Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...II. – Constructions et habitats e...II. 1 – Opérations de terrainCarpentras (Vaucluse). La synagogue

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1 – Opérations de terrain

Carpentras (Vaucluse). La synagogue

Responsable d’opération : Guilhem Baro
p. 218-220

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Service d’archéologie du département de Vaucluse

Texte intégral

1L’opération de sondage porte essentiellement sur trois espaces situés au rez-de-chaussée de la synagogue. Cependant, pour une compréhension globale du monument, il convient d’effectuer une analyse architecturale de l’ensemble de l’édifice.

Époque médiévale

2Quelques éléments architecturaux de la synagogue sont à rattacher à l’époque médiévale. La pièce P, voûtée en berceau plein cintre, semble en faire partie. Cette pièce et le couloir M sont reliés par un arc surbaissé chanfreiné. Le grand arc-doubleau présent dans l’espace I (boulangerie à pain azyme) pourrait également dater du Moyen Âge. Enfin, dans l’espace O, une partie du mur nord présente un appareil en pierres de taille régulièrement disposées et soigneusement jointées. Cette portion de maçonnerie englobe le piédroit ouest de la porte percée dans le mur nord et le piédroit nord de la porte percée dans le mur ouest.

Époque moderne

3La pièce C semble avoir été aménagée vers la fin du xviie s. Elle est accessible par une porte percée et axée dans son mur ouest (reliant les espaces C et N), aux piédroits moulurés reposant sur une base légèrement saillante. Le niveau du seuil et donc du sol se situait à environ 0,4 m au-dessus du sol actuel de la pièce N et 0,7 m au-dessus du sol actuel de la pièce C.

4Une seconde porte, axée et percée dans le mur oriental et présentant des piédroits et un linteau en pierre de taille moulurés, permettait de relier la pièce à une cour située de plain-pied à l’est.

5Ces deux portes, par leurs caractéristiques et leur décor classique, semblent dater de la fin du xviie s.

6Trois pans coupés, en grand appareil, sont réalisés dans les angles de la pièce C. Seul l’angle NE présente un arrondi qui s’explique par la présence du pilier de la retombée de l’arc-doubleau appartenant à l’espace I. La présence de cet arc a contraint à la réalisation de l’arrondi et non d’un quatrième pan coupé. La jonction entre le mur oriental et l’arc-doubleau est réalisée par la création d’un second arc-doubleau venant buter contre le premier dans l’espace I.

7Dans l’espace N, le piédroit découvert dans le mur ouest pourrait correspondre à une porte d’entrée de la synagogue, située dans l’axe de la porte reliant les espaces N et C.

8Il est possible de constater un abaissement général du niveau de sol dans plusieurs pièces. Celui-ci est certainement en lien avec le procès que l’évêque de Carpentras intente contre la communauté juive car, lors de l’agrandissement des années 1740-1745, le nouveau bâtiment risque d’être trop élevé. Il est possible de penser que pour éviter ce problème, une grande partie du rez-de-chaussée se trouvant sous la salle de prière du premier étage, réservée aux hommes, a connu un abaissement général du niveau de sol.

9D’un point de vue architectural, cela se traduit par la mise en place d’un dallage dans l’espace C, à 0,7 m au-dessous du seuil de la porte ouvrant dans le mur ouest (vers l’espace N). Un ressaut de fondation est visible de chaque côté du mur ouest, dans les espaces C et N. Il témoigne de la mise à vue de la fondation du mur. Des marches sont créées pour relier l’espace C à la cour. La porte le reliant à l’espace N fait l’objet de transformations au niveau du linteau et du seuil qui sont abaissés. Les plafonds de ces espaces le sont également pour pouvoir aménager, au premier étage, une salle de prière pourvue d’une hauteur plus importante.

10Les parties au sud (espaces E et F) sont également abaissées, car elles sont accessibles au même niveau que l’espace C. Deux arcs surbaissés sont réalisés à cette époque, un pour relier l’espace C aux espaces sud E et F, et un second au nord, entre l’espace C et P.

11Il est donc possible de restituer une grande pièce centrale (espace C) accessible par deux portes identiques, percées dans les murs ouest et est, et par deux grands arcs surbaissés au nord et au sud.

12Le mur séparant les espaces O et K est reconstruit légèrement vers le sud et un arc surbaissé est aménagé dans la partie ouest, au moment de la construction.

13Le mur ouest de l’espace O est modifié. Le piédroit sud de la porte septentrionale est reconstruit avec un appareil de blocs de molasse à joints grossiers. Cet appareil se retrouve également au niveau de la porte sud percée dans le même mur et dans le pilier situé dans l’angle NO de l’espace K. L’emploi du même type d’appareil montre une certaine simultanéité dans la construction.

14La construction des deux portes dans le mur ouest de l’espace O a certainement motivé la création d’un arc de décharge situé au-dessus afin de répartir le poids de la maçonnerie fragilisée par ces deux ouvertures.

15La création de la porte sud semble être en lien avec l’aménagement d’une cave car elle en dessert directement l’escalier d’accès.

16L’espace K semble être aménagé à cette époque. Constitué en rez-de-chaussée de trois piliers porteurs, il pourrait être restitué en un espace ouvert bien que couvert, accessible par des passages aménagés entre les piliers.

Époque contemporaine

17À la fin du xviiie s., une cave est aménagée sous l’espace N. Les fouilles archéologiques menées en 1992 n’ont révélé pour cette époque qu’une seule occupation de cet espace, lequel servait alors de Genizah.

18Le plan cadastral « napoléonien » représente, en 1828, les limites de la synagogue. Du côté de l’actuelle place Maurice Charretier, elle n’occupe qu’une étroite partie correspondant à l’espace N dans lequel semble se trouver une entrée correspondant au piédroit découvert dans le mur ouest.

19Dans les années 1850, l’édifice fait l’objet de transformations. La salle de prière, au premier étage, est remaniée pour devenir celle que nous visitons aujourd’hui : création des boiseries de style néoclassique, réfection du sol et de la toiture, création de nouvelles tribunes et d’espaces réservés aux femmes.

20La salle de prière du rez-de-chaussée (espace C), jusque-là réservée aux femmes, perd son utilité. Ceci étant, il est décidé de créer un nouveau bain chauffé dans sa partie sud ainsi qu’un réservoir.

21Dans les années 1890, le ghetto juif, devenu trop insalubre est en partie détruit et une place est créée devant la synagogue et autour de la mairie.

22Le vestibule, avec sa façade située sur la place, est construit quelques années plus tard, de même que l’escalier monumental. Il est réalisé pour servir de nouvelle entrée à la salle de prière du premier étage. Un couloir est aménagé en utilisant une cloison avec éléments raidisseurs en bois et pierres posées de chant, observable au premier étage de l’espace O.

23Une fois le vestibule construit, des percements sont réalisés, au rez-de-chaussée, pour le relier à l’espace C et aux espaces J et P.

24Les futurs travaux de réhabilitation intérieurs permettront, probablement, d’apporter de plus amples informations sur la chronologie des bâtiments et notamment sur l’évolution des circulations intérieures.

Carpentras, la synagogue, essai de phasage chronologique des élévations du rez-de-chaussée de la synagogue de Carpentras.

Carpentras, la synagogue, essai de phasage chronologique des élévations du rez-de-chaussée de la synagogue de Carpentras.

Relevé H. Hansen ; DAO G. Baro

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carpentras, la synagogue, essai de phasage chronologique des élévations du rez-de-chaussée de la synagogue de Carpentras.
Crédits Relevé H. Hansen ; DAO G. Baro
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/40993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Baro, « Carpentras (Vaucluse). La synagogue »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 218-220.

Référence électronique

Guilhem Baro, « Carpentras (Vaucluse). La synagogue » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40993

Haut de page

Auteur

Guilhem Baro

Service d’archéologie du département de Vaucluse.

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guilhem Baro

Service d’archéologie du département de Vaucluse.

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search