Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...III. – Constructions et habitats ...III. 1 – Opérations de terrainLa Rochelle (Charente-Maritime). ...

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1 – Opérations de terrain

La Rochelle (Charente-Maritime). Quais Duperré, Durand, Maubec

Responsables d'opération : Annie Bolle et Jean-Paul Nibodeau
p. 263-264

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap

Texte intégral

1Après un diagnostic effectué en 2018 (conseil départemental de Charente-Maritime), des suivis de travaux ont été réalisés de décembre 2019 à février 2020, puis en septembre-octobre 2020.

2Ces interventions ont permis d’étudier des niveaux de voiries, des aménagements de quais, des structures de pont et des éléments de fortification, parmi lesquels deux portes, ainsi que d’anciens réseaux d’évacuation (eaux usées et/ou pluviales ?).

3Sur le quai Duperré, plusieurs sections de maçonnerie appartiennent à des bordures de quais ou de cales ; des emmarchements y sont aménagés. De nombreux dalots traversent ces maçonneries et paraissent en relation avec les immeubles qui bordent le port. Chaque conduit est situé dans le prolongement d’une limite parcellaire. Ils sont généralement constitués de deux murets parallèles et couverts de dalles en calcaire. Leur fond n’est pas connu en raison de la profondeur insuffisante des tranchées.

4Au débouché de la rue du Port, les vestiges de la porte de la Poissonnerie ont été reconnus : elle était encadrée par deux tours semi-circulaires d’environ 4,50 m de diamètre encadrant un passage d’environ 5 m de largeur. Leur parement est en pierre de taille. Le passage était fermé par au moins une herse comme l’indique une rainure verticale sur le piédroit occidental. Au cours de son existence, cette ouverture est fermée, peut-être partiellement, par deux murs parallèles, larges de 1,40 m et de 1,80 m.

5La porte, qui s’inscrit dans l’enceinte primitive de la ville, pourrait remonter au xiiie s. Le couloir d’accès, trop large pour une simple porte charretière, implique-t-il l’existence d’une porte piétonne ? Le diamètre des tours et la largeur du passage sont comparables aux dimensions de la porte de la Grosse Horloge qui, dans sa forme primitive, aurait comporté une porte charretière et une porte piétonne.

6Entre la rue de la Ferté et le quai Maubec, l’installation d’un important réseau pluvial, descendant à plus de 3 m de profondeur, a permis de reconnaître plusieurs structures liées à la porte Maubec. Cet ouvrage était également encadré par deux tours semi-circulaires, l’une à l’ouest et l’autre à l’est. La tour occidentale, en partie conservée, a été rhabillée au xixe s. lors de la construction de la sacristie de l’église Saint-Sauveur qui la jouxte. La tour orientale, dont l’élévation a été dégagée sur près de 2 m de hauteur, possède un parement en pierres calcaires, soigneusement appareillé et monté avec un mortier rouge à base de tuileau. Le blocage est constitué d’un mortier de chaux très dur sur une épaisseur de 1,80 m. À l’arrière, côté ville, le massif quadrangulaire de la porte a été réalisé à l’aide d’un mortier moins riche en chaux. Les tours, d’un diamètre d’environ 4 m, encadrent un passage dont la largeur n’excède pas 2,80 m.

7En avant de la porte s’élevait le pont Maubec dont la date de construction n’est pas connue. L’une de ses piles en a été observée à 3,60 m de profondeur sous la forme d’un massif composé de grands blocs de pierre de taille, assemblés à joints vifs. Le pied de la tour est masqué par une succession de murs, également en grands blocs de pierre de taille et dont le plus récent forme un angle d’environ 45 o avec le chenal Maubec. Il s’agit là, vraisemblablement, de la partie amont de la culée du pont.

8Des opérations de fouilles, en cours ou à venir, compléteront les données recueillies. Elles devraient permettre de mieux comprendre l’évolution des rives du havre et du chenal Maubec. L’organisation des fortifications, des quais et d’une partie de l’habitat reste encore mal connue du fait des profondes modifications des quais à partir du xviiie et au xixe s.

La Rochelle, quai Duperré, Durand, Maubec, porte de la Poissonnerie, tour occidentale avec la feuillure du passage de herse.

La Rochelle, quai Duperré, Durand, Maubec, porte de la Poissonnerie, tour occidentale avec la feuillure du passage de herse.

Cl. A. Bolle, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Rochelle, quai Duperré, Durand, Maubec, porte de la Poissonnerie, tour occidentale avec la feuillure du passage de herse.
Crédits Cl. A. Bolle, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/40758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Bolle et Jean-Paul Nibodeau, « La Rochelle (Charente-Maritime). Quais Duperré, Durand, Maubec »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 263-264.

Référence électronique

Annie Bolle, Jean-Paul Nibodeau, « La Rochelle (Charente-Maritime). Quais Duperré, Durand, Maubec » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40758

Haut de page

Auteurs

Annie Bolle

Inrap

Articles du même auteur

Jean-Paul Nibodeau

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Annie Bolle

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jean-Paul Nibodeau

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search