Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 3 – Projets collectifs de rec...Haute-Normandie. Étude microtopog...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2006
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3 – Projets collectifs de recherche

Haute-Normandie. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie

Responsables d'opération : Anne-Marie Flambard Héricher, Bruno Lepeuple, Daniel Étienne, Gilles Deshayes, Sébastien Lefèvre, Jimmy Mouchard, Thomas Guérin et Aude Painchault

Texte intégral

1L’objectif du groupe de travail qui s’est constitué à l’université de Rouen, au sein du GRHIS (EA 3831), avec l’appui du Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, sous la direction d’Anne-Marie Flambard Héricher, est de pratiquer de façon systématique des relevés microtopographiques de fortifications de terre comportant éventuellement des maçonneries, de les décrire suivant la grille élaborée par le PCR développé en 1982 et de les interpréter à la lumière de cet examen approfondi, qui peut être croisé avec des observations de surface systématiques : notamment les microreliefs, la répartition des pierres taillées et le mode de taille, la répartition de la flore.

2Dix sites de dimensions variables ont été traités au cours de l’année 2006 ce sont : la motte de Cléry aux Andelys (27), Lyons-la-Forêt (27), les fortifications de Guerville (76), Corneville (27), Melleville (76), Angiens (76), Hacqueville (27), Longchamps (27), La Butte de l’Écuyer à Vatteville-la-Rue (76) et La Butte au Diable à Maulévrier-Sainte-Gertrude (76). Ils seront présentés successivement dans les pages qui suivent par ordre alphabétique du nom des communes.

Andelys (Les) (Eure). Cléry, Le Muret

3Le château de Cléry se situe sur le plateau, à 2 km au SE du célèbre Château Gaillard. La fortification se présente comme une motte dont la plateforme sommitale de 20 m de diamètre culmine à 5 m au-dessus du plateau environnant. Les fossés, d’une largeur moyenne de 10 m pour 3 m de profondeur maximale, sont entièrement en eau. Sur trois de ses côtés, le site est entouré par des îlots bâtis qui ont gommé la trace d’une éventuelle basse cour.

4La plateforme de la motte est complexe et présente de nombreux aménagements. Le quart NO est marqué par une large échancrure de forme approximativement carrée de 10 m de côté. Au fond de cette dépression s’observent deux sondages anciens qui ont révélé des maçonneries faites de silex liés au mortier. Il s’agit de la trace vraisemblable d’une tour carrée liée à un mur parcourant la périphérie de la motte. Au centre du tertre s’ouvre une dépression de 5 m de profondeur, de plan rectangulaire de 0,90 x 0,70 m. La régularité de la structure invite à l’interpréter comme un puits dont le cuvelage, complètement disparu, était en bois.

5Les constructions maçonnées, postérieures à l’état primitif du site, peuvent être mises en relation avec la mention, dans les Grands Rôles de l’Échiquier de Normandie, en 1198, de travaux de réaménagement pour que le site serve de poste avancé au Château Gaillard. Il s’agissait de compléter le dispositif défensif mis en place par Richard Cœur de Lion. (Responsable de l’étude et relevé : Bruno Lepeuple.)

Angiens (Seine-Maritime). La Motte

6Le village d’Angiens est situé sur le plateau du pays de Caux, entre les vallées du Dun et de la Durdent. La motte, implantée au coeur du village actuel, est relativement bien conservée mais son éventuelle basse cour a totalement disparu, vraisemblablement détruite par l’implantation d’un garage à l’est du site. La motte consiste en un tertre ovoïde de 15 m de diamètre sommital pour une élévation d’environ 4 m ; un fossé comblé partiellement discernable entourait tout ou partie de la motte.

7Les troubles consécutifs à la mort du Conquérant, en 1087, peuvent être une période favorable à la construction de la fortification. Toutefois, le village d’Angiens est mentionné pour la première fois en 1150 ; un Guillaume, seigneur d’Angiens, est évoqué en 1180. La fortification est peut-être érigée à cette date.

8La motte connaît une réaffectation inhabituelle en 1943 lorsque l’occupant allemand décide de la construction, sous la motte, d’une chambre souterraine pour se protéger des bombardements alliés. Cette chambre, imparfaitement comblée, pourrait éventuellement participer à la dégradation du site. (Responsable de l’étude et du relevé : Daniel Étienne.)

Corneville-sur-Risle (Eure). Le Bois Cany

9La fortification domine de plusieurs dizaines de mètres un vallon sec, axe de franchissement de la vallée de la Risle. La fortification, de 45 m (N-S) sur 50 m (E-O) environ (2200 m²), est composée d’un tertre dessinant un quadrilatère irrégulier situé sur le rebord d’un large éperon dominant une cavée qui descend dans la vallée de la Risle. Ce tertre est entouré d’un fossé régulier, dont les terres semblent avoir été rejetées vers l’intérieur du site, ce qui lui confère un aspect cratériforme. Les fossés apparaissent surtout marqués sur trois côtés ; le quatrième côté, naturellement défendu par le relief accidenté et le versant, se distingue plus ou moins sous la forme d’une petite « terrasse ». On note également la présence d’un petit talus au NE.

10On ne dispose d’aucune source écrite mentionnant la fortification dont il demeure difficile de cerner la fonction. La morphologie assez particulière de ce site le différencie des autres fortifications de la région de la Risle, il est néanmoins comparable à des fortifications bas-normandes (Orne) ou anglaises datées généralement des xie-xiie s. La localisation de cette fortification laisse supposer qu’elle a pu constituer un ouvrage destiné à contrôler la voie de communication située au fond du vallon. En outre, située à la périphérie des terres dépendant des seigneurs de Pont-Audemer (Beaumont-Meulan), elle a pu servir à défendre les limites de leur domaine. De plus, la fortification du Bois Cany fait face à un autre site défensif situé à Appeville-Annebault, au lieu-dit Le Vieux Montfort, qui domine un autre axe de franchissement naturel de la vallée de la Risle et protège les limites des possessions des seigneurs de Montfort(-sur-Risle). (Responsables de l’étude et du relevé : Gilles Deshayes, Sébastien Lefèvre et Jimmy Mouchard.)

Guerville (Seine-Maritime). Le Vieux Château

11Le village de Guerville est établi à l’ouest du plateau séparant les vallées de l’Yeres et la Bresle. L’érosion a créé un éperon qui, en plan, évoque un triangle isocèle. Le château, construit sur la base de ce triangle, protège le plateau ensuite mis en culture. Si, vers 1830, on voyait encore quelques restes des murs d’enceinte et de tourelles semi-circulaires, seuls subsistent aujourd’hui le tertre et une petite partie de la contrescarpe. Le parcellaire du village conserve néanmoins le plan de la basse cour et des aménagements de l’enceinte villageoise.

12Le tertre, entaillé au NO, présentait l’aspect d’une plateforme circulaire d’environ 80 m de diamètre surplombant le relief extérieur de 2 à 4 m. Il était entouré d’un fossé, d’une profondeur d’au moins 5 m, vraisemblablement en eau. Une surélévation sur le pourtour sud de la plateforme pourrait marquer la présence de bâtiments enfouis. Au nord du tertre, un fossé, réutilisé pour y placer une sente, matérialise le tracé de l’ancienne basse cour, en forme de croissant et enveloppant le tiers NE du site. L’actuelle rue de l’Église coupe la basse cour en son milieu, témoignage de l’ancien chemin menant de l’église au château. L’enceinte du bourg est encore visible sur une partie de son tracé sud, le long de l’actuelle rue aux Juifs ; son tracé nord s’est probablement conservé dans une sente reliant la basse cour à la place de la mairie.

13Il s’agit d’une zone de défrichement isolant, à partir du milieu du xie s., la Haute Forêt d’Eu de celle du Triage. La première mention date de 1130, quand l’archevêque de Rouen fait don d’une pièce de terre située dans une zone nouvellement essartée de la forêt de Guerville. Au milieu du xiie s., la terre de Guerville appartient à Raoul de Monchaux qui l’échange avec Henri Ier comte d’Eu, qui fait probablement construire le château, bien que la tradition attribue cette fondation à Jean Ier de Brienne, comte d’Eu à la fin du xiiie s. Les comtes d’Eu vont y séjourner relativement souvent. Le village, vraisemblablement contemporain du château, compte alors 50 parrochiani ; des portes sont mentionnées en 1240 et un moulin a vent est attesté en 1488. Le talus longeant l’actuelle rue du 1er septembre, anciennement rue Bâtarde, pourrait indiquer un accroissement du bourg dans cette direction. Enfin, des vignes étaient encore cultivées sur la commune à l’extrême fin du xviiie s. (Responsable de l’étude et du relevé : Daniel Étienne.)

Guerville (Seine-Maritime), le vieux Château, relevé topographique et coupe de la fortification.

Guerville (Seine-Maritime), le vieux Château, relevé topographique et coupe de la fortification.

Relevé de terrain : Daniel Étienne, Bruno Lepeuple, Samuel Lelarge, Yohann Villar. Mise au net : Daniel Étienne.

Hacqueville (Eure). Le Parc

14Le château d’Hacqueville, sur le plateau du Vexin, prend place sur les franges du village actuel, à 200 m de l’église paroissiale. Il est associé à une cour de ferme dont les bâtiments forment un ensemble clos. La fortification se présente sous la forme d’un tronc de cône large et peu élevé, la plateforme sommitale a un diamètre de 50 m et ne domine que de 3 m le plateau. Un large fossé, intégralement comblé depuis 1975, ceinturait l’ensemble du site, seuls quelques reliefs permettent d’estimer sa largeur à 25 m.

15La plateforme est occupée par deux bâtiments qui prennent appui sur des murs anciens, témoins d’une enceinte de pierre polygonale aveugle, non contrefortée, faite de silex et de pierres calcaires équarries pour les chaînages d’angle. Sous le bâtiment occidental ont été aménagées quatre caves dont deux sont médiévales. La première construite en fosse est constituée d’une salle voûtée en berceau de 5,4 m sur 3,3 m. Dans le mur nord s’ouvre une porte qui permet d’accéder à la seconde cave faite d’un escalier droit et d’une galerie coudée desservant cinq cellules de stockage.

16Les divers modes de construction et la datation des différentes parties, xiiie-xive s. et xive s. (étude réalisée par Gilles Deshayes) permettent de poser des hypothèses relatives à l’évolution du site. Une enceinte circulaire primitive pourrait avoir été comblée lors de l’aménagement de la première cave ; c’est à cette époque qu’a été édifié le mur périphérique. Ces témoins ne sont que les vestiges d’un château plus puissant où étaient encore visibles, en 1639, un donjon et un pont-levis. La première mention du site, en 1144, est certainement largement postérieure à la naissance de la fortification. Le site primitif est à rapprocher d’un type d’ouvrages de terre de la première moitié du xie s. que l’on rencontre au centre des domaines féodaux ce qui s’accorde avec les données historiques : les terres d’Hacqueville relèvent de la seigneurie de Tosny, puissante famille normande à cette période. (Responsables de l’étude et du relevé : Gilles Deshayes et Bruno Lepeuple.)

Longchamps (Eure). Le Prieuré

17Le château de Longchamps se situe non loin des franges du massif forestier de Lyons. Il est installé au nord du village, au niveau d’une rupture de pente au-dessus d’un petit vallon sec. La fortification dessine un tronc de cône de 50 m de diamètre à la base pour 35 m au sommet, elle est partiellement isolée du flanc de coteau par un fossé de plus de 5 m de profondeur pour 25 m de largeur. Le tertre n’a pas fait l’objet d’un remblaiement significatif, les terres extraites ont été employées pour établir un fort rempart de terre visible dans le quart septentrional du site. Vers le NO, une terrasse de 40 m sur 30 est délimitée par un fossé dont une partie a disparu. Il est difficile d’y voir une basse cour (celle-ci devait se développer vers le sud, occupé par une ferme), il s’agit plutôt d’un ouvrage avancé orienté vers le plateau.

18Sur le pourtour de l’enceinte principale se développe un mur irrégulièrement conservé flanqué de cinq tours rectangulaires. Au centre se dressent les vestiges d’une tour circulaire dont il ne reste que le blocage. Le mur annulaire devait adopter un tracé fermé, son élévation est percée de plusieurs ouvertures permettant l’accès au second niveau des tours et de deux baies qui indiquent la présence de bâtiments adossés. Les flanquements postérieurs au mur annulaire adoptent tous le même plan, leur élévation est faite de silex alterné avec des lignes de grès. L’espace intérieur est divisé en deux niveaux de tir avec l’aménagement d’archères à niche, deux disposées frontalement, puis trois sur chacun des côtés à l’étage. Au centre, la tour circulaire présente une forte épaisseur des murs, 3,50 m, et un faible espace intérieur, 3,7 m de diamètre. La seule fonction qui lui est assignable est la surveillance, l’exiguïté du volume interne interdit d’y voir un espace résidentiel, celui-ci était plutôt distribué le long du mur annulaire, à la manière d’un shell keep.

19Les Comptes de l’Échiquier de Normandie, en 1180, précisent que le roi d’Angleterre, Henri II Plantagenêt, est entré en possession du château. Le mur annulaire posé sur le sol géologique semble être bâti dès l’origine. Le fossé et les terres qui en sont issues, disposées en arc, sont logiquement présents dans la première phase. L’ouvrage avancé, qui coupe nettement cette levée de terre, est le témoin d’une seconde phase de terrassements. Par les matériaux utilisés, les tours de flanquement s’apparentent à une construction de la fin du Moyen Âge. En effet, le site a fait l’objet d’incessants travaux sous Philippe le Bel et ses successeurs jusqu’au début du xve s. Préalablement, une phase de travaux commandée par les Plantagenêts à la fin du xiie s. est probable. (Responsable de l’étude et du relevé : Bruno Lepeuple.)

Lyons-la-Forêt (Eure). Le Château

20Localisé au centre même du bourg de Lyons, le site est caractérisé par une très forte densité du bâti et un important morcellement parcellaire se superposant à l’ancien espace castral. Le cœur de celui-ci, légèrement ovale, est composé d’une grande plateforme d’environ 70 m dans l’axe N-S et 60 m dans l’axe E-O. Il n’y a sans doute pas de surélévation marquée du terrain, les terres extraites ont été rejetées vers le NO, pour prolonger la plateforme, c’est de ce coté que la dénivellation est la plus conséquente : environ 10 m. Dans le quart SO du bourg, la topographie et le parcellaire permettent d’identifier un vaste espace de 3,3 ha, partiellement entouré d’un fossé formant un demi-cercle et raccordé au château sur son flanc occidental.

21C’est à la périphérie de la plateforme que s’observent les principaux vestiges de maçonnerie. À l’extérieur de ce périmètre, d’autres sections de murs sont accolées à des habitations dans la moitié ouest du bourg. Le relevé des ruines permet de restituer une enceinte flanquée de sept tours, dont l’une, vers l’est, faisait fonction de porte. Son passage voûté est actuellement presque enterré. L’important remblaiement de l’intérieur du site permet d’envisager l’hypothèse d’une levée de terre périphérique, au moins dans la partie sud, face à la pente naturelle du coteau. À l’intérieur de la plateforme, une fouille privée effectuée entre 1979 et 1983 a mis au jour l’angle d’un bâtiment caractérisé par la présence de deux contreforts plats et d’un puits. Le mobilier céramique recueilli, non stratifié, fournit des indices quant à l’occupation du site entre le xiie et le xve s.

22L’origine du château n’est pas clairement donnée par les textes, la première mention est de 1106, au début du règne d’Henri Ier Beauclerc, mais le site est certainement antérieur. Les phases maçonnées sont hétérogènes. N’étant pas, pour la plupart, liées entre elles, il n’est pas possible d’établir une chronologie relative. Les observations réalisées tant sur les plans que sur les matériaux permettent d’affirmer qu’une grande partie de l’enceinte a été remaniée postérieurement au xiiie s., sans doute à la suite du grand incendie de 1299-1300. Seul le bâtiment dégagé lors de la fouille présente des caractères romans, une reprise des investigations archéologiques prévue pour juin 2007 sur ce secteur permettra de préciser la fonction et la date de construction du bâtiment.

23Au-delà du site fortifié, l’étude parcellaire a permis de reconnaître la présence d’un bourg castral fait de deux îlots bâtis et d’une place de marché toujours marquée par la présence d’une halle. (Responsable de l’étude et du relevé : Bruno Lepeuple.)

Maulévrier-Sainte-Gertrude (Seine-Maritime). La Butte au Diable

24Le château de la Butte au Diable se situe en rebord du plateau du pays de Caux, à la jonction de vallées drainées. Son emplacement, à la lisière de la forêt domaniale du Trait-Maulévrier, lui confère une position dominante sur la ville de Caudebec-en-Caux et sur la Seine.

25Les relevés réalisés sur le site rendent compte de l’agencement de la fortification. D’orientation générale NO-SE, la structure comprend une haute cour flanquée au SE d’un donjon quadrangulaire de 18 m de côté. Au NO et à l’ouest deux probables tours de flanquement reliées par un passage assuraient la protection face à la vallée. À l’est, munie de deux tours circulaires, l’entrée de la haute cour appuyait la défense. Elle donnait accès à la basse cour du château qui s’étend encore aujourd’hui jusqu’aux pieds de l’église du village dédiée à saint Léonard. Un profond fossé, encore très bien conservé, isole la haute cour de son environnement ; deux murs la traversent au nord et au SE et relient le talus de la basse cour au reste de la fortification. Un remblai aménagé dans le fossé entre l’entrée de la haute cour et la basse cour a sans doute permis de remplacer un probable pont-levis. À l’intérieur de la haute cour, quelques reliefs révélés par les relevés semblent correspondre à des bâtiments résidentiels disposés tout le long du mur de courtine, autour du puits central.

26Le relevé a en outre permis de lever le doute qui pesait sur la nature de cette fortification. Le donjon semblait juché sur un tertre, alors qu’il s’agit plus vraisemblablement d’un cône de terre et de pierres formé par son effondrement.

27Les recherches historiques ont permis de faire remonter l’origine du château au début du xiie s., même s’il est probable qu’un établissement existait auparavant sur ce site, occupé depuis l’époque gallo-romaine. Plusieurs phases de construction ont été mises en évidence. La première peut remonter à l’époque des comtes d’Évreux, probables commanditaires du château. Au xive s., sous la coupe des comtes de Savoie et en raison des nécessités de la guerre de Cent Ans, les tours de flanquement et les murs dans le fossé viennent renforcer la courtine et appuyer la protection du donjon et du fossé. Le château est abandonné avant le xvie s. et ses pierres ont servi de carrière aux habitants du village. La seigneurie perdure quant à elle jusqu’au xviiie s., détenue successivement par deux familles prestigieuses de Normandie, les de Brézé et les Dufay du Taillis. (Responsables de l’étude et du relevé : Thomas Guérin, Aude Painchault.)

Melleville (Seine-Maritime). La Motte

28Le village de Melleville est établi à l’ouest du plateau séparant les vallées de l’Yeres et de la Bresle. La motte est implantée face à l’église paroissiale, dont elle est séparée par la route D 315 qui entaille le flanc est du site. Le tertre est aujourd’hui profondément mutilé ; un fossé comblé est encore partiellement discernable mais l’éventuelle basse cour a totalement disparu et aucun indice n’indique sa localisation. La motte de plan rectangulaire (25 m x 20 m) a une élévation d’environ 4 m. Des débris de brique moderne semblent indiquer une réaffectation du site après son abandon.

29Mentionné en 1059, le village de Melleville est issu du mouvement d’essartage qui, au cours du xie s., isole la Haute Forêt d’Eu de celle du Triage. À cette date est mentionné un seigneur de Melleville, Eugidius ; plusieurs autres seigneurs de Melleville apparaissent dans le cartulaire du Tréport dont un Robert, vassal des comtes d’Eu, qui tient aussi le fief de Bully près de Neufchâtel-en-Bray.

30La date de fondation exacte n’est pas connue mais on peut envisager que la motte fut édifiée durant l’une des périodes de troubles du xiie s., soit lors la crise de succession de Guillaume le Conquérant ou pendant la période d’opposition entre Étienne de Blois et Henri Plantagenêt. Volontairement retaillée, la motte a du être réutilisée soit comme jardin d’agrément au xixe s. soit pour servir de base à un éventuel moulin à vent évoqué au voisinage de l’église au xviie s. (Responsable de l’étude et du relevé : Daniel Étienne.)

Vatteville-la-Rue (Seine-Maritime). La Butte de l’Écuyer

31Aujourd’hui isolée à l’entrée de la forêt de Brotonne (possession des Beaumont-Meulan), la fortification de La Butte de l’Écuyer est installée à proximité du côté ouest du méandre de la Seine. Malgré les nombreuses études archéologiques et historiques, le site n’a jamais fait l’objet d’un relevé topographique. Cette petite motte tronconique, construite avec des matériaux locaux (terre, graviers, silex, sablon) est assez érodée sur son pourtour. La partie ouest du tertre, sectionnée sur un rayon d’environ 3 m (lors de la construction de la D65), offre une coupe franche. Le diamètre de la plateforme est d’environ 13 m). Le fossé au tracé régulier entoure aux trois-quarts la base du tertre, il présente un profil en U et une profondeur moyenne de 1,10 m.

32L’ouvrage a été installé au voisinage d’un chemin médiéval, connu sous le nom de « chemin du roi » qu’emprunta Guillaume le Bâtard lorsqu’il se rendit à Arques en traversant la Seine à Caudebec (1053). Il reprend en partie l’ancien tracé d’une voie antique reliant Pont-Audemer à Caudebec. Il est possible que la fortification n’ait jamais été pourvue de fossé du côté du chemin, lequel semble se connecter à un autre plus petit, légèrement perpendiculaire et permettant d’accéder à l’ancienne grève de la Seine. Peu de sites offraient un tel contrôle de la rive de la boucle de Brotonne, à proximité du château des Meulan situé plus au nord. La Butte de l’Écuyer se situait probablement à environ 25 m du fleuve au Moyen Âge. Les dépôts alluvionnaires de l’époque moderne (xviie s.) et l’endiguement de la Seine (xixe s.) ont provoqué le recul de la berge, fossilisant l’ancienne grève.

33Plusieurs hypothèses ont été avancées quant à la fonction du site : il peut s’agir soit d’un ouvrage avancé du château des Beaumont-Meulan sis à Vatteville-la-Rue (xiie s.), soit d’un contre-château érigé par Henri Ier Beauclerc lors du siège de ce même château en 1123-1124. D’un point de vue archéologique, en l’absence de fouilles, les deux hypothèses sont recevables. Aucune construction antérieure ou postérieure n’a été remarquée sur le site. Néanmoins, un fragment de mortier gallo-romain (Bas-Empire) a été mis au jour en septembre 2005 lors d’un rafraîchissement des coupes des sondages de L. Charlier effectués en 1838. (Responsables de l’étude et du relevé : Gilles Deshayes, Jimmy Mouchard.)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Guerville (Seine-Maritime), le vieux Château, relevé topographique et coupe de la fortification.
Crédits Relevé de terrain : Daniel Étienne, Bruno Lepeuple, Samuel Lelarge, Yohann Villar. Mise au net : Daniel Étienne.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/46494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, Bruno Lepeuple, Daniel Étienne, Gilles Deshayes, Sébastien Lefèvre, Jimmy Mouchard, Thomas Guérin, Aude Painchault, « Haute-Normandie. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 37 | 2007, mis en ligne le 12 juin 2019, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/46494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.46494

Haut de page

Auteurs

Anne-Marie Flambard Héricher

Articles du même auteur

Bruno Lepeuple

Articles du même auteur

Daniel Étienne

Articles du même auteur

Gilles Deshayes

Articles du même auteur

Sébastien Lefèvre

Articles du même auteur

Jimmy Mouchard

Articles du même auteur

Thomas Guérin

Articles du même auteur

Aude Painchault

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Anne-Marie Flambard Héricher

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Bruno Lepeuple

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Daniel Étienne

Gilles Deshayes

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Sébastien Lefèvre

Jimmy Mouchard

Thomas Guérin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Aude Painchault

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search