Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats...III 1. – Sites fouillésPommeraye (La) (Calvados). Châtea...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2005
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Pommeraye (La) (Calvados). Château Ganne

Responsable d’opération : Anne-Marie Flambard Héricher

Texte intégral

1Le château Ganne occupe la crête d’arkose orientée E-O qui domine, à 220 m d’altitude, le synclinal bocain. C’est cette voie qu’empruntait, après avoir franchi la rivière au Vey, la « Route de Bretagne » qui menait à Falaise. La forme étroite et allongée du relief a déterminé, tant le plan du château organisé en trois enceintes de terre hiérarchisées, accolées les unes aux autres et alignées, que son organisation intérieure.

2Le site est constitué de trois enclos. Le mieux défendu forme la haute-cour, dernier réduit fortifié du château, auquel on accède en traversant le long couloir maçonné (23 m de long x 7,50 m de large) d’une ancienne tour porche sur laquelle vient s’appuyer le rempart. Cette entrée, partiellement en arête de poisson, comporte trois arcs encore en élévation et, au niveau des pignons, les vestiges d’un étage.

3Le second enclos constitue la basse-cour principale. Il est allongé (environ 110 m à l’intérieur) et très étroit (de 40 m à 25 m à l’intérieur). On y accède à partir du troisième enclos, par un petit pont, contemporain du parc romantique aménagé au xixe s., franchissant le fossé, et par une porte maçonnée disparue qui perçait le rempart qui circonscrit l’enclos. C’est dans cette basse-cour que les fouilles se sont déroulées.

4Le troisième et ultime enclos, à l’est, constitue une basse-cour secondaire de la fortification ; ovalaire et légèrement décalé vers le sud, il est défendu par un rempart de terre également surmonté d’un mur remplacé, à l’est et au sud, par une forte rupture de pente. L’ensemble est masqué par une végétation de broussailles très denses, il renferme néanmoins des vestiges d’occupation comme deux fronts de taille de carrières au nord, plusieurs chemins qui menaient au château et les traces de bâtiments et d’une probable mare au sud. Des fragments de vases en proto-grès recueillis en ramassage permettent de situer l’une des phases ultimes d’occupation au xive ou xve siècle.

5Les recherches 2004 avaient eu pour objectif la mise en évidence du potentiel archéologique du site. Un relevé topographique très précis avait été réalisé pour la haute-cour, la basse-cour et le fossé, il a été complété en 2005 par le relevé de la troisième enceinte.

6Dans la basse-cour, au sud, un décapage superficiel avait fait apparaître un puissant mur de courtine auquel une terrasse s’adossait et une série de pièces alignées. La fouille a permis de dégager les murs périphériques d’une vaste salle de service semi enterrée présentant plusieurs niveaux d’occupation dont l’un, daté par 14C du xiie s., a été atteint dans un sondage profond. Une occupation antérieure n’est pas impossible. L’épaisseur des murs (près de 1 m) construits en grès schisteux lié au mortier, les dimensions importantes des pièces (11 m de long sur 8 m de large pour la mieux dégagée), un puissant pilier central qui devait supporter un plancher et certains éléments architecturaux (fragment de colonnette engagée, éléments de plomb et de verre plat) indiquent que ce corps de bâtiment possédait un étage sans doute résidentiel. Le matériel recueilli est peu abondant mais les quelques fragments de poterie se rattachent à des productions ornaises des xiie-xiiie s. à pâte claire (notamment une lèvre en bandeau appartenant à une oule, et une anse plate de pichet à bords repliés)

7Au nord, des reliefs indiquent également la présence de pièces. Les recherches ont débuté au plus près de la tour porche. Elles visaient à mettre en évidence un hypothétique mur pouvant relier haute et basse-cour et une courtine périphérique comparables à ceux du sud. Aucune de ces deux hypothèses n’a été confirmée puisqu’aucun mur ne relie haute et basse-cour, quant au bourrelet en relief suggérant un mur de courtine, il s’agit d’un remblai de graviers violacés probablement rapportés tardivement. Ils recouvrent un double mur de facture très médiocre mais conservant, à l’extérieur, des traces d’enduit, et même des vestiges en place de peintures murales aux pigments de grande qualité (rouge et bleu de lapis-lazuli). Cette découverte exceptionnelle compte tenu de la nature du monument (un château) et de l’emplacement des vestiges (à l’extérieur, donnant vers le vide) posait de nombreuses questions notamment celles de la nature du bâtiment ainsi signalé.

8La campagne de fouilles 2005 a confirmé les hypothèses formulées lors de la campagne précédente. Le bâtiment découvert, orienté E-O, est en effet une chapelle (fig. ci-dessus) composée d’une nef d’environ 8 m de long sur 5 m de large prolongée par un petit chœur à chevet plat de 4 m de large sur 5 m de long. Un mur, percé d’une entrée probablement surmontée d’un arc, séparait la nef du chœur. Dans le bas de la nef, le long du mur ouest s’allongeait une banquette basse maçonnée qui permettait au public de s’asseoir. Au NO, on observait la trace de fonts baptismaux disparus reconnaissables par la présence d’un cercle de pierres calcaire taillées entourant un arrachement dans le sol. Dans le chœur, deux marches maçonnées menaient à l’autel rectangulaire dont ne subsistait qu’une assise de pierres. Une banquette périphérique comparable à celle de la nef venait s’attacher sur la marche la plus haute.

9Le sol était aménagé : tantôt c’était le rocher aplani, tantôt du mortier comblant les cavités pour régulariser l’ensemble. Peu de traces de décor subsistaient sur les murs à l’exception de quelques fragments d’enduit peint. Des plaques d’enduit portant encore des éléments de décor, retrouvées au pied des murs, montraient que l’édifice était orné de peintures murales dans de nombreux endroits. Malgré la très mauvaise conservation des fragments, un motif de vannerie disposé en diagonale posé sur l’arc permettant le passage de la nef au chœur, et un dessin figuratif sur le mur du chevet en arrière de l’autel ont pu être identifiés. Sur quelques fragments deux couches de peinture séparées par une couche d’enduit attestaient une réfection du décor peint. Enfin des résidus de verre plat coloré, très corrodé et des fragments de plomb montraient que les ouvertures devaient être munies de vitraux. La découverte de la chapelle concorde parfaitement avec les données fournies par le cartulaire de l’abbaye du Val où la chapelle est mentionnée à trois reprises en 1167, 1254-1261 et 1273 (Voir A.-M. Flambard Héricher, 2005, « Un monde en couleurs. Les enduits peints médiévaux extérieurs du Château Ganne (Calvados) », dans Dieu(x) et Hommes de l’Antiquité à nos jours, Mélanges en l’honneur de Françoise Thelamon, PURH 379, Rouen, p. 615-633). En revanche la présence des fonts baptismaux méritera d’être éclaircie par des recherches approfondies sur la paroisse de La Pommeraye.

10Les éléments découverts permettent en outre de retracer l’évolution de cette chapelle. Des éléments sculptés romans utilisés comme pierres de réemploi (chapiteau à godrons, tailloir à étoiles) indiquent une première occupation du site (si ce n’est l’existence de la chapelle) à la fin du xie siècle. Leur réutilisation indique à la fois une destruction poussée des bâtiments de cette époque et une reconstruction postérieure, sans doute après un délai conséquent. Peu d’éléments documentent ce second état, il est suivi d’une troisième phase au cours de laquelle le mur méridional est doublé et en partie orné de peintures extérieures, visibles depuis le bas de l’escarpement, qui pourraient être des croix de consécration. Intérieurement les peintures murales qui ornaient primitivement la chapelle ont été recouvertes d’une couche d’enduit et de nouvelles fresques ont été refaites en usant de tons différents. On peut se demander si les thèmes iconographiques ont eux aussi changé à cette occasion, mais les vestiges qui attestent ces deux périodes ne permettent pas d’identifier les scènes reproduites.

11L’hypothèse d’une chapelle castrale, en usage pendant une longue période, dominant la route de Bretagne et visible depuis celle-ci, a donc été confirmée.

La Pommeraye, Château Ganne. Plan de la chapelle du château Ganne.

La Pommeraye, Château Ganne. Plan de la chapelle du château Ganne.

Relevé et mise au net : A. Vardin, T. Guérin, A.-M. Flambard Héricher

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Pommeraye, Château Ganne. Plan de la chapelle du château Ganne.
Crédits Relevé et mise au net : A. Vardin, T. Guérin, A.-M. Flambard Héricher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/48849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, « Pommeraye (La) (Calvados). Château Ganne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 36 | 2006, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/48849 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.48849

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Flambard Héricher

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Marie Flambard Héricher

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search