Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...II. – Constructions et habitats e...II. 1 – Opérations de terrainAix-en-Provence (Bouches-du-Rhône...

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1 – Opérations de terrain

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Église de la Madeleine

Responsable d’opération : Claire Auburtin
Notice rédigée avec Sandrine Claude
p. 216

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Ville d’Aix-en-Provence – Direction archéologie et muséum

Texte intégral

1Localisée au NE de la place des Prêcheurs, l’ancienne église conventuelle des frères prêcheurs fait l’objet d’un programme de restauration depuis 2012. Dans ce cadre, en accompagnement du diagnostic patrimonial préalable aux travaux à venir, un diagnostic archéologique des sols de l’église a été réalisé en deux temps, en fin d’année 2019 et en fin d’année 2020. Neuf sondages ont été répartis entre la nef, le chœur et les abords de ce dernier afin de préciser le plan de l’église gothique et de reconnaître les aménagements de sols anciens.

2De l’église à nef unique du xive s. a été reconnu le mur gouttereau nord, là où il était attendu. En revanche, le plan a été corrigé au niveau de l’épaulement de l’abside dont la position doit être décalée d’1 m vers l’est. C’est donc une nef de 53,75 m de long et 12 m de large dans l’œuvre qu’il faut restituer à cette église correctement orientée et longue de près de 62 m. Seul le reliquat d’une chape de mortier destinée à recevoir un revêtement permet de restituer, à l’ouest, autour de la cote 194,25 m NGF soit 0,65 m sous le niveau actuel, le niveau d’occupation ancien de la nef. Contemporain de cette église reconstruite avant le milieu du xive s., le bâtiment claustral oriental s’est adapté à la topographie en terrasse du site reconnue plus au nord, dans le couvent, comme le montrent l’absence de tranchée de fondation de ses murs est et ouest, la mise en œuvre de leurs semelles de fondation et surtout l’apport de remblais sur au moins 0,75 m d’épaisseur pour rehausser son niveau d’occupation intérieur au-delà de la cote 194,35 m NGF. Le seul élément de sol ancien mis au jour dans ce bâtiment – un sol de terre damée affleurant à 194,70 m NGF – n’est pas daté.

3L’église évolue entre le milieu du xive s. et le xvie s. avec la création de chapelles latérales qui, au nord comme au sud, entraîne le percement des murs gouttereaux. À cette phase appartient le mur nord du transept moderne qui constituait, avant la restructuration de l’église par Jean et Laurent Vallon (1691-1703), le mur de fond de la septième chapelle latérale nord. Le diagnostic a surtout montré les disparités qui existaient entre les niveaux de sol de ces chapelles indépendantes les unes des autres. Dans la première chapelle latérale nord élevée pour les Matheron vers 1500, le dallage est présent à 194,84 m NGF soit 0,10 m sous le niveau actuel de la nef ; on le restitue autour de 194,90 m NGF, dans la chapelle opposée sud, dite du Roi, à peu près contemporaine. En revanche, c’est à près de 0,80 m sous la nef actuelle, à 194,16 m NGF, qu’a été retrouvé le dallage de la troisième chapelle latérale sud de l’église. Ainsi alignée sur le sol de la nef du xive s., cette chapelle pourrait être l’une des premières construites dans l’église des prêcheurs.

4Les travaux réalisés antérieurement au chantier de la fin du xviie s. ont contribué à la disparition des sols primitifs dans la galerie sud du cloître, où a été identifiée une occupation funéraire ancienne, et au rez-de-chaussée du bâtiment claustral oriental. À partir de 1691, les interventions des frères Vallon vont chercher à uniformiser les dispositions composites de l’église. L’allongement d’1 m vers l’ouest de l’abside doit être attribué à cette campagne. L’entrée en est marquée par les deux piliers composés de l’arc triomphal, dressés dans le prolongement des arcatures latérales de la nef dont les fondations se sont implantées sur les murs gouttereaux médiévaux dérasés. Le sous-sol de la nef semble avoir été alors largement investi par des caveaux funéraires dont les ouvertures permettent de restituer dans le vaisseau central un dallage de calcaire coquillier autour de la cote 194,90 m NGF. Ce revêtement est encore en place dans les espaces collatéraux (chapelle des Matheron, troisième travée nord, quatrième travée sud) au même niveau, et dans l’abside légèrement surélevée à la cote de 195,41 m NGF.

5Au xviiie s. sont créées de nouvelles communications, depuis l’église vers le cloître, ainsi que vers le bâtiment claustral oriental où les textes localisent la sacristie. Ici, il est possible que le sol mixte de galets et de bards affleurant à 195,16 m NGF ait accompagné l’ouverture d’un passage dans le mur nord de l’abside. Au moins un caveau est également aménagé dans le bras nord du transept durant cette période.

6À l’époque contemporaine, l’église est encore le cadre de profondes transformations qui ont notamment touché les sols. Ceux de l’abside sont rehaussés autour de sa cote actuelle (195,90 m NGF) à l’occasion de la réinstallation du maître-autel baroque en 1845. La nef et le transept reçoivent quant à eux leur dallage noir et blanc dans les années 1868-1875, tandis que l’abside est pavée de carreaux de granito noir et blanc entre 1950-1960.

Aix-en-Provence, église de la Madeleine, plan chronologique de l’église des prêcheurs.

Aix-en-Provence, église de la Madeleine, plan chronologique de l’église des prêcheurs.

S. Claude ; DAO M. Panneau, direction archéologie et muséum de la ville d’Aix-en-Provence

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aix-en-Provence, église de la Madeleine, plan chronologique de l’église des prêcheurs.
Crédits S. Claude ; DAO M. Panneau, direction archéologie et muséum de la ville d’Aix-en-Provence
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/40968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 897k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Auburtin et Sandrine Claude, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Église de la Madeleine »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 216.

Référence électronique

Claire Auburtin, Sandrine Claude, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Église de la Madeleine » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40968 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40968

Haut de page

Auteurs

Claire Auburtin

Ville d’Aix-en-Provence – Direction archéologie et muséum

Articles du même auteur

Sandrine Claude

Ville d’Aix-en-Provence – Direction archéologie et muséum

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Claire Auburtin

Ville d’Aix-en-Provence – Direction archéologie et muséum

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search