Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 1. – Sites fouillésPommeraye (La) (Calvados). Châtea...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2004
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Pommeraye (La) (Calvados). Château Ganne

Responsable d’opération : Anne-Marie Flambard Héricher

Texte intégral

1Le château Ganne, sur la commune de La Pommeraye, à 37 km au sud de Caen, se dresse au cœur des « Collines normandes » région au relief particulièrement accidenté, traversée du sud au nord par le cours sinueux de l’Orne. Le site occupe une crête d’arkose orientée EO qui domine, à 220 m d’altitude, le synclinal bocain qu’empruntait, après avoir franchi la rivière, la « Route de Bretagne » conduisant à Falaise. La forme étroite et allongée du relief a déterminé le plan du château : trois enceintes de terre hiérarchisées, accolées les unes aux autres et alignées, et son organisation intérieure.

2Les vestiges monumentaux encore bien visibles aujourd’hui, sont connus de longue date puisqu’ils sont mentionnés comme « Ruines du Château Ganne » sur le cadastre napoléonien dressé en 1828. Ils ont été ensuite intégrés comme ruines romantiques au cœur du parc du nouveau château de La Pommeraye abrité au fond du vallon. Restés propriété privée jusqu’à la fin de l’année 2003, ils ont été acquis, par le Conseil général du Calvados qui souhaite permettre leur présentation au public.

3Sur le plan cadastral, les ruines du château se trouvent sur la section A, parcelle 47, appelée « Le Bois des parcs », le nom du site a glissé au pied de la colline, parcelle 48, devenue « Le château Yanne ». Outre la mention précitée sur le cadastre napoléonien, on trouve une première description du site, assortie d’un croquis, sous la plume d’Arcisse de Caumont dans son Cours d’Antiquités monumentales en 1835 puis dans la Statistique monumentale du Calvados en 1859 ; simultanément, le château est cité dans le travail de F. Vaultier sur l’ancien pays de Cinglais et, à la même époque, F. Thorigny publie une gravure représentant la façade orientale du monument.

4Le premier enclos constitue la haute-cour, légèrement ovalaire (65 m x 45 m), bien défendue par la pente au nord et par un profond fossé à l’ouest et au sud. Au sommet du rempart périphérique émergent les vestiges d’un mur maçonné. La cour centrale, très exiguë, explique peut-être qu’Arcisse de Caumont ait décrit l’ensemble comme une motte. Les reliefs n’y suggèrent pas la présence de bâtiments. On pénètre dans cet enclos dont l’organisation rappelle un shell keep, en traversant un long couloir maçonné (23 m de long x 7,50 m de large) sur lequel vient s’accrocher le rempart périphérique. Cette entrée, partiellement en arête de poisson, comporte trois arcs encore en élévation et, au niveau des pignons, les vestiges d’un étage également maçonné. Il s’agit selon toute vraisemblance d’une tour-porche de très vastes dimensions dont on ne connaît pas d’autre exemple en Normandie à l’exception de la tour-porche du château d’Arques. Mais dans ce cas, comme dans le cas des châteaux anglais munis du même dispositif, cette dernière donne accès à une très vaste enceinte qui abrite de nombreux bâtiments notamment résidentiels. Le second enclos constitue la basse-cour principale. Il est allongé (environ 110 m à l’intérieur) et très étroit (de 40 m à 25 m à l’intérieur). L’accès s’effectue à partir du troisième enclos, par un petit pont (xixe s.) franchissant le fossé et par une porte maçonnée, percée dans le rempart qui circonscrit l’enclos. Le sommet révèle encore, de place en place, les vestiges arasés d’un mur de pierre. Un fossé, continu au sud et à l’est, l’entoure partiellement. Le nord est défendu par la forte dénivellation naturelle du terrain. À l’intérieur de l’enceinte, des micro-reliefs réguliers évoquent des restes de bâtiments alignés le long des remparts sud et nord. Le troisième et ultime enclos, à l’est, constitue une basse-cour secondaire de la fortification ; ovalaire et légèrement décalé vers le sud, il est défendu par un rempart de terre probablement surmonté d’un mur remplacé, à l’extrémité orientale, par une forte rupture de pente. L’ensemble est masqué par une végétation de broussailles très denses.

5Les recherches 2004 ont eu pour objectif la mise en évidence du potentiel archéologique du site. Un relevé topographique très précis a été réalisé pour la haute-cour, la basse-cour et le fossé (fig.). Des sondages ont été effectués à l’entrée de la basse-cour et à l’entrée de la tour-porche pour placer des barrières interdisant l’accès aux secteurs dangereux. Enfin, des sondages ont été entrepris dans la basse-cour principale pour connaître la stratigraphie. En outre, le mauvais état des maçonneries interdisant tout relevé pierre à pierre de la tour-porche, des orthophotos et un relevé en 3D ont été réalisés par l’entreprise anglaise PC3D après le nettoyage complet du monument et avant son étaiement qui permettra d’entreprendre des recherches dans la haute cour.

6L’entrée de la basse-cour se présente comme deux murs parallèles de schiste gréseux, englobant les vestiges de deux piédroits de calcaire qui soutenaient un arc. L’étude archéologique a nécessité le nettoyage complet de la maçonnerie pour effectuer un relevé pierre à pierre et la réalisation de deux sondages sur chacune des deux entrées, à l’emplacement choisi pour sceller les montants du portail. Ces deux sondages ont révélé la faible profondeur des niveaux archéologiques et la présence de trous de poteau révélant l’existence d’une palissade antérieure aux maçonneries. À la base des murs de la tour-porche le constat a été le même : à cet endroit également les niveaux conservés sont minces et les maçonneries reposent directement sur le rocher aménagé à très faible profondeur.

7Dans la basse-cour, au sud, un décapage superficiel à fait apparaître un puissant mur de courtine auquel semble être adossée une terrasse, et une série de pièces alignées. La fouille a permis de dégager les murs périphériques d’une vaste salle dont un niveau de circulation (daté par 14C du xiie s.) a été atteint dans un sondage profond. Une occupation antérieure n’est pas impossible. Un mur en appareil en arête de poisson, sur le bord de la plate-forme pourrait remonter au xie s.

8Au nord, des reliefs indiquent la présence de pièces. Les recherches ont débuté au plus près de la tour porche. Elles visaient à mettre en évidence un mur pouvant relier haute et basse-cour et une courtine périphérique comparable à celle du sud. Aucune de ces deux hypothèses n’a été confirmée : aucun mur ne relie haute et basse-cour, quant au bourrelet en relief suggérant un mur de courtine, il s’agit d’un remblai de graviers violacés probablement rapportés tardivement. Ils recouvrent un double mur de facture médiocre mais conservant à l’extérieur des traces d’enduit et même des vestiges en place de peintures murales aux pigments de grande qualité (rouge et bleu de lapis-lazuli). Cette découverte exceptionnelle compte tenu de la nature du monument (civil) et de l’emplacement des vestiges (à l’extérieur, donnant vers le vide) pose de nombreuses questions notamment celles de la nature du bâtiment ainsi signalé, du statut social des occupants, de la date d’exécution des peintures. La position des vestiges sur ce mur accolé à un autre qui lui-même inclut dans sa maçonnerie des fragments sculptés romans (décor d’étoiles) révèle qu’ils n’ont été réalisés que lors d’une 3e phase d’occupation du bâtiment. Quant au bâtiment lui-même, orienté EO, il semble avoir possédé un sol de mortier et avoir été également décoré de peintures intérieures. L’hypothèse d’une chapelle castrale, dominant la route de Bretagne et visible depuis celle-ci, n’est peut-être pas à exclure.

La Pommeraye, Château Ganne, plan général du site.

La Pommeraye, Château Ganne, plan général du site.
Haut de page

Table des illustrations

Titre La Pommeraye, Château Ganne, plan général du site.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/50919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, « Pommeraye (La) (Calvados). Château Ganne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 35 | 2005, mis en ligne le 15 juillet 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/50919 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.50919

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Flambard Héricher

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Marie Flambard Héricher

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search