Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I 1.- Sites fouillésTulle (Corrèze). Place Monseigneu...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2006
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1.- Sites fouillés

Tulle (Corrèze). Place Monseigneur Berteaud – Place Gambetta

Responsable d’opération : Adrien Montigny
p. 206

Texte intégral

1Tulle est une agglomération confinée dans un fond de vallée étroite formée par le lit alluvial de la Corrèze. Une abbaye, apparaissant probablement à la fin du viie s., fut l’un des pôles fondateurs de la ville. En 1253, ce monastère devient la seule et unique seigneurie féodale de la ville, et cela malgré la montée en puissance d’une bourgeoisie naissante. En 1317, l’abbaye est élevée en évêché, suite à la division du diocèse de Limoges. Tulle se retrouve alors à la tête de cinquante-deux paroisses.

2Un diagnostic archéologique avait été réalisé en 2005 à l’ouest et au nord de la cathédrale de Tulle. Les sondages sur la place Berteaud ont montré des vestiges de bâtiments et de niveaux de voirie à faible profondeur. Une fouille de sauvetage, à l’extrémité est de la place Gambetta, avait permis d’étudier des latrines appartenant au palais épiscopal, démoli peu après la Révolution. Ces découvertes ont conduit à la fouille préventive des deux places.

3Place Berteaud, une place ceinte de bâtiments et pourvue en son centre d’une fontaine a été mise au jour. Les bâtiments identifiés n’ont pu être observés que sur une faible profondeur, de nombreux vestiges restant préservés sous le nouvel aménagement de la place. Certaines de ces constructions appartenaient à l’ensemble cathédral, avec, entre autres, les fonctions de chantrerie, aumônerie, trésorerie et prévôté.

4Au nord de la place, les vestiges de plusieurs maisons civiles ont été dégagés et les sols de certaines pièces mis au jour. Entre ces maisons, divers niveaux de sols correspondant à des réaménagements de la place centrale ont été relevés. Ces aménagements montrent un constant souci de rehaussement des niveaux d’occupation et d’évacuation des eaux pluviales afin de mieux lutter contre des inondations récurrentes dans ce secteur de confluence entre la Solane et la Corrèze.

5Les transformations observées sur la fontaine centrale, mentionnée dès le xvie s., sont dues aux rehaussements successifs des sols mais aussi à une volonté de monumentalisation de cette structure.

6Place Gambetta, le long du mur nord de la nef de la cathédrale, les sondages et un suivi de travaux liés à la réfection des réseaux d’assainissement ont, malgré des conditions parfois difficiles, permis de mettre au jour de nombreux éléments. Différents vestiges de l’église Saint-Julien et du cimetière attenant ont pu être observés. Plusieurs sépultures en coffres de briques ont été retrouvées. Deux étaient aménagées dans le mur nord de l’église Saint-Julien. Un seul, menacé par les travaux, a été fouillé. Ce coffre a fait l’objet d’au moins vingt inhumations successives à intervalles rapprochés, avec réduction sur le côté, avant de servir d’ossuaire. Divers petits objets (épingles de linceuls, clous de cercueils, anneau, chapelet et monnaies) permettent de dater de l’époque moderne l’utilisation de cette structure funéraire dans laquelle des individus de tous âges (adultes, enfants et fœtus) et de tous sexes ont été inhumés. Enfin, ont été mis au jour trois sarcophages en granit installés dans l’angle d’une construction dont le plan n’a pu être déterminé. Dans deux d’entre eux, orientés SO/NE, les corps reposaient sur le dos, la tête au SO. Nous ne savons rien de l’occupant du troisième sarcophage, dont seuls les pieds étaient conservés. Taillés dans le granit, ces sarcophages sont de forme trapézoïdale. La hauteur des cuves est d’une vingtaine de centimètres et les couvercles sont plats. Le chevet est composé de trois pans, avec une logette céphalique aménagée pour deux d’entre eux. Le seul objet découvert à l’intérieur de ces sépultures, un couteau, n’apporte aucune information chronologique. La datation de ces sépultures reste encore incertaine, peut-être antérieures au ixe s., comme l’atteste un sarcophage similaire découvert à Glénic dans la Creuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Montigny, « Tulle (Corrèze). Place Monseigneur Berteaud – Place Gambetta »Archéologie médiévale, 37 | 2007, 206.

Référence électronique

Adrien Montigny, « Tulle (Corrèze). Place Monseigneur Berteaud – Place Gambetta » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 37 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2023, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/45905 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.45905

Haut de page

Auteur

Adrien Montigny

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Adrien Montigny

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search