Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...II. – Constructions et habitats e...II. 2 – ProspectionsEstagel (Pyrénées-Orientales). An...

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 2 – Prospections

Estagel (Pyrénées-Orientales). Ancien prieuré, vestiges de l’église romane

Responsable d’opération : Andreas Hartmann-Virnich
p. 234-235

Notes de la rédaction

Année de l’opération : 2016

Texte intégral

1Conduit depuis janvier 2020 par une équipe du Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée (LA3M UMR 7298 Aix-Marseille Université/CNRS) sous la direction de l’auteur, le projet de recherche sur les vestiges de la chapelle romane Sainte-Cécile d’Estagel, ancien prieuré de l’abbaye de Saint-Gilles situé à neuf kilomètres au nord-ouest de cette dernière, fait suite à une demande expresse du service régional d’archéologie Occitanie qui avait constaté la nécessité urgente de conduire une étude archéologique, architecturale et historique sur le site méconnu, pour mettre en perspective la préparation d’un dossier de protection patrimoniale. La grande qualité des vestiges monumentaux et – circonstance exceptionnelle –, le fait que le portail principal sculpté de l’église romane ait été démonté puis racheté par le Musée du Louvre en 1932 pour y être exposé dans une salle éponyme, la « Salle d’Estagel  », perpétuent le souvenir du site d’origine, motivent et justifient la mise en place du programme de relevé et d’étude avec le soutien institutionnel et financier de la Drac Occitanie, actuellement prolongé jusqu’au 31 octobre 2021 pour compenser les effets des restrictions de déplacement et de travail sur le terrain imposées au cours de la pandémie de la covid-19.

2En amont et en parallèle au relevé et à l’étude du monument, une enquête bibliographique et une amorce de recherche d’archives, notamment le récolement de celles de l’acquisition, du transport, du remontage et de la restauration du portail a été entreprise dans le cadre d’un mémoire de Master associé au projet (Dorian Besson, Master d’archéologie, sciences pour l’archéologie). L’étude de l’édifice s’inscrit en outre dans le périmètre et sillage des recherches archéologiques sur l’abbaye-mère, le monastère de Saint-Gilles, conduites depuis 2009. Elle revêt de ce fait une importance toute particulière pour l’histoire de cette dernière dans la mesure où son décor sculpté est identique à celui des fragments de sculpture monumentale du début du xiie s. remployé dans les fondations de l’église abbatiale tardo-romane avec d’autres matériaux attribués à la destruction d’une église antérieure : de ce fait, la prieurale d’Estagel, rattachée au siège abbatial de Saint-Gilles, faisait probablement écho à l’architecture de l’église-mère fondée en 1116 et dont la forme reste hypothétique. La consécration de Sainte-Cécile en 1118 à l’occasion du passage du pape Gelase II constitue un terminus ad quem pour la datation d’une église dont la mise en chantier était sans doute encore récente. Un texte du xiiie s. situe le prieuré sur le chemin de Saint-Gilles à Nîmes, par ailleurs chef-lieu du diocèse, et l’existence d’une uilla, mentionnée en 1119, suggère la présence d’un habitat à proximité, deux faits qui pourraient expliquer la position latérale et la mise en valeur du portail principal de l’église, aujourd’hui exposé au Musée du Louvre. Le déclin du prieuré, transformé en mas agricole dès le xive siècle, s’accompagne de destructions, notamment par les camisards (1703), et la vente des biens nationaux en 1791 scelle définitivement le destin monumental de la chapelle romane.

3Dans le cadre du programme, lourdement impacté par la pandémie qui a entravé la réalisation des missions sur le terrain pendant plusieurs mois, un relevé photogrammétrique (D. Nouzéran) et une première étude du portail remonté au Louvre (A. Hartmann-Virnich, D. Besson) ont été réalisés en amont de la mise en œuvre future d’un relevé manuel à haute définition, reprogrammé pour le dernier trimestre de l’année 2021 (H. Hansen). Le relevé tachéométrique (H. Hansen) et photogrammétrique (D. Nouzéran) des vestiges de la nef de l’église, amputée de son chevet, de sa voûte en berceau, du cordon d’imposte et des chapiteaux des deux demi-colonnes soutenant le doubleau médian de ses deux travées, a donné lieu à la création d’une documentation graphique pierre à pierre sous forme de coupes et d’élévations (D. Besson). Celles-ci restituent la relation spatiale entre les parties aujourd’hui dissociées par un voûtement d’époque contemporaine qui scinde le volume intérieur en deux niveaux, et par les constructions adventices qui englobent les façades ouest et nord de l’édifice dans leur totalité. Il a notamment permis de réintégrer virtuellement le portail méridional démonté à son emplacement d’origine et de révéler un écart entre ses proportions actuelles et celles restituées, une différence due manifestement à la suppression d’une assise d’embrasure.

4L’ordonnance d’origine de la chapelle peut être restituée comme suit : large de 6,73 m à son extrémité orientale et de 7,17 m à hauteur du mur occidental au niveau d’imposte de ses arcades aveugles latérales, la nef unique de l’édifice ne possédait que deux travées, longues de 5,95 m et de de 5,92 m d’axe en axe, séparées par des demi-colonnes engagées dont les dosserets simples soutiennent toujours des arcades aveugles en plein cintre à extrados légèrement paraboloïdal. Au-dessus de celles-ci, une corniche chanfreinée, dont des restes seraient conservés au-dessus du faux plafond actuel, servait d’appui à une voûte en berceau sous-tendue par des doubleaux à l’ouest, au centre et à l’est où un double ressaut marquait l’ouverture du chevet composé, selon la typologie des édifices parents de la proche région, d’une courte travée droite et d’une abside voûtée en cul-de-four. À l’extérieur, des contreforts en faible saillie, trop faibles au demeurant pour contrecarrer un léger écartement des murs gouttereaux par la poussée de la voûte, étaient complétés par un massif d’angle au SO qui accueille un escalier en vis à l’étage. Celui-ci n’était toutefois accessible que par une porte haute sous linteau à tympan en plein cintre dont le seuil se situait à hauteur des sommiers des arcs aveugles et qui était peut-être associé à une galerie haute en bois engagé dans le revers de la façade occidentale par une rangée de poutres : la facture remarquable de l’escalier hélicoïdal, extrêmement exigu, se distingue par l’absence de noyau puisque les marches, qui ne s’appuient pas sur une voûte, tournent autour d’un vide au centre, faute de place. On accédait à l’intérieur de la nef par deux portails situés au sud et à l’ouest de la travée occidentale. La typologie régionale et les impératifs de la pratique liturgique supposent l’existence d’une troisième porte au nord de la travée droite du sanctuaire, où on distingue des traces d’adossement de bâtiments susceptibles d’avoir, dans un premier temps encore proche de la construction de la chapelle, appartenu au prieuré. Le décor sculpté du grand portail méridional, dont l’anastylose au Louvre permet d’apprécier la qualité, confirme le rôle majeur de cet accès, qui était probablement destiné aux laïcs, tandis que celui du portail occidental, plus modeste, se limite à deux rangées de feuillages sur le linteau. D’autres accents sculptés en méplat végétaux (feuillages, palmettes), géométriques (entrelacs) et zoomorphes (oiseau) subsistent aux impostes chanfreinées des arcades, partiellement arasées.

5À l’instar des usages régionaux, la chapelle était très mal éclairée : les murs nord et ouest étant assurément dépourvus de fenêtres, seule la travée orientale du mur sud accueillait une baie à fort ébrasement intérieur, dont la face extérieure a été oblitérée par la spoliation du parement. Il faut également restituer une baie absidale dont provient peut-être un élément d’ébrasement sculpté, aujourd’hui entreposé dans l’arrière-cour du mas post-médiéval. L’étude comparative (D. Besson) montre que la conception de la chapelle correspond à celle de plusieurs autres édifices des environs, notamment de la prieurale de Sainte-Colombe.

6Si l’état d’altération des élévations internes et externes, qui varie considérablement selon l’envergure des ouvertures et trous de poutre percés postérieurement, réduit la lisibilité des parements romans, le relevé stratigraphique et l’étude pierre à pierre détaillée des élévations (A. Hartmann-Virnich) permettent de caractériser les particularités constructives de l’édifice et son ordonnance d’origine, qui appartiennent à une phase précoce du développement de la pierre de taille dans l’architecture romane de la région bas-rhodanienne : le moyen appareil layé hétérogène, dont les pierres sont ici et là signées avec des traits diagonaux ou horizontaux selon un mode identifié aussi dans les bâtiments monastiques contemporains de l’abbaye-mère, change de module d’une travée et d’un niveau à l’autre, sans système apparent. À l’extérieur et, plus rarement, à l’intérieur, des pierres d’angle de grande taille dont la hauteur varie selon les éléments architecturaux (jusqu’à 0,53 m à la tourelle d’escalier) sont en partie relayées par deux assises de taille diminuée, qui peut se réduire jusqu’à 0,10 m seulement. À la nette disparité des dimensions de l’appareil s’ajoute celle des deux variétés de pierre employées, un grès brun-gris et un calcaire blanchâtre employés indistinctement et conjointement selon le rythme de la pose des assises, en fonction du rayon d’action des maçons et de la fourniture des pierres. À l’arc aveugle sud de la travée occidentale, les claveaux changent d’épaisseur et de matériau à plusieurs reprises, conduisant à une discontinuité de l’extrados. Nonobstant l’ajustage précis des joints, le mortier débordant a été étalé et retracé à la truelle à l’instar d’un petit appareil, indice probable d’un manque de familiarité avec le moyen appareil exclusif. De même, l’épaississement des arcs de la retombée au sommet (environ 1/1,4) semble à son tour refléter encore les usages hérités du premier âge roman.

7L’étude de Sainte-Cécile d’Estagel démontre tout l’intérêt d’une approche prospective archéologique en synergie avec le service régional d’archéologie et la conservation du Musée du Louvre dans le but d’évaluer la nature, la forme originelle, la date et le potentiel archéologique et patrimonial des vestiges d’un édifice oublié, malgré la notoriété nationale, voire internationale qui lui a valu le démontage et transfert du portail et, pendant plusieurs décennies, l’exposition d’un moulage de ce dernier dans la station « Louvre-Rivoli » du Métropolitain parisien. La confiance et le soutien du propriétaire, fruits d’un échange constructif, encourage au dialogue entre services de l’État, chercheurs, étudiants en formation et maîtres d’ouvrage, pour œuvrer ensemble au recensement et à la sauvegarde du patrimoine méconnu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreas Hartmann-Virnich, « Estagel (Pyrénées-Orientales). Ancien prieuré, vestiges de l’église romane »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 234-235.

Référence électronique

Andreas Hartmann-Virnich, « Estagel (Pyrénées-Orientales). Ancien prieuré, vestiges de l’église romane » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/41123 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.41123

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search