Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Chroniques des fouilles médiévale...I. – Constructions et habitats ci...I. 1 - Opérations de terrainSaint-Sulpice-de-Royan (Charente-...

Chroniques des fouilles médiévales en France en 2020
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1 - Opérations de terrain

Saint-Sulpice-de-Royan (Charente-Maritime). Route de Saint-Palais, Les Deux Terrages

Responsable d’opération : Bastien Gissinger
p. 205-206

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : Département de la Charente-Maritime

Texte intégral

1Une fouille préalable à la construction d’un lotissement a été menée sur 1,60 ha. Les 1 200 structures archéologiques découvertes ont permis d’esquisser les traits d’un village des viie et viiie s. La mauvaise conservation des vestiges est compensée par la brièveté de l’occupation et l’absence de réoccupation ultérieure, permettant une bonne lisibilité de l’organisation et des bâtiments. Les artefacts manquent pour permettre de dater facilement le site. Les découvertes concernent essentiellement des tessons de céramique. Les objets métalliques sont rares et aucune monnaie n’a été découverte. La présence de matières organiques (ossements, charbons), dans des contextes détritiques (fosses, fossés et puits) a permis l’usage de la datation par 14C, complétant l’interprétation chronologique du site. Du mobilier des iiie-vie s. est issu de fossés et trous de poteau de la zone SO de la fouille, creusés au travers d’épandages détritiques préexistants, avant d’être comblés par les mêmes sédiments mêlés parfois d’artefacts plus récents (viie-viiie s.). Ce village semble donc résulter du glissement ou de l’extension d’une occupation antérieure vers une zone non bâtie jusqu’au viie s., probable friche ou pâtures, archéologiquement « polluée » par des déchets émanant de cette occupation.

2Les premières structures altomédiévales repérées dans l’emprise sont de grosses fosses d’extraction de marne calcaire. Un réseau de fossés divise l’espace de la fouille. Le mobilier et le faible nombre de recoupements indiquent que les fossés coexistent pour la plupart. Ces limites parcellaires découpent l’espace en lopins plus ou moins vastes, ménageant des accès révélés par des interruptions du tracé. Au sein de ces enclos ont été repérés 32 bâtiments, dont 28 intégralement observés, pour l’essentiel plus ou moins organisés selon les points cardinaux. Il n’en subsiste que des trous de poteau. Aucun fond de cabane n’a été observé.

3Les bâtiments adoptent des plans assez divers, appréhendés grâce aux trous de poteau. Trois types principaux sont à distinguer. Huit maisons font usage d’un plan à abside. Une telle concentration pour cette période n’est pas courante. Une seule est flanquée de deux extrémités hémicycliques, formant une construction ovale. Les autres présentent un plan oblong, basilical. Ils sont dotés de deux nefs avec une ligne de poteaux centrale. La présence d’absides semi-circulaires peut-elle être mise en rapport avec la notion d’habitat ? L’hypothèse souvent avancée d’un pignon en abside destiné à offrir moins de prise au vent semble ici plus difficile à soutenir en raison de l’orientation aléatoire des absides observées sur le site. Les raisons de la construction d’absides, plus complexe à mettre en œuvre qu’un mur droit, restent peu assurées et paraissent superflues pour un simple bâtiment agricole. Mais définir la fonction de la maison sur la seule base de son plan paraît également aléatoire, bien que certaines constructions semblent plutôt à vocation utilitaire (étables, greniers) alors que d’autres, notamment à absides, évoqueraient une occupation humaine ou mixte.

4Deux puits taillés dans la roche ont été repérés, dotés d’encoches se faisant face, « marches » permettant aux puisatiers de creuser et d’entretenir la structure. La fouille en a été confiée à l’entreprise Hadès. Apparemment lié à une phase antérieure d’occupation du site, le premier puits a été comblé alors que le village se développait dans la zone fouillée. Seuls quelques mètres en ont été examinés afin de préciser la chronologie. Le second puits (noté 631) a quant à lui été intégralement vidé. Il mesurait près de 23 m de profondeur pour un diamètre d’un peu moins d’un mètre.

5Seules deux sépultures ont été découvertes lors de la fouille. Les datations 14C indiquent qu’elles sont contemporaines de l’occupation du site (viie-viiie s.).

Saint-Sulpice-de-Royan, route de Saint-Palais, les bâtiments à absides de la fouille. Bâtiments oblongs (1, 11, 3, 2, 5) ou barlongs (7, 29) à abside unique et bâtiment à double abside semi-circulaire (6).

Saint-Sulpice-de-Royan, route de Saint-Palais, les bâtiments à absides de la fouille. Bâtiments oblongs (1, 11, 3, 2, 5) ou barlongs (7, 29) à abside unique et bâtiment à double abside semi-circulaire (6).

DAO B. Gissinger, CD 17, 2019

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Sulpice-de-Royan, route de Saint-Palais, les bâtiments à absides de la fouille. Bâtiments oblongs (1, 11, 3, 2, 5) ou barlongs (7, 29) à abside unique et bâtiment à double abside semi-circulaire (6).
Crédits DAO B. Gissinger, CD 17, 2019
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/41685/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bastien Gissinger, « Saint-Sulpice-de-Royan (Charente-Maritime). Route de Saint-Palais, Les Deux Terrages »Archéologie médiévale, 51 | 2021, 205-206.

Référence électronique

Bastien Gissinger, « Saint-Sulpice-de-Royan (Charente-Maritime). Route de Saint-Palais, Les Deux Terrages » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/41685 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.41685

Haut de page

Auteur

Bastien Gissinger

département de la Charente-Maritime, UMR 7302

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bastien Gissinger

département de la Charente-Maritime, UMR 7302

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search