Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II 1 – Sites fouillésTours (Indre-et-Loire). Marmoutier

Chronique des fouilles médiévales en France en 2006
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1 – Sites fouillés

Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier

Responsable d’opération : Élisabeth Lorans

Texte intégral

1Le travail de terrain conduit en 2006 sur le site de Marmoutier, aux portes de Tours, a porté sur deux secteurs de l’ancien monastère : d’une part, l’emprise de l’église abbatiale, partiellement fouillée entre 1974 et 1983 par Ch. Lelong, d’autre part le bâtiment de l’hôtellerie, situé entre la porte d’accès NO et l’église majeure.

2Dans l’ancienne abbatiale (zone 1), après avoir réalisé en 2005 de nombreux relevés des vestiges et des coupes et étudié la documentation des fouilles anciennes, l’étude des niveaux laissés en place dans les deux secteurs les plus profondément fouillés par Ch. Lelong a été amorcée. Il est difficile de rendre compte des observations qui ont été faites dans la mesure où elles ne prennent sens qu’en étant intégrées aux découvertes antérieures, puisque tous les niveaux fouillés l’avaient déjà été, de manière partielle, par Ch. Lelong, qui avait laissé en place une stratigraphie de forme pyramidale.

3Les principales données portent sur l’église romane, dont des niveaux de sol et des niveaux de construction ont été mis au jour, ainsi que sur l’édifice qui l’a précédée et qui est provisoirement attribué à la fin du xe ou au début du xie s. De cette église de plan basilical, à trois vaisseaux, très partiellement reconnue jusqu’à présent, a été fouillé un niveau de sol en avant de la croisée du transept et sur lequel a été observée une petite maçonnerie, longue d’au moins 1,80 m pour une largeur minimale de 0,25 m, susceptible de correspondre à un dispositif liturgique (barrière de chancel ?) ou à un emmarchement.

4Sous ce niveau de sol, ont été fouillées deux sépultures masculines, l’une en sarcophage trapézoïdal, l’autre probablement en cercueil chevillé, des tombes que l’on peut rattacher à une phase d’inhumation déjà observée lors des fouilles anciennes. Ces sépultures étaient creusées à travers le niveau d’abandon d’un bâtiment maçonné révélant plusieurs états et dont la fonction comme la datation ne sont pas encore déterminées. Dans l’état actuel des données et de la réflexion, on doit se contenter d’attribuer les sépultures à une large fourchette entre le vie et le ixe s.

5L’étude de l’ancienne hôtellerie du monastère a pris deux formes : poursuite des relevés de la partie subsistante (zone 3), correspondant environ au tiers du bâtiment médiéval, et début de la fouille de la partie détruite au xixe s. (zone 4). Dans la partie fouillée au moins, ce bâtiment, qui mesurait au Moyen Âge 50 m de long pour 12 m de large, a fait l’objet d’un rehaussement systématique par l’apport de sables alluviaux, au début du xviie s., probablement au moment où il fut transformé en Maison du Grand Prieur par les Mauristes. Toutefois, ce changement fonctionnel n’a pas touché, semble-t-il, la partie orientale du rez-de-chaussée dont la partition longitudinale fut conservée, une série de poteaux étant substituée à une paroi posée sur une sablière basse, en usage avant l’exhaussement du sol. Ces deux aménagements ont cloisonné un espace jusque là ouvert, formé de deux vaisseaux séparés par une file de colonnes dont deux fûts sont partiellement conservés. Dans la zone 4, les couches de construction de l’hôtellerie n’ont pas encore été atteintes mais l’analyse architecturale des élévations subsistantes comme les sources écrites suggèrent que l’on a affaire à un édifice de la fin du xiie s. Construit en moyen appareil, le bâtiment était pourvu de contreforts massifs sur ses deux murs pignons. Le rez-de-chaussée, cloisonné et au moins partiellement voûté, était surmonté d’un étage correspondant à un volume unique dans la partie préservée : on peut supposer l’existence d’une grande salle à fonction résidentielle au-dessus d’un niveau à fonction de service. La poursuite des investigations en 2007 permettra de préciser l’évolution générale de ce bâtiment, d’un type rarement conservé en milieu bénédictin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Lorans, « Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 37 | 2007, mis en ligne le 27 mars 2023, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/47509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.47509

Haut de page

Auteur

Élisabeth Lorans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Élisabeth Lorans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search