Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 1. – Sites fouillésVillejoubert (Charente). La Garenne

Chronique des fouilles médiévales en France en 2003
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Villejoubert (Charente). La Garenne

Responsable d’opération : Luc Bourgeois

Texte intégral

1Le castrum d’Andone, résidence rurale des comtes d’Angoulême autour de l’an Mil, a été exhaustivement fouillé par André Debord entre 1971 à 1995. Dans le cadre d’une action collective de recherche destinée à la publication de ce site majeur, une nouvelle campagne de terrain a été programmée en 2003. Elle avait pour objectifs le relevé systématique des maçonneries, ainsi que la réalisation de sondages de vérification et de prélèvements. Cette intervention a permis d’affiner la chronologie relative du site. Les occupations hallstattienne et antique (périodes I et II) sont surmontées d’un premier état carolingien, peut-être antérieur à l’édification de l’enceinte (période III). Cet état comprend un bâtiment composite, alternant soles, solins et poteaux plantés et établi au centre du futur castrum. Il est associé à un puits inachevé et à des trous de poteau non interprétés pour l’instant. Une unique campagne de construction carolingienne (période IV) voit l’édification de l’enceinte, de ses dispositifs d’entrée et des bâtiments maçonnés appuyés contre la courtine. Le fossé et le glacis qui le précèdent sont aménagés après la mise en place de la courtine. Il est aujourd’hui certain – André Debord avait corrigé ce point dès 1992 – que l’enceinte remonte à la fin de l’époque carolingienne et non à l’Antiquité tardive. Le mobilier archéologique confirme la désertion du castrum dans les années 1020 (période V). Il faut attendre la fin du Moyen Âge (période VI) pour que des structures ponctuelles soient à nouveau établies dans l’emprise du site, en liaison avec la construction de la proche maison noble de la Barre : « garennes à conils », four (à chaux et à tuiles ?). Les sondages réalisés et l’étude des élévations fournissent également de nouvelles informations sur les volumes et les fonctions des différentes structures du castrum. L’enceinte en maçonnerie de petit appareil est conservée sur 4 m au maximum. Son étude détaillée a permis la restitution des systèmes d’échafaudage et des tranches de construction. L’accrochage d’au moins un accès aux parties hautes, la morphologie du porche oriental et de la petite porte ouest, ainsi qu’un probable chaperon de chemin de ronde ont également été mis en évidence. Les pièces adossées à la courtine nord constituent la partie résidentielle du castrum (aula, camera composée de deux espaces). Cet ensemble ­apparaît dorénavant comme pourvu d’au moins un étage, qui abritait vraisemblablement les pièces « obles ». Les cartes de répartition du mobilier (pièces de jeu, trompes d’appel) confirment le caractère privilégié de cet habitat, séparé de l’entrée principale par une sorte de « sas d’accès ». Les bribes de niveaux archéologiques fouillés dans les pièces de service accolés à la courtine sud ont fourni de rares indices sur les activités qui s’y déroulaient. On note en particulier l’omniprésence des battitures. Les structures en creux présentes dans le vaste espace ouvert qui occupe le quart NO du site sont aujourd’hui trop dégradées pour faire l’objet de nouvelles observations. Ce retour au terrain devra être complété par un relevé stratigraphique du comblement du fossé et par une campagne de prospection destinée à rechercher de possibles structures extérieures à l’enceinte maçonnée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Bourgeois, « Villejoubert (Charente). La Garenne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 34 | 2004, mis en ligne le 15 septembre 2023, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/52923 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.52923

Haut de page

Auteur

Luc Bourgeois

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Bourgeois

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search