Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...III. – Constructions et habitats ...III. 1 – Opérations de terrainPenne (Tarn). Château de Penne

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1 – Opérations de terrain

Penne (Tarn). Château de Penne

Responsable d’opération : Florence Guillot
p. 259-260

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : SCI La Forteresse

Texte intégral

1Le château de Penne est un ouvrage fortifié dominant la vallée de l’Aveyron au contact de l’Albigeois, du Quercy et du Rouergue. Il est documenté dans les chartes à compter du début du xie s., mais des opérations archéologiques de suivi de travaux ont mis au jour des niveaux de sols comportant des artefacts de l’époque carolingienne et le site livre quelques éléments mobiliers antiques. Les études en archives et les analyses architecturales des bâtis subsistants indiquent une phase résidentielle aristocratique, dans un contexte coseigneurial – lié aux Trencavel puis aux Raimondins – jusqu’au milieu du xiiie s. Puis la fortification est reprise en direct par Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse. Après la fusion du comté de Toulouse et du royaume de France, la fortification de caserne, désormais réduit fortifié de style capétien, aurait été utilisée jusqu’au xviie s. Une capela est mentionnée sur le site à la fin du xive s.

2Entouré de falaises abruptes, le site castral comporte une plateforme allongée à l’extrémité de l’éperon. Cette plateforme est délimitée par une enceinte de « style capétien », flanquée d’au moins une tour et d’une pseudo-tour. Au centre, les constructions récemment dégagées matérialisent deux espaces quadrangulaires rassemblés par un large et monumental escalier. Les études architecturales et les sondages préalables (Christian Corvisier et société Hadès) avaient proposé l’identification de deux espaces aux fonctions ecclésiales. Dans chacun d’entre eux, des sondages ont été menés en 2016 et 2017 par Thomas Charpentier, puis par Florence Guillot en 2019. L’objectif de l’opération 2020 était de poursuivre et de terminer la fouille de toute cette zone.

3Sans surprise, les remaniements dans ce secteur sont nombreux et complexes. Cependant, la fouille a bien mis en évidence les dernières phases d’aménagement et de construction pour la période d’influence capétienne, mais aussi l’existence de structures plus anciennes, remontant au moins à la fin du xe s. ou au début du xie s. La connaissance des étapes chronologiques qui s’intercalent entre ces deux grandes périodes devra être précisée par des datations radiocarbones. La succession très rapide de remaniements et de constructions observée entre le milieu du xiiie s. et le début du xive s. justifie l’usage de datations complémentaires.

4Depuis au moins la fin du xe s., une église est au cœur du secteur et constitue l’élément structurant du sommet de l’éperon, jusqu’à sa destruction au tournant des xviiie et xixe s. Qu’une église soit érigée en sommet d’une fortification du xe ou du début du xie s. n’est pas singulier : on en connaît de nombreux exemples, notamment dans des sites castraux méridionaux, publics ou parapublics, de rang comtal ou vicomtal. Si l’on en juge par son abside-enceinte en hémicycle et de petite taille, cet édifice pourrait n’avoir été d’abord qu’un petit bâtiment, tout en occupant déjà la très grande majorité de l’extrémité de l’éperon castral. L’abside de l’église, surplombant le vide à la proue de l’éperon, était précédée d’un bâtiment rectangulaire de 4 m de large et d’au moins 5 m de long (dans l’œuvre). L’étude du mobilier anciennement exhumé révèle des vitrages en pierre spéculaire, ainsi qu’un fragment de vase reliquaire de la fin du xe ou du courant du xie s. en verre bleu au natron. Cette église était dédiée à sainte Marguerite, vocable relativement rare en France méridionale. La construction reçoit ensuite un chevet plat de style roman, dont la construction l’emporte sur le vide par le biais d’une voûte audacieuse. Monnaie, fragments de vitraux, aspect des parements et ouverture suggèrent une datation du xiie s. Un mur d’enceinte, à pans coupés et suivant le bord de la falaise, ceinturait de très près l’édifice cultuel. Un accès, creusé sous le relief le plus haut du sommet est aménagé (ou réaménagé) après le début du xiie s.

5C’est au xiiie s. que le secteur connaît le plus de modifications, des constructions d’ampleur se succédant très rapidement. Elles aboutissent à une réorganisation totale tout en intégrant quelques murs antérieurs. Une église gothique est reconstruite. Elle conserve l’ancien chevet plat auquel s’adosse un bâtiment quadrangulaire de près de 6 m de large sur 5 m de long. Son entrée est pourvue d’un emmarchement-perron monumental. Cette nouvelle église pourrait dater du milieu du xiiie s. et s’expliquer par la reprise en main de la forteresse par Alphonse de Poitiers. D’abord isolé à la pointe de l’éperon durant un temps probablement assez court, l’édifice est ensuite enfermé au sein d’un réduit fortifié. Cet enserrement défensif, entre la fin du xiiie et le début du xive s., pourrait être une conséquence de l’intégration de la fortification au domaine royal français. Le premier organe de flanquement est probablement une pseudo-tour avant tout symbolique, faite pour être visible et nullement nécessaire à la défense. Vient ensuite une autre tour semi-circulaire, puis, ou en même temps, une réfection globale du mur d’enceinte, qui autorise des circulations pratiques et fonctionnelles autour comme à travers l’église et son parvis. Ces défenses sont dotées d’ouvertures de tir, peu fonctionnelles mais marqueurs culturels du style français. Peu de temps après, peut-être simultanément à la réfection du mur d’enceinte, soit à la fin du xiiis. ou plutôt au cours de la première moitié du xive s., on améliore les abords du lieu de culte en réorganisant le parvis au pied de l’église et en le complétant de constructions et l’on installe de nouveaux vitraux d’exception, en tous points comparables à ceux du palais des papes à Avignon.

6Par la suite, le site connaît des dégradations liées aux récupérations et aux destructions, surtout au xve s. et certainement favorisées par les conflits de la fin du Moyen Âge. La fréquentation du site semble moins affirmée dès le xvie s. et l’on assiste à une absence de réaménagements. Les sols du parvis et le pied des murs disparaissent sous des remblais. La fréquentation des lieux est malgré tout avérée au moins jusqu’au début du xviiie s. et connaît quelques activités douteuses, telle la production de fausses monnaies au xviie s., probablement dans une ancienne citerne annexe au secteur étudié et dont on a percé le flanc.

7Enfin, à la fin du xviiie ou au début du xixe s., dans un mouvement de colère violente spécifiquement dirigée contre le lieu de culte, l’église est entièrement détruite jusqu’à son autel, qui est arraché du mur dans lequel il était scellé.

Penne, sommet du château, site de la fouille.

Penne, sommet du château, site de la fouille.

Cl. F. Guillot

Haut de page

Table des illustrations

Titre Penne, sommet du château, site de la fouille.
Crédits Cl. F. Guillot
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/40723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 981k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Guillot, « Penne (Tarn). Château de Penne »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 259-260.

Référence électronique

Florence Guillot, « Penne (Tarn). Château de Penne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40723

Haut de page

Auteur

Florence Guillot

Associée Traces-Terrae UMR 5608

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florence Guillot

Associée Traces-Terrae UMR 5608

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search