Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...I. – Constructions et habitats ci...I. 1 - Opérations de terrainMarly-la-Ville (Val-d’Oise). Le c...

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1 - Opérations de terrain

Marly-la-Ville (Val-d’Oise). Le château – Phase 1

Responsable d’opération : Aurélia Alligri
p. 190-192

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise (SDAVO)

Texte intégral

1Une première phase de fouille, d’octobre à décembre 2020, sur la parcelle dite « le château » à Marly-la-Ville a révélé les premiers vestiges d’un site diachronique rassemblant près de 1 300 structures archéologiques sur une surface d’environ 1 ha. Les éléments fouillés permettent d’appréhender l’évolution et la dynamique d’occupation du village ancien de Marly-la-Ville. De nombreux recoupements stratigraphiques témoignent d’une activité humaine sur le long terme se développant principalement le long du réseau viaire. Les données de terrain présentées ici sont en cours d’exploitation et ne sont pas définitives.

2L’occupation du site débute avec des indices de sépultures à incinération datant probablement du premier âge du fer. Plusieurs fosses contenant des dépôts de céramiques sont regroupées dans un secteur dont les limites sont peu marquées mais qui semble indiquer la présence d’un enclos. Une fosse principale, localisée au centre, contient deux céramiques et plusieurs anneaux en alliage cuivreux, dont la disposition laisse penser qu’ils ont pu être fixés sur un élément de cuir ou de tissu aujourd’hui disparu.

3L’occupation principale du site correspond à la période médiévale et s’échelonne de la fin du viiie au xve s. Le premier Moyen Âge se caractérise par la présence de structures d’habitat telles que des bâtiments sur poteaux, des silos, des fosses et des fours culinaires. Ces structures s’organisent le long d’un axe orienté N-S, repris à l’époque moderne et qui correspond encore aujourd’hui à l’axe principal de circulation dans la ville. Les quelques bâtiments sur poteaux repérés disposent de deux nefs, avec une file centrale de poteaux recevant probablement une panne faîtière permettant l’usage d’un toit à deux pentes. Les structures de stockage sont principalement représentées par des silos dispersés sur l’ensemble de l’habitat sans qu’aucune aire d’ensilage ne soit clairement distinguée. Les activités domestiques sont attestées par de nombreuses fosses aux rejets charbonneux, mêlés à des fragments de parois et de sole de foyer rubéfiées. Deux fours culinaires, dont l’un a fait l’objet d’un prélèvement de sole en vue d’une datation archéomagnétique, attestent de la cuisson d’aliments comme le pain. Près d’une trentaine de sépultures sont associées à cet habitat. Un secteur funéraire se démarque particulièrement avec le regroupement de 18 inhumations. On note pour cet ensemble un alignement de plusieurs tombes et une organisation en travées. Les squelettes, souvent mal conservés, semblent correspondre à des sujets jeunes, voire immatures. Les autres sépultures sont dispersées à travers l’habitat par petits groupes de deux ou de façon isolée. Les datations 14C effectuées sur une sélection de huit sépultures réparties sur l’ensemble de l’emprise permettent de circonscrire la période d’inhumation entre la fin du viiie et la fin du xe s.

4La seconde phase d’occupation médiévale se caractérise par une forte concentration de structures le long d’un second axe de circulation perpendiculaire au premier et orienté O-E. Le bâti sur poteaux, bien que présent, est moins bien perçu du fait des nombreux recoupements de structures. Trois caves à cellules latérales, qui ne sont pas associées à des bâtiments, ont pu être fouillées dans leur intégralité. Bien que de dimensions différentes, elles présentent le même plan en croix avec un escalier d’accès et trois cellules latérales. Deux de ces caves montrent un très bon état de conservation avec les voûtes des cellules latérales encore en élévation pour partie. Pour l’une d’entre elles, l’escalier d’accès est aussi parfaitement conservé avec un système de marches en plâtre et pierre calcaire (fig. 1). Les murs et voûtes des cellules sont montés avec des pierres calcaires et quelques grès. Toutes les maçonneries sont liées au plâtre et recouvertes d’un enduit de plâtre lissé. Les éléments céramiques collectés le plus souvent dans les niveaux de sol en terre damée permettent de dater l’occupation de ces caves entre le xve et le xvie s.

5Les structures en creux restent bien documentées pour cette période d’occupation, avec la présence de nombreux silos parfois très riches en mobilier. Contrairement aux silos carolingiens aux profils en ampoule, ces structures de stockage présentent la particularité d’être équipées d’un système de marches creusées directement dans le substrat géologique qui en facilite l’accès. Leur plan est davantage subcirculaire, voire carrément quadrangulaire, avec des parois souvent droites. D’autres fosses plus énigmatiques ont également été fouillées. Elles se présentent sous la forme d’un creusement ovale avec fond en cuvette et dont les parois sont empierrées. Ces maçonneries sont constituées de grosses pierres de grès et de quelques pierres calcaires grossièrement équarries montées à sec. Certaines de ces fosses sont reliées entre elles par un système de caniveaux construits à l’aide de bloc de grès équarris suggérant une circulation d’eau. La présence quasi systématique d’un sédiment limoneux-argileux gris vert dans le fond des structures tend à confirmer une stagnation d’eau. L’interprétation de ces fosses reste encore à déterminer. Une première observation du mobilier céramique a permis de constater la présence de nombreux réchauds de cardeurs, utilisés pour faciliter le peignage de la laine de mouton et attribués à la période s’étendant du milieu du xvie au début du xviie s. Ces céramiques provenant de l’atelier de potiers de Fosses, situé à seulement quelques kilomètres du site, attestent d’activités liées à l’artisanat de la laine. L’ensemble du mobilier évoque une occupation domestique classique tournée vers les activités agropastorales.

6La fouille a également concerné de nombreux vestiges d’époque moderne se rapportant principalement au jardin classique du château daté du xviiie s. La mise au jour de nombreuses fosses de plantation confirme la présence d’un espace paysager composé de perspectives et d’alignements d’arbres. Plusieurs lignes de composition perpendiculaires orientées N-S et E-O sont apparues. Elles sont matérialisées par de petits fossés parallèles qui délimitent des allées ou chemins permettant la circulation au sein du parc. De nombreux alignements de fosses de plantation aux gabarits et espacements réguliers ont également été observés. À l’ouest de l’emprise, la composition paysagère rectiligne est rompue pour laisser place à un ensemble de fosses de plantation formant un grand cercle de près de 20 m de diamètre. Les gabarits de ces fosses aux creusements quadrangulaires, s’échelonnant entre 1,30 et 1,10 m de large, laissent penser qu’il s’agit de plantations d’arbres de haute-tige.

7La fouille a confirmé la présence d’un bassin d’ornement dont l’existence était supposée grâce à un plan ancien montrant le système hydraulique de cette partie du jardin. De forme circulaire, celui-ci présente une maçonnerie dont seules les fondations sont encore visibles (fig. 2). Elles se composent de pierres calcaires liées au mortier de chaux jaune et au mortier hydraulique rose. Quelques pierres moulurées, abandonnées dans les remblais comblant l’intérieur du bassin, évoquent l’esthétique de cette pièce d’eau. Ces blocs légèrement cintrés présentent des moulures courbes et lisses formant une gorge concave dont l’assemblage devait habiller le pourtour du réservoir d’eau. Ce bassin était alimenté grâce à une canalisation de tuyaux de terre cuite noyés dans une gangue de mortier hydraulique venant se connecter au sud du bassin. Le trop-plein d’eau, quant à lui, était évacué par un exutoire composé d’un caniveau de pierres calcaires se jetant dans une citerne maçonnée, également de pierres calcaires.

8Trois caves d’époque moderne, appartenant sans doute aux communs du château, ont pu être fouillées dans leur intégralité. De dimensions différentes, elles présentent toutefois le même plan rectangulaire avec des systèmes d’accès par escalier droit ou latéral. Des aménagements de niches ou de soupiraux ont pu être observés dans deux de ces caves. Leurs élévations sont constituées de moellons calcaires équarris liés et enduits au plâtre. Les éléments céramiques collectés dans les remblais de démolition permettent de dater l’abandon de ces caves de la fin du xviiie s.

9La découverte d’un tronçon de chaussée pavée de grès permet également de documenter l’évolution du réseau viaire durant l’époque moderne. En effet, l’axe de circulation principal du village, axé N-S, semble avoir été dévié lors d’une phase d’aménagement de l’entrée du château. Au cours du xviiie s., d’après les plans d’archives, on suppose une modification effectuée de manière à pouvoir aménager une entrée monumentale avec avant-cour face au château. Cette avant-cour empiétant clairement sur l’ancien axe de circulation sous-entend que celui-ci a été dévié. La mise au jour d’une portion de voie à l’intérieur des murs du domaine tend à confirmer cette hypothèse. De plus, la présence sous la bande de roulement pavée de plusieurs ornières pourrait également confirmer une datation plus ancienne de cette voirie.

Fig. 1 Marly-la-Ville, le château, cave à plan en croix et cellules latérales datée du xve s.

Fig. 1 Marly-la-Ville, le château, cave à plan en croix et cellules latérales datée du xve s.

Cl. A. Alligri, SDAVO

Fig. 2 Marly-la-Ville, le château, bassin aménagé du jardin à la française daté du xviie s.

Fig. 2 Marly-la-Ville, le château, bassin aménagé du jardin à la française daté du xviie s.

Cl. P. Raymond, Inrap et A. Alligri, SDAVO

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Marly-la-Ville, le château, cave à plan en croix et cellules latérales datée du xve s.
Crédits Cl. A. Alligri, SDAVO
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/41500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre Fig. 2 Marly-la-Ville, le château, bassin aménagé du jardin à la française daté du xviie s.
Crédits Cl. P. Raymond, Inrap et A. Alligri, SDAVO
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/41500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélia Alligri, « Marly-la-Ville (Val-d’Oise). Le château – Phase 1 »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 190-192.

Référence électronique

Aurélia Alligri, « Marly-la-Ville (Val-d’Oise). Le château – Phase 1 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/41500 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.41500

Haut de page

Auteur

Aurélia Alligri

Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Aurélia Alligri

Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search