Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...I. – Constructions et habitats ci...I. 1 - Opérations de terrainBailly (Yvelines). Château de Noisy

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1 - Opérations de terrain

Bailly (Yvelines). Château de Noisy

Responsable d’opération : Bruno Bentz
p. 176-177

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Association Omage

Texte intégral

1La troisième campagne de fouilles sur le site de Noisy était destinée à l’étude du réseau hydraulique. En effet, les archives mentionnent l’existence de plusieurs dispositifs importants pour l’alimentation du château et des jardins, notamment le jet d’eau de la grotte. Des fouilles réalisées en 1977 par Michel Richemont avaient déjà mis au jour une citerne à proximité du château tandis que plusieurs conduites ont été découvertes dans les fouilles de la grotte en 2017 et 2019. Un programme de recherche a donc été établi pour étudier l’ensemble de ces aménagements. Les fouilles de l’été 2020 ont permis d’effectuer de nouvelles recherches dans deux secteurs : le pavillon de la machine et le bassin du parterre haut de la grotte.

2Le pavillon de la machine se trouvait à l’extrémité SE de la terrasse du château. Il s’agissait d’un pavillon d’angle surplombant le fossé qui entourait cette terrasse. Le fossé est encore bien visible sur le site, le mur d’escarpe étant conservé sur une grande partie du pourtour ; le mur opposé, du côté des jardins, a été détruit hormis quelques vestiges vers l’allée et le mur d’arcade au sud. Ce pavillon était important : il mesurait environ 18 m jusqu’au faîtage, comprenant un sous-sol d’environ 6 m sur toute la hauteur du fossé, un rez-de-chaussée au niveau de la terrasse avec un étage servant de logement. Un dessin réalisé vers 1690 désigne ce bâtiment comme « pavillon de la machine », un autre plan de la même époque mentionne la présence d’un puits. L’existence d’une machine hydraulique créée à l’époque d’Albert de Gondi est confirmée par d’autres documents. Elle devait notamment mettre en pression le jet d’eau de la grotte (distante d’environ 50 m) s’élevant à environ 8 m de haut, une prouesse pour l’époque. La fouille a permis de retrouver et de dégager les murs extérieurs du pavillon sur une hauteur d’environ 2 m, jusqu’au niveau de sol ancien du fossé au fond duquel se trouvait, partiellement en place, un pavage. Les murs avaient une assise solide avec une épaisseur à la base d’environ 2 m légèrement inclinée, bâtie avec d’imposantes pierres de taille aux angles et au milieu des parois, sur un plan carré d’environ 7 m de côté. Une ancienne porte donnant sur le fossé a été découverte : cette ouverture n’était pas d’origine ; elle avait été réalisée en arrachement du mur nord du pavillon et de l’extrémité du mur d’escarpe. Sa fonction était probablement liée à l’usage particulier du pavillon, car il n’y a pas d’aménagement similaire dans le pavillon d’angle opposé (au SO de la terrasse). Le puits du pavillon a été retrouvé : il est creusé et maçonné au centre de la pièce. Son remplissage de terre est antérieur à la démolition du pavillon mais il n’a pas été possible de le vider entièrement. Quelques fragments de conduites en terre cuite ont également été trouvés dans les remblais du pavillon, mais aucun dispositif d’alimentation des jardins. Néanmoins, la présence d’un ancien aménagement hydrotechnique est confirmée.

3Le bassin du parterre haut de la grotte n’était jusqu’ici mentionné, avec une forme circulaire et un jet d’eau central, que sur un unique plan des jardins dessiné en 1693, à l’époque des aménagements réalisés par Louis XIV. Toutefois, la découverte en 2019 aux abords de la grotte d’une conduite en terre cuite provenant de ce secteur avait confirmé l’existence d’une pièce d’eau au centre de l’ancien parterre supérieur. Mais la disparition du bassin sur tous les plans réalisés à partir de 1694 prouve qu’il a été détruit à cette époque. La fouille a d’abord permis de retrouver la conduite du bassin : elle provient du fond d’un puits, servant probablement de regard pour l’entretien, à plus de 2 m de profondeur en dessous du radier du bassin (le fond du puits n’a pas pu être entièrement dégagé). En outre, une seconde branche de cette conduite a aussi été découverte, en direction de la grotte, le tuyau se divisant en deux. Cette disposition résulte de l’aménagement de la terrasse. Il est probable que la canalisation, posée à l’origine des travaux, est située au niveau du sol d’origine et que son profond enfouissement est une conséquence des importants terrassements réalisés. Les deux branches avaient peut-être des usages séparés pour l’alimentation et pour l’évacuation des eaux du bassin. Son pourtour a été entièrement mis au jour, bien conservé hormis vraisemblablement une ancienne margelle qui aurait disparu. Du côté du regard, la bordure du bassin était échancrée et donnait, vers l’extérieur, sur une petite chambre de réglage, probablement pour actionner la soupape de vidange et la vanne du jet d’eau. En effet, dans le fond du radier se trouvait encore, reliant la chambre au centre du bassin, un tuyau en plomb parfaitement conservé dans la partie centrale du bassin avec la sortie du tuyau au milieu du bassin. Ce sont donc là aussi des ouvrages hydrotechniques très complets qui ont été retrouvés.

Fig. 1 Bailly, château de Noisy, orthophotoplan du pavillon de la machine.

Fig. 1 Bailly, château de Noisy, orthophotoplan du pavillon de la machine.

Cl. A. Hori

Fig. 2 Bailly, château de Noisy, orthophotoplan du bassin du parterre haut de la grotte.

Fig. 2 Bailly, château de Noisy, orthophotoplan du bassin du parterre haut de la grotte.

Cl. A. Hori

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Bailly, château de Noisy, orthophotoplan du pavillon de la machine.
Crédits Cl. A. Hori
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/41265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 Bailly, château de Noisy, orthophotoplan du bassin du parterre haut de la grotte.
Crédits Cl. A. Hori
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/41265/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Bentz, « Bailly (Yvelines). Château de Noisy »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 176-177.

Référence électronique

Bruno Bentz, « Bailly (Yvelines). Château de Noisy » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/41265 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.41265

Haut de page

Auteur

Bruno Bentz

Omage

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bruno Bentz

Omage

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search