Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...III. – Constructions et habitats ...III. 1 – Opérations de terrainTermes (Aude). Le château

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1 – Opérations de terrain

Termes (Aude). Le château

Responsable d’opération : Nicolas Guinaudeau
p. 269-270

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : SARL Acter

Texte intégral

1L’opération préventive menée au château durant l’été 2020 a été réalisée dans le cadre de l’aménagement du site souhaité par la municipalité. Cette intervention avait pour objectif le dégagement et l’étude des vestiges d’un four repéré en 2013 contre le mur oriental du donjon, qui occupe une place centrale dans la forteresse. Une couche de démolition moderne devait également être retirée dans la partie NE de la plateforme sommitale, tandis que le prolongement sud d’un mur devait être recherché dans sa partie NO. Enfin, le levé photogrammétrique des parements du donjon a pu être entrepris. L’intervention se place dans la continuité des opérations archéologiques réalisées sur le site depuis le début des années 1990 et des travaux d’aménagement effectués par la société Acter depuis 2005.

2Le four repéré à l’est du donjon adopte un plan quadrangulaire (3,98 m x 3,28 m). Il se compose d’un massif de 1,17 m de haut, fait de pierres calcaires et sur lequel est aménagée une sole de 2,55 m de diamètre, constituée de briques liées à l’argile. La ceinture de la voûte est montée à l’aide de fragments de tuile canal, de pierres calcaires et de blocs de tuf maintenus par un liant argileux. L’entrée de la chambre de cuisson est marquée par la présence d’une meule en remploi dans la partie sud de la sole. L’étude des vestiges et les dimensions de la structure indiquent une structure de cuisson à usage domestique de type « four à pain ». Une datation radiocarbone, réalisée à partir d’une concentration charbonneuse identifiée au-dessus de la sole, place la dernière utilisation du four entre le milieu du xve et le premier tiers du xviie s.

3Plusieurs niveaux de circulation ont été mis en évidence sous les couches de démolition du donjon et du four. Les données chronologiques recueillies attribuent ces niveaux à la période moderne (xvie-xviie s.). Un niveau de vidange charbonneux et cendreux, associé à l’utilisation du four, a également été repéré dans la partie SO de l’emprise. Au regard des résultats de la datation radiocarbone effectuée sur un charbon issu de ce niveau (dernier quart xve-milieu xviie s.) et des informations stratigraphiques recueillies, le four étudié a été bâti dans le courant du xvie s. ; sa dernière utilisation a pu intervenir au début du xviie s. Un remblai et une calade du bas Moyen Âge, repérés sous le massif du four, confortent la chronologie proposée.

4La découverte d’un mur antérieur au four est également à signaler. Attribué à la période royale (seconde moitié xiiie-xve s.), il marquait une séparation entre deux pièces. La fonction de la pièce occidentale dotée d’une calade n’a pu être déterminée lors de la fouille. Il pourrait s’agir d’un espace couvert au regard de l’enduit et des négatifs de poutre visibles sur le parement extérieur du mur est du donjon. La pièce orientale, marquée par une succession de niveaux de circulation, correspond à un couloir fréquemment emprunté. Cet espace permettait en effet d’accéder à l’étage de deux salles localisées au nord et à l’est.

5Le dégagement du niveau de démolition du donjon dans la partie NE de la plateforme sommitale a permis l’étude des niveaux sous-jacents conservés. Les couches rencontrées sont interprétées comme un niveau de circulation et des remblais modernes (xvie-xviie s.) mis en évidence lors des opérations de 2012 et 2014. L’arase d’une maçonnerie, faite de pierres calcaires liées par un mortier de chaux blanc, constitue le vestige le plus ancien observé dans ce secteur. Si sa mise en œuvre et la nature des matériaux utilisés suggèrent une construction durant la période médiévale, la stratigraphie associée ne permet pas, pour l’instant, de s’en assurer.

6Plus à l’ouest, un sondage a été ouvert afin de retrouver le prolongement sud d’un mur construit entre la citerne et le bâtiment dénommé « la chapelle ». La maçonnerie parementée recherchée est constituée de pierres calcaires, de rares fragments de tuile canal, et de mortier de chaux blanc très dur. Dans son prolongement sud, un bâti distinct, dans lequel la terre sert de liant, a été localisé. Sa présence fonctionne avec l’installation, contre le rocher taillé, d’un escalier doté de trois marches en moellons calcaires scellés avec de la terre. Un niveau de circulation, daté du xvie s. et recouvrant la marche inférieure, est associé à ce dispositif d’accès. Au regard des données recueillies, l’escalier résulte vraisemblablement d’un réaménagement tardif, destiné à assurer la communication entre la plateforme sommitale et l’espace situé au nord de la chapelle. Ses marches surmontent un remblai ainsi que l’arase d’une maçonnerie antérieure à la fin du xiiie s. Cette dernière correspond au prolongement nord d’un mur découvert en 2014, sous le mur est de la chapelle élevée durant la période royale.

7Les vestiges bâtis étudiés en 2020 renvoient aux différentes phases d’occupation du site, comprises entre le xe et le milieu du xviie s. Les niveaux archéologiques rencontrés dans la forteresse sont toutefois majoritairement attribués à la période moderne. L’identification de structures datées entre le xive et le xvie s. (murs dans la partie nord de la plateforme sommitale, escalier au NO et four à l’est) démontre l’existence d’aménagements tardifs, destinés à modifier certains espaces de circulation, mais également à compléter les installations nécessaires à la vie quotidienne dans la forteresse royale à la fin du bas Moyen Âge et au début de la période moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Guinaudeau, « Termes (Aude). Le château »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 269-270.

Référence électronique

Nicolas Guinaudeau, « Termes (Aude). Le château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40878 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40878

Haut de page

Auteur

Nicolas Guinaudeau

, SARL Acter

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Guinaudeau

, SARL Acter

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search