Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...I. – Constructions et habitats ci...I. 1 - Opérations de terrainAmiens (Somme). Parking Edmond Fo...

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1 - Opérations de terrain

Amiens (Somme). Parking Edmond Fontaine

Responsable d’opération : Richard Jonvel
p. 173-174

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Service archéologie préventive Amiens Métropole

Texte intégral

1Les vestiges mis au jour en janvier 2018 – un bras de Somme canalisé et un quartier d’habitation remontant au Moyen Âge – ont motivé une fouille préventive d’une durée de sept semaines en 2020. S’étendant sur une superficie de 1 400 m², la parcelle concernée, libérée de ses habitations à la suite des bombardements destructeurs de mai 1940, demeurait, depuis lors, une surface libre de construction. Le contexte urbain antérieur est bien attesté par les sources écrites : un faubourg médiéval de fond de vallée, apparu au cours du ixe-xe s., inclus dans l’enceinte de la ville au xiie s. et dont la caractéristique majeure est d’être parcouru d’une douzaine de canaux, au profit de moulins qui sont à l’origine de la dynamique démographique de ce quartier. La parcelle en question se place le long de la chaussée Saint-Leu – axe majeur d’origine antique – et en vis-à-vis de l’hôtel-Dieu Saint-Jean-Baptiste, établi à cet emplacement dans la décennie 1230.

2Le décapage mécanique initial prescrit par l’État, limité au dégagement des vestiges construits et des aménagements annexes, a mis au jour les occupations arasées de cet ancien quartier d’habitation, s’organisant de part et d’autre d’un canal construit en appareil mixte de grès et de briques dans son dernier état. Les habitations s’organisent dans des parcelles en lanière, orientées perpendiculairement à la chaussée Saint-Leu, et disposant, pour les plus importantes d’entre elles, de celliers en pierre de taille et, au rez-de-chaussée, de soles de cheminée en tuiles posées sur chant. L’urbanisation de ces terrains est notable à partir du xve s. seulement, d’après le mobilier archéologique et les techniques de construction rencontrées. Toutefois, un biais méthodologique est à mettre en avant dans l’inégale répartition chronologique des données, car les structures médiévales antérieures, dont plusieurs zones de chauffe (four), n’ont pu être atteintes qu’au travers de sondages profonds. La vie quotidienne est donc peu renseignée par cette opération qui demeure, toutefois, l’une des rares fouilles extensives au cœur d’une zone humide d’Amiens. Les destructions contemporaines ont, somme toute, un impact limité sur ces vestiges archéologiques situés entre 0,40 et 1,30 m de profondeur.

3La formation de ce quartier médiéval trouve son origine dans un îlot bâti dont les premiers aménagements sont datables de l’époque antique. À 2,50 m de profondeur, un radier de craie associé à un mur en opus reticulatum a été mis en évidence, sol qui fut réemployé par les caves médiévales. Ces vestiges antiques s’étendent vraisemblablement à tout l’îlot, qui disposait de berges avec un débarcadère planchéié en renfort. Cette extension de la ville antique, au cours du iie s. de notre ère, s’effectue le long de la chaussée d’Agrippa et à travers une zone marécageuse dont les efforts de « minéralisation », à l’aide de matériaux extraits des carrières de craie, sont conséquents, et connaissent plusieurs phases au gré de l’exhaussement de la nappe alluviale. Ces aménagements antiques sont recouverts par plusieurs séries de dépôts alluviaux (vase, sable, tourbe limoneuse, etc.) dont la chronologie reste incertaine, malgré cette opération ; ce problème d’identification est récurrent dans toutes les interventions archéologiques dans ce secteur de la ville d’Amiens.

4Par ailleurs, trois pleins de tannerie en bois occupaient la rive gauche du canal. L’inscription « An viii » (1799-1800) sur une planche du fond, date cette installation du tout début du xixe s. Les vestiges des pleins contenaient encore le tanin employé, couvert d’un grand nombre de chevilles osseuses.

5Enfin, plusieurs sondages exploratoires ont été effectués à travers les berges maçonnées du canal. Celles-ci font l’objet d’un rehaussement conséquent au cours des xvie-xviis., permettant de systématiser la construction de caves sous les bâtiments à l’époque moderne et contemporaine. Les états de berges plus anciens, difficilement observables en raison de la nappe alluviale, sont établis sur des planches en bois positionnées sur des chevrons, supportant au total quatre mètres de hauteur de maçonnerie. Les études dendrochronologiques devraient fournir des fourchettes de datation des différents états de berges observés.

Amiens, parking Edmond Fontaine, pleins de tannerie dégagés sur la rive gauche du canal.

Amiens, parking Edmond Fontaine, pleins de tannerie dégagés sur la rive gauche du canal.

Cl. Richard Jonvel

Haut de page

Table des illustrations

Titre Amiens, parking Edmond Fontaine, pleins de tannerie dégagés sur la rive gauche du canal.
Crédits Cl. Richard Jonvel
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/41230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Jonvel, « Amiens (Somme). Parking Edmond Fontaine »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 173-174.

Référence électronique

Richard Jonvel, « Amiens (Somme). Parking Edmond Fontaine » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/41230 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.41230

Haut de page

Auteur

Richard Jonvel

Service archéologie préventive Amiens Métropole/Craham

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Richard Jonvel

Service archéologie préventive Amiens Métropole/Craham

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search