée par les plans de la période moderne, ne permet pas d’associer ces deux ensembles. L’hypothèse d’une première construction plus proche de l’enceinte peut être envisagée, d’autant que la présence d’une cave sur coupole remarquablement conservée (courant xiiie s.) atteste du développement d’un ensemble bâti de qualité à proximité de l’enceinte.

6Les autres sépultures sont davantage documentées. Un cimetière protestant est installé dans ce secteur vers le milieu du xviie s. En 1684, l’emplacement est récupéré par la fabrique Saint-André qui le « convertit » en un cimetière catholique abandonné en 1773.

7Enfin, toute la partie occidentale de l’emprise n’est pas concernée par l’occupation funéraire. Au contraire, de nombreuses carrières pour l’extraction de pierres de taille y ont été observées. Leur comblement semble assuré dans la seconde moitié du xviiie s. afin de ménager un vaste espace ouvert qui préfigure la topographie actuelle des lieux.

Niort, Porte Saint-Gelais, fosses sépulcrales (fin xviie-xviiie s.) du cimetière paroissial installées dans le calcaire.

Niort, Porte Saint-Gelais, fosses sépulcrales (fin xviie-xviiie s.) du cimetière paroissial installées dans le calcaire.

Cl. E. Barbier

Haut de page

Table des illustrations

Titre Niort, Porte Saint-Gelais, fosses sépulcrales (fin xviie-xviiie s.) du cimetière paroissial installées dans le calcaire.
Crédits Cl. E. Barbier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/40358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 866k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Niort (Deux-Sèvres). Porte Saint-Gelais »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 285.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Niort (Deux-Sèvres). Porte Saint-Gelais » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40358 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40358

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search