Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...III. – Constructions et habitats ...III. 1 – Opérations de terrainVillers-Cotterêts (Aisne). Château

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1 – Opérations de terrain

Villers-Cotterêts (Aisne). Château

Responsable d’opération : Thierry Galmiche
p. 270-271

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Inrap en association avec le service archéologique départemental de l’Aisne

Texte intégral

1Suite au diagnostic de 2019, une fouille préventive a été prescrite dans le secteur du logis royal. Cette opération, découpée en cinq tranches, a été confiée à l’Inrap en association avec le département de l’Aisne. Les deux premières tranches ont permis la fouille en aire ouverte des abords du logis royal et de la cour intérieure, dite cour du Jeu de Paume. Ce travail a été conduit entre mai et août 2020.

2Le plan du château médiéval, établi suite au diagnostic, a été précisé. L’élément le plus ancien est une tour rectangulaire à contreforts d’angle plats. Ses fondations, peu profondes, ont été aménagées en ressauts successifs. D’une longueur de 5,90 m d’est en ouest, cette tour mesure 5,10 m de large. L’épaisseur de ses murs à l’arase s’établit autour de 1,20 m. Cet élément est intégré à la courtine nord d’un ensemble dont il est permis de proposer la disposition. Son plan s’inscrit dans un rectangle cantonné de tours circulaires. Les tours NE et NO, d’un diamètre à la base de 5,80 m et 6 m, ont été entièrement dégagées lors de la fouille. Ces tours à ressauts successifs ont été bâties en moyen appareil. La forme de la tour SE est supposée à partir d’éléments maçonnés conservés dans les sous-sols du château Renaissance. L’existence de la quatrième tour au SO demeure purement hypothétique, faute d’investigations dans cette zone. D’autres ouvrages sont identifiables. Une tour circulaire de faible diamètre (4,2 m), équipée d’une base en glacis, flanque ainsi le front oriental du château. Le flanc occidental est également doté d’une construction observée de façon très partielle, lors de la fouille. Des organes de soutènement rectangulaires rythment irrégulièrement les courtines. Il pourrait s’agir des bases de contreforts qui ont supporté des mâchicoulis sur arcades. La fouille de la fosse de latrines, identifiée lors du diagnostic à l’est de la tour rectangulaire à contreforts et contre la courtine, a permis d’en documenter la mise en œuvre en pierres de taille, tant pour les murs que pour la voûte en berceau et le fond. L’étude en cours du mobilier archéologique, jeté en abondance dans cette fosse, donnera un aperçu des conditions de vie dans le château. La forteresse était protégée par un fossé de 13,60 m de large et 6,20 m de profondeur. Les premiers éléments de datation orientent vers une construction de l’ensemble au xive s.

3L’édifice construit par François Ier à partir de 1532 est en grande partie posé sur les arases du château médiéval. La tour quadrangulaire nord n’a pas été reprise dans le nouveau projet. Les appartements du roi, aménagés dans une aile en saillie vers l’ouest, sont aussi fondés sur le bâti préexistant. Neuf bases carrées de 1,20 m de côté pour les piliers de la galerie d’apparat accolée à la tour NO ont aussi été documentées lors de la fouille. La nouvelle cour royale, utilisée en jeu de paume, pourrait reprendre le plan de la cour médiévale. Cet espace rectangulaire possède des dimensions originelles de 37,4 m sur 18 m. Une galerie était adossée contre les murs nord, est et sud, le dernier mur étant aveugle. La fouille a confirmé la présence des galeries nord et est, la troisième, englobée dans l’aile méridionale vers 1768, se situant hors de l’emprise de la fouille. La galerie nord se distingue par ses trois états de maçonneries successifs. Deux niveaux de radiers associés à ces galeries ont été observés. Le premier est principalement composé de moellons de grès alors que le second, beaucoup moins homogène, est majoritairement réalisé en moellons calcaires complétés d’éclats de taille, de fragments de plaquage, de tuiles et de lapidaire en réemploi. Ce radier était recouvert d’un sable fin servant à niveler l’espace avant la pose des carreaux de terre cuite, essentiellement retrouvés dans le niveau d’abandon et de récupération sus-jacent. La question du tambour a également été posée. Si le léger décrochement dans le centre du mur évoque bien cet élément des jeux de courte paume, sa position du mauvais côté du terrain ouvre des perspectives quant à sa genèse et son évolution.

4Les importants travaux menés par Louis-Philippe d’Orléans entre 1761 et 1768 constituent un apport important des présentes investigations archéologiques. La morphologie et le fonctionnement des bains aménagés à l’arrière des anciens appartements du roi ont plus particulièrement été explicités. Des témoins matériels, mis au jour en quantité dans des fosses dépotoirs, nous renseignent sur la vie au quotidien dans le dépôt de mendicité, puis dans la maison de retraite qui occupèrent successivement ces lieux de 1804 à 2014. Enfin, l’étude de nombreuses canalisations en céramique entourées de mortier hydraulique rose permettra d’appréhender la question de l’adduction de l’eau dans le château au cours des siècles.

Villers-Cotterêts, château, vue des fouilles au pied de la façade nord du château.

Villers-Cotterêts, château, vue des fouilles au pied de la façade nord du château.

Cl. T. Galmiche

Haut de page

Table des illustrations

Titre Villers-Cotterêts, château, vue des fouilles au pied de la façade nord du château.
Crédits Cl. T. Galmiche
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/40888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Galmiche, « Villers-Cotterêts (Aisne). Château »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 270-271.

Référence électronique

Thierry Galmiche, « Villers-Cotterêts (Aisne). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40888 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40888

Haut de page

Auteur

Thierry Galmiche

Service archéologique départemental de l’Aisne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Galmiche

Service archéologique départemental de l’Aisne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search