Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...III. – Constructions et habitats ...III. 1 – Opérations de terrainLe Neubourg (Eure). Le vieux Château

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1 – Opérations de terrain

Le Neubourg (Eure). Le vieux Château

Responsable d’opération : Gilles Deshayes
p. 256-257

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Mission archéologique départementale de l’Eure

Texte intégral

1Mentionné dès le xiie s., le château du Neubourg est érigé et reconstruit tout au long du second Moyen Âge. Il s’agit d’un imposant site castral amputé, entre 1770 et 1810, des trois quarts de son emprise et des édifices et fortifications qui s’y trouvaient. Classé monument historique en 2020, il est aujourd’hui constitué des élévations de quatre édifices mitoyens, de trois courtines et d’une partie de son ancienne cour. Datées par Jean Mesqui, ces constructions s’étalent sur trois siècles : le vieux château et les courtines B et C (début du xiiie s.), une tour en U (xive s.), une tour-porte et la courtine A (fin du xve s.), la Maison neuve (début du xvie s.). Leurs remaniements et aménagements animent les siècles suivants, principalement les xviiie et xixe s.

2Cette propriété communale a fait l’objet depuis 2017 d’un diagnostic architectural et paysager, d’un projet de restauration et de réhabilitation, et de premiers travaux d’urgence confiés à une équipe de maîtrise d’œuvre (regroupant architectes, paysagiste, archéologues du bâti, historien, ingénieurs structure et économiste de la construction). Elle a ainsi bénéficié, dans un premier temps, d’une synthèse historique, iconographique et archéologique, et de sondages géotechniques et architecturaux, placés sous la direction scientifique de Fabien Briand (Archeodunum). Ces travaux collaboratifs, impliquant les contributions d’Adrien Dubois, de Julien Noblet et de Jean Mesqui, ont éclairé la chronologie des vestiges architecturaux du xiiie au xixe s., tout en s’appuyant sur des datations dendrochronologiques d’Erhard Pressler.

3De façon complémentaire et toujours en lien avec les problématiques de restauration et de réhabilitation du site, le diagnostic archéologique visait, dans un second temps, à enrichir la connaissance du château par l’ouverture de 17 sondages mécaniques dans la cour du château. Cette intervention a intégré la poursuite de l’analyse d’une partie des élévations du mur de façade (mur-gouttereau sud) du vieux château.

4S’agissant de l’étude des éléments architecturaux, le vieux château est un haut et large édifice du début du xiiie s., dont les deux niveaux sont séparés en façade par une frise de trilobes et, à l’intérieur, par un plancher soutenu de piliers de bois. Cellier et/ou écurie (?), son rez-de-chaussée primitif était de plain-pied avec la cour. Accessible sur le côté oriental de la façade par une imposante porte, il était éclairé par trois fenêtres encadrées de contreforts saillants côté cour. La grande salle d’apparat à l’étage était desservie sur la même façade par une porte occidentale sculptée. Elle recevait la lumière par un minimum de trois fenêtres (extrados des archivoltes subsistant en de rares points de la façade). La base du parement et des contreforts de cette même façade était soulignée en continu d’une plinthe chanfreinée, surmontée d’une base moulurée. La fin du xve s. priva le rez-de-chaussée de l’usage de sa large porte d’entrée, cette dernière étant alors affectée à l’accessibilité d’une nouvelle tour-porte ou porterie nord dont les eaux de ruissellement étaient évacuées vers les fossés par une étroite canalisation maçonnée. Ces modifications offrirent à la grande salle un nouveau pignon occidental et une nouvelle charpente. Au xviie s., les fenêtres médiévales de cette pièce sont amplement étirées vers le haut et couronnées de plates-bandes. En rez-de-chaussée, l’époque moderne vit également la création de trois portes dans la façade, la surélévation répétée du niveau de sol intérieur ainsi que celui de la cour extérieure, nécessitant alors le rehaussement des seuils associés. Au cours du xixe s., un appartement de deux niveaux fut inséré dans les deux tiers du volume de la grande salle.

5Esseulée depuis la fin du xviiie s., la courtine A, délimitant la cour à l’ouest, soutenait auparavant les entraits et chevrons de la charpente d’un large bâtiment moderne dont le mur-gouttereau ressurgit sans doute au travers les vestiges de maçonneries dégagés dans deux sondages (S12, S14).

6Avant de disparaître au début du xvis. derrière les élévations de la Maison neuve, la courtine B était vraisemblablement longée d’un bâtiment médiéval moins large (découverte d’une fondation parallèle à la muraille dans le sondage S12).

7À l’angle de la Maison neuve et du Vieux Château, le sondage S10 a révélé des maçonneries médiévales et modernes difficilement identifiables en l’état.

8À l’est de la courtine C (contre laquelle s’appuie le vieux château), les ruines de la courtine D émergèrent au fond du sondage S18. Un large édifice fut érigé à l’époque moderne contre ce pan de muraille et le long de la voie pavée reliant la porte fortifiée nord à la cour du château. La confrontation des sources écrites, du plan de 1775 et de la découverte d’un pavement de larges carreaux en terre cuite donne matière à supposer qu’il puisse s’agir du « jeu de paulme », cité vers 1600, en 1637 et 1648. Le même plan représente plus au sud un petit édifice dont l’arase du mur-pignon SO a peut-être été mis au jour (sondage S21).

9Concernant la perception des reliefs formant l’assise castrale, les sondages ont montré que le château primitif s’apparente à une enceinte de terre amplement évasée, taillée à la surface des limons de plateaux. Le large talus de l’enceinte, sur lequel ont été construits la muraille et les édifices qui y sont adossés, est composé des déblais argileux issus du creusement des fossés périphériques. Au fond de la cour médiévale se développa un épais niveau fangeux qui disparut sous l’accumulation répétée de phases de remblaiement médiévales et modernes. Comme le laissent aussi entendre les archives, la cour du château fut modelée en terrasses avant d’être progressivement remblayée, nivelée ou taillée en pente douce pour permettre l’accès de plain-pied à tous ces édifices.

10Par ailleurs, le mobilier médiéval et moderne, abondant et varié, documente la vie quotidienne : le vaisselier (céramique, verrerie, pièces rivetées), la cuisine (mortiers culinaires, affûtoirs), l’alimentation (os animaux, malacofaune et œufs), les jeux (dé), la couture (dé à coudre, scellé d’étoffe). Il illustre également les tenues vestimentaires (éperon, boucle de chaussure, épingle de coiffe, etc.), l’équipement militaire (boulet de canon et projectiles en plombs) mais aussi la gestion et la valorisation des déchets (os donnés aux chiens ou aux porcs, remplois, etc.).

11Enfin, il importe de souligner la remarquable fossilisation des dépôts sédimentaires médiévaux, scellés par les épais remblais modernes et contemporains. Elle s’avère d’autant plus précieuse que certaines strates (sondages S8, S11, S22) ont d’ores et déjà révélé la richesse de leurs nombreux artefacts et écofacts, principalement de la céramique et des ossements animaux, qui sont dans un excellent état de conservation.

Le Neubourg, le vieux Château, plan général des maçonneries et empierrements anciens, des anomalies géophysiques, et propositions de restitution de certaines constructions disparues.

Le Neubourg, le vieux Château, plan général des maçonneries et empierrements anciens, des anomalies géophysiques, et propositions de restitution de certaines constructions disparues.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Neubourg, le vieux Château, plan général des maçonneries et empierrements anciens, des anomalies géophysiques, et propositions de restitution de certaines constructions disparues.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/40688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Deshayes, « Le Neubourg (Eure). Le vieux Château »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 256-257.

Référence électronique

Gilles Deshayes, « Le Neubourg (Eure). Le vieux Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40688 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40688

Haut de page

Auteur

Gilles Deshayes

Mission archéologique départementale de l’Eure

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Deshayes

Mission archéologique départementale de l’Eure

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search