Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Bulletin critiquePierre-Yves Laffont, Atlas des ch...

Bulletin critique

Pierre-Yves Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

Anne-Marie Flambard Héricher
p. 347-365
Référence(s) :

Pierre-Yves Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles), DARA 25, Lyon, Association lyonnaise pour la promotion de l’archéologie en Rhône-Alpes, 2004, 284 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur incluses dans le texte, deux cartes couleur hors texte, ISBN 2-9516145-5-1, prix : 30 €

Texte intégral

1Les données présentées dans cet ouvrage sont issues de travaux conduits par Pierre-Yves Laffont entre 1990 et 2002 dans le cadre d’une thèse nouveau régime soutenue à Lyon 2, dirigée par Marie-Thérèse Lorçin et consacrée aux Châteaux, pouvoirs et habitats en Vivarais, xe-xiiie siècles. Les recherches ainsi réalisées doivent faire l’objet de deux ouvrages, le premier d’entre-eux, l’Atlas, objet de ce compte rendu, rassemble le corpus étudié par l’auteur tandis que le second, qui reste à venir, accueillera les développements historiques qui ont constitué la synthèse de ce travail universitaire.

2La forme retenue : un dictionnaire plutôt que l’atlas suggéré par le titre, conditionne la présentation des sites selon un ordre logiquement alphabétique. Comme il s’agit aussi d’un ouvrage archéologique, il vise à l’exhaustivité et s’attache davantage à l’intérêt historique des châteaux qu’à leur potentiel touristique. Après de courts chapitres introductifs, 175 cas sont présentés (175 notices donc), tous localisés dans le baillage du Vivarais dans sa configuration du xive siècle englobant le diocèse de Viviers. C’est un territoire limité mais pourtant divers, concentrant une grande variété de paysages et de climats et s’échelonnant de 100 m dans la vallée du Rhône à 1 100 m dans la montagne. C’est un pays de marche et une tête de pont, enclave au-delà du Rhône des archevêchés de Vienne et d’Arles où le relief accidenté a fourni un grand nombre de sites naturels escarpés propices à l’installation des châteaux.

3Pierre-Yves Laffont s’est efforcé de sélectionner toutes les fortifications qui ont été centres d’une seigneurie châtelaine (mandements) dans lesquelles le seigneur exerce des droits de justice, de police et applique une fiscalité spécifique. Le château est aussi la résidence du lignage aristocratique. Quelques sites fondés de manière précoce et très tôt disparus ont été ajoutés au corpus ainsi que quelques places fortes construites pour un usage très précis, la plupart du temps militaire (L’Ourse, Saint-Martin), ou pour le contrôle d’un péage (comme l’Escrinet). D’autres sites, au statut ou à la chronologie ambiguë, n’ont pas été retenus. Les fortifications recensées, majoritairement bâties aux xie et xiie siècles, s’inscrivent dans la grande vague médiévale d’érection des édifices castraux.

4Les sources écrites antérieures aux années 1300 ont permis de trouver la trace de 165 sites, directement ou indirectement à travers les mentions, ou par le biais de l’anthroponymie, des chartes anciennes, de la toponymie. À l’exception de quelques-uns, les sites ont été ensuite localisés, tous ont été visités et ont fait l’objet d’une prospection de surface et d’un relevé photographique. Plusieurs ont fait l’objet d’un relevé précis des structures.

5Après avoir défini son corpus, Pierre-Yves Laffont dessine une brève synthèse du phénomène castral en Vivarais au cours de la période étudiée. Il rappelle que la multiplication des châteaux intervient dans la seconde moitié du xe et au xie siècle, leur fonction majeure : le contrôle des hommes, fait qu’on les élève au cœur des terroirs déjà occupés à l’époque carolingienne. Leur taille est alors modeste et leur rôle défensif repose sur la vigueur du relief bien plus que sur l’importance de la garnison. Le plan classique associe une motte et un tertre complétés de fossés secs et de remparts. Au xiie siècle, le donjon quadrangulaire en devient l’élément central. Les xiie et xiiie siècles marquent l’achèvement du réseau castral dont les édifices sont organisés autour de trois constructions : donjon, chemise et aula.

6Le dernier quart du xie siècle voit l’amorce d’un mouvement d’incastellamento : plus de 80 % des châteaux ont en effet entraîné la fondation d’un castrum pas toujours fortifié. Néanmoins la majeure partie de la population reste installée dans un habitat dispersé. Après le xiiie et jusqu’au xve siècle peu de nouveaux châteaux sont construits, l’architecture se renouvelle peu et le réseau fortifié ne sera plus utilisé qu’à la fin du xve siècle. Le rôle des époques successives fut souvent d’occulter les constructions plus anciennes.

7Le dictionnaire occupe les 228 pages centrales du volume, les notices, présentées par ordre alphabétique fournissent, pour chaque site, le même type de renseignements : son nom, sa localisation administrative contemporaine (département, canton, commune), le toponyme actuel, le diocèse médiéval de rattachement, l’altitude, la protection dont il bénéficie au titre des Monuments Historiques, des analyses de documents anciens (sans volonté d’exhaustivité), des données bibliographiques (là encore sans volonté d’exhaustivité et en privilégiant les travaux les plus récents). Enfin, chaque site est localisé sur la carte qui figure en fin de volume (p. 255). Le projet étant de réaliser un atlas, il est regrettable que les coordonnées Lambert et les références des cartes IGN n’aient pas été ajoutées à ces renseignements, et que la cartographie générale se limite à la seule localisation des sites de la page 255. Les notices, courtes, dépassent rarement une page. Cent cinq d’entre-elles sont illustrées d’une photographie du site, en noir et blanc quand il s’agit de clichés anciens, ou en couleurs pour les photographies récentes, et une quarantaine sont assorties d’un plan. On ne relève pas une parfaite homogénéité dans les plans présentés : il s’agit, dans la plupart des cas, du plan du castrum réalisé à partir du plan cadastral (Aubenas, Aps, Antraigues, La Roche d’Aps, Le Teil, Saint-Montan, Pradelles par exemple), mais aussi parfois du plan du château proprement dit avec l’indication du relief comme dans le cas de Mayres, de Mézenc ou de Rochebloine, ou du château et des ensembles structurants du terroir comme dans le cas de Montpezat. Là encore on peut déplorer que ce souci cartographique n’ait pas été étendu à tous les sites localisés.

8Chacune des notices présente les grandes dates de l’histoire liée au site, plus que du site lui-même, comme c’est malheureusement le cas pour la plupart des établissements castraux et dans une seconde partie, présente les lieux dans l’état où ils se trouvent. Les références correspondant aux documents d’archives, où aux travaux consultés, sont livrées dans le cours du texte. Les références bibliographiques sont précisées en complément.

9Pour conclure l’ouvrage, après les deux cartes localisant les éléments géographiques et administratifs du Vivarais et les châteaux faisant l’objet d’une notice, on trouve un court glossaire (2 p.), une abondante liste des sources et de la bibliographie (19 p.), une liste des communes et des départements mentionnés dans l’atlas (2 p.) et une table des illustrations et crédits iconographiques (4 p.).

10Le travail de Pierre-Yves Laffont, bien que son approche soit décidément plus historique que topographique, géographique ou même archéologique, bien qu’il s’agisse d’un dictionnaire et non d’un atlas, n’en est pas moins extrêmement précieux dans une région qui ne disposait jusqu’à présent d’aucun travail de synthèse sur ses châteaux. L’ouvrage prendra assurément tout sa valeur avec la publication, attendue avec impatience, de la synthèse qui fera prendre sens à l’important travail de documentation réalisé pour mener à bien ce premier ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Flambard Héricher, « Pierre-Yves Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles) »Archéologie médiévale, 36 | 2006, 347-365.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, « Pierre-Yves Laffont, Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles) »Archéologie médiévale [En ligne], 36 | 2006, mis en ligne le 15 juin 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/47964 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.47964

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Flambard Héricher

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search