Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...II. – Constructions et habitats e...II. 1 – Opérations de terrainChambéry (Savoie). Musée savoisien

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1 – Opérations de terrain

Chambéry (Savoie). Musée savoisien

Responsable d’opération : Quentin Rochet
p. 220-221

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Archeodunum

Texte intégral

1Le musée savoisien, musée départemental d’histoire et des cultures de la Savoie à Chambéry, est installé dans l’ancien couvent des cordeliers – un ensemble classé aux monuments historiques –, accolé à la cathédrale Saint-François-de-Sales. Il fait l’objet d’un ambitieux projet de rénovation porté par le département de la Savoie. Dans le cadre de ce chantier, le service régional de l’archéologie a prescrit une opération d’archéologie préventive concernant une partie du bâti et le sous-sol de plusieurs bâtiments, principalement dans les ailes nord et est. Cette opération a été menée pendant plusieurs mois en deux grandes phases, de 2018 à 2020. Au moment de l’écriture de la présente notice, l’étude est encore en cours.

2Le couvent de Chambéry est construit à l’extérieur de la ville à une date difficile à préciser dans la première moitié du xiiie s., avant d’être rattrapé par le développement urbain. La première église conventuelle est remplacée au xve siècle par un édifice plus imposant, l’actuelle cathédrale Saint-François de Sales. Dans la seconde moitié du xviie s., d’importants travaux modifient les bâtiments conventuels. Dans leur configuration actuelle, trois ailes entourent un grand cloître au nord de l’église. Le bâtiment devient palais épiscopal à la fin du xviiie s. jusqu’en 1905, avant d’accueillir le musée savoisien de 1913 à nos jours.

3Dans l’aile orientale, le niveau de sol de la salle capitulaire du xiiie s. a pu être reconnu sous un important remblai d’argile. Ce remblai a été apporté dès la seconde moitié du siècle pour compenser un problème d’humidité récurent à Chambéry. Il accueille des sépultures entre la fin du xiiie s. et le début de l’époque moderne, dans le remblai lui-même et dans trois caveaux voûtés. Une partie des sépultures impactées par l’aménagement a été fouillée et permet de décrire une population mixte (âge/sexe), à l’exception d’un secteur réduit n’accueillant que des enfants ou adolescents, un peu plus au nord de l’aile. La répartition des sépultures fait ressortir, en négatif, la présence de banquettes le long des murs de la salle capitulaire.

4À la jonction des ailes nord et est, plusieurs aménagements des cuisines de la période moderne ont été mis au jour : cheminée, base de potager, etc. Plus à l’ouest, une grande pièce de plus de 20 m de long servait de réfectoire au Moyen Âge et accueillait également les assemblées de la ville. Son état médiéval est caractérisé par un sol en mortier de tuileau bordé par des estrades disparues, peut-être des stalles. Il est par la suite doté d’une série de piles pour soutenir son plafond. La reconstruction du cloître au xviie s. réduisit d’un tiers la largeur de la pièce. D’autres espaces intérieurs ont été fouillés et ont livré des vestiges des aménagements médiévaux ou modernes du couvent. Malgré un fenêtrage important, l’étude d’archéologie du bâti apporte des réponses sur l’évolution des bâtiments, notamment dans l’aile occidentale non concernée par la fouille. Plusieurs baies et aménagements médiévaux ont notamment été identifiés dans les élévations.

5Enfin, la construction d’une nouvelle aile du couvent au xvie ou xviie s. a détruit un bâtiment indépendant dont les fondations ont pu être reconnues en fouille. L’angle de ce bâtiment présentait une fosse de latrines maçonnée scellée par la démolition. Le vaisselier mis au jour dans cette fosse est peu abondant, mais diversifié : cruche en céramique, verres de table, assiette en métal et écuelles en bois tourné. Il est associé à des restes de repas (restes de faune, graines). La fosse contenait également des carreaux provenant d’un poêle de la fin du Moyen Âge. Ces carreaux développent un programme iconographique riche : casques à l’héraldique imaginaire, personnages jouant de la musique, animal mythique et frise architecturale. Cet ensemble mobilier, dont l’étude est encore en cours, pourra à terme intégrer les collections du musée dans le sous-sol duquel ils ont été mis au jour.

Chambéry, musée savoisien, plan général des vestiges.

Chambéry, musée savoisien, plan général des vestiges.

DAO Q. Rochet

Haut de page

Table des illustrations

Titre Chambéry, musée savoisien, plan général des vestiges.
Crédits DAO Q. Rochet
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/40998/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Quentin Rochet, « Chambéry (Savoie). Musée savoisien »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 220-221.

Référence électronique

Quentin Rochet, « Chambéry (Savoie). Musée savoisien » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/40998 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.40998

Haut de page

Auteur

Quentin Rochet

Archeodunum

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Quentin Rochet

Archeodunum

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search